Patrick Gabarrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrick Gabarrou est un alpiniste, guide de haute-montagne et conférencier français né le 19 juillet 1951 à Évreux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Champion de France de ski-alpinisme en 1989, Patrick Gabarrou est avant tout un glaciériste de haut niveau, même s'il a participé à nombre de premières rocheuses de haute difficulté. Il est l'un des ouvreurs les plus actifs de sa génération : plus de 250 premières, dont une quinzaine sur le prestigieux mont Blanc. Il est aussi l'auteur de plusieurs itinéraires dans la très difficile face nord des Grandes Jorasses, mais aussi dans des massifs moins connus comme le massif de l'Argentera. Patrick Gabarrou a également gravi des sommets en Bolivie, Alaska, Canada, Patagonie et dans l'Himalaya (l'Everest ainsi que le pic Sans Nom cotant 7 900 mètres).

Dénonçant ce qu'il qualifie de camps de torture et d'extermination et le génocide tibétain[1], il donne le nom de Tibet libre à la voie qu'il a ouverte en octobre 1996 avec Philippe Batoux en face sud du Triolet[1]. En 1996, il s'oppose à une expédition franco-chinoise controversée au Tibet[2].

Durant l'hiver 2007, il est victime d'un accident en cascade de glace qui lui occasionne une côte et une vertèbre cassées ainsi qu'une perforation du poumon.

Principales ascensions[modifier | modifier le code]

Nouvelles voies aux Grandes Jorasses[modifier | modifier le code]

  • Directissime de la Walker, avec Hervé Bouvard, 5 jours en été 1986
  • Directissime de la Margerita, avec Christian Appertet, 3 jours en été 1992
  • Alexis (en mémoire d’Alexis Long) à la pointe Whymper, avec Benoît Robert, en 3 jours en été 1993
  • A Lei, 850 mètres, A3, 6b, VI, 5+, M5+, avec Philippe Batoux et Benoît Robert, février 2003
  • Heidi, 850 mètres, A3, VI, 4+R, M5+,5c avec Philippe Batoux et Christophe Dumarest, 17-21 mars 2005
  • Hugues d'en haut (en hommage à Hugues d'Aubarede) le 22 septembre 2008 avec Michel Coranotte

Nouvelles voies au mont Blanc[modifier | modifier le code]

Le Grand Pilier d'Angle avec, en bleu, la voie Divine Providence ouverte en juillet 1984
  • Hyper Couloir au mont Blanc, 700 m, V, 6, avec Pierre-Alain Steiner, en mai 1982
  • Divine Providence, 900 m, ABO inf, avec François Marsigny, 5-7 juillet 1984 (itinéraire actuellement le plus difficile)
  • Cascade Notre Dame, 700m, V, WI6, avec François Marsigny, 1984
  • Freneysie Pascale, 700m, VI, WI6 R, avec François Marsigny, 1984
  • Abominette, 700m, IV, 5.8, WI3, avec Christophe Profit et Sylviane Tavernier, 1984
  • Fantomastic, 700m, V, WI6, avec François Marsigny, 1985
  • Patagonic, 700 m, M6, V+, WI6, A1, avec Christophe Dumarest, 2003

Autres réalisations[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Aux amis disparus dans le Cervin avec Lionel Daudet
  • 1977 : première descente à ski de la face nord du col de Peuterey avec Jean-Marc Boivin
  • 1993 : Il ouvre une nouvelle voie au piz Bernina sur l'éperon ouest en compagnie de Tobias Heymann. Ils qualifient la voie de « très, très recommandable et magnifique avec un rocher très, très bon »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charlie Buffet, Patrick Gabarrou: «ça me donne envie de vomir», Libération, 5 décembre 1996
  2. François Labande, Sauver la montagne, Olizane, 2004, (ISBN 2-88086-325-2) p. 136 : « De grands guides dénoncent publiquement cette entreprise, Christophe Profit, Patrick Gabarrou, Patrick Bérhault qui s'insurge : « cette alliance de deux nations fraternellement unies au milieu d'un territoire écrasé par l'oppression ne tient pas la route ». »
  3. (de) Daniel Anker, Piz Bernina: König der Ostalpen, 1999, p. 119

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]