Pholcus phalangioides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pholcus phalangioides

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

PPholcus phalangioides tenant son cocon

Classification selon The World Spider Catalog
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Araneomorphae
Famille Pholcidae
Genre Pholcus

Nom binominal

Pholcus phalangioides
(Fuesslin, 1775)

Synonymes

  • Aranea phalangoides Fuesslin, 1775
  • Aranea meticulosa Fourcroy, 1785
  • Pholcus nemastomoides C. L. Koch, 1837
  • Pholcus americanus Nicolet, 1849
  • Pholcus atlanticus Hentz, 1850
  • Pholcus litoralis L. Koch, 1867
  • Pholcus dubiomaculatus Mello-Leitão, 1918
  • Pholcus communis Piza, 1938
  • Pholcus lambertoni Millot, 1946

Pholcus phalangioides, le Pholque phalangide, est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Pholcidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution

Cette espèce est presque cosmopolite[1].

Description[modifier | modifier le code]

Pholcus phalangioides

Le mâle étudié par Huber en 2011 mesure 6,7 mm[2].

C'est une araignée typique des maisons, elle se reconnaît aisément à ses très grandes pattes (qui parfois la fait confondre avec un faucheux ou une tipule). Le Pholque phalangide réside dans les caves, dans les coins des pièces, en haut des fenêtres où il tisse une toile irrégulière. Il s'y tient accroché, les pattes en haut, le corps en bas.

Détail

Comportement[modifier | modifier le code]

Dérangé, l’animal peut fuir mais la plupart du temps il fait vibrer sa toile, et elle tremble tellement qu’il en disparaît presque de la vue.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Comme toutes les araignées, cette espèce est prédatrice et se nourrit de petits insectes volants se prenant à sa toile. À l'occasion, elle s'attaque aussi à des animaux marchant qui rencontrent les fils de sa toile. Ainsi une tégénaire, araignée pourtant plus grosse et d'apparence plus robuste, n'a aucune chance contre lui. Le Pholque phalangide n'hésite pas à s'attaquer aux guêpes isolées qui s'aventurent dans les habitations, l'araignée emmaillote alors la guêpe en quelques fractions de seconde pendant que celle-ci marche sur une surface, une vitre par exemple.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Femelle et sa progéniture
Femelle et sa progéniture

Le mâle va approcher la femelle avec prudence car elle pourrait le prendre pour une proie potentielle et le consommer. Il va donc faire vibrer la toile de la femelle suivant un rythme particulier afin de se faire reconnaître par elle. La femelle, une fois fécondée, va pondre ses œufs dans une construction de soie, le cocon. Elle va le transporter avec elle constamment jusqu'à l'éclosion de ses petits. Ceux-ci, qui ne sont capables de subvenir à leurs besoins qu'au bout de quelques jours, vont rester sur la toile de la femelle.

Venin[modifier | modifier le code]

Bien qu'elle soit venimeuse, cette espèce est absolument sans aucun danger pour l'être humain.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite par Fuesslin, qui est le nom que Johann Kaspar Füssli utilisait pour signer ses publications scientifiques, en 1775 sous le protonyme Aranea phalangoides.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Fuesslin, 1775 : Verzeichnis der ihm bekannten schweizerischen Insekten, mit einer ausgemahlten Kupfertafel: nebst der Ankündigung eines neuen Inseckten Werkes. Zurich und Winterthur, p. 1-62.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b WSC, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Huber, 2011 : Revision and cladistic analysis of Pholcus and closely related taxa (Araneae, Pholcidae). Bonner zoologische Monographien, vol. 58, p. 1-509 (texte intégral).