Pauline Fourès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pauline Fourès
Tombe au cimetière du Père-Lachaise (division 26)

Pauline Fourès née Bellisle dite la Bellilote est née le 15 mars 1778 à Pamiers dans l'Ariège, morte à Paris le 18 mars 1869, mariée à Jean Noël Fourès, puis avec Pierre Henri de Ranchoux, nommé vice-consul à Santander, puis en 1810 consul en Suède.

Elle fut une maîtresse de Napoléon Bonaparte puis de Kléber durant la campagne d'Égypte en 1798 et 1799.

Pauline Bellisle est la fille de Henri Jacques Clément Bellisle, horloger, et de Marguerite Pauline Barandon. Jeune femme très jolie sensible à l'uniforme, elle épouse Jean Noël Fourès, officier chasseur à cheval qu'elle suit jusqu'en Égypte. Elle échappe de peu à la mort lors de la révolte du Caire le 21 octobre 1798. Le 1er décembre 1798, elle rencontre Napoléon Bonaparte et devient sa maîtresse durant la campagne. Elle se console dans les bras de Kléber après le retour de Napoléon en France.

Pauline revient néanmoins en France en 1799, elle gagne Paris mais ne peut approcher le Premier consul. Elle se remarie avec Pierre Henri de Ranchoux, nommé vice-consul puis consul en 1810 en Suède.

Après une rencontre avec l'empereur, elle divorce à nouveau et se remarie avec Jean Baptiste Bellard, capitaine de la Garde. Après un séjour au Brésil où le couple fait fortune, elle revient à Paris en 1837, où elle vit confortablement. Musicienne, elle peint et collectionne les tableaux, et mène une existence paisible jusqu'à la fin de sa vie.

Pauline Fourès a écrit un roman Lord Wentworth.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Stefan Zweig, dans Un caprice de Bonaparte (pièce de théâtre), décrit comment le général Bonaparte rencontra Bellilote, l'épouse du lieutenant Fourès puis comment il utilisera son autorité de commandant de l'armée d'Égypte puis de premier consul pour éloigner puis faire taire le lieutenant Fourès. Cette pièce est une nouvelle occasion pour Stefan Zweig de revenir sur les relations ambigües entre Bonaparte et son ministre de la police, Joseph Fouché.

Sources partielles[modifier | modifier le code]

  • De Bonaparte à l'Empereur, Éditions Atlas DP 2004
  • Un portrait de Pauline Fourès dans le livre "Femmes d'exception en Languedoc-Roussillon" de Hubert Delobette, Le Papillon Rouge Éditeur, 2010. (ISBN 978-2-917875-13-1)

Sur les autres projets Wikimedia :