Pandolf VI de Capoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pandolf.


Pandolf VI de Capoue ou de Teano prince de Capoue de 1022 à 1026.

Origine[modifier | modifier le code]

Pandolf et son frère Gisolf comtes de Teano appartiennent à la dynastie régnante mais leur origine est incertaine. Pandolf est installé à Capoue en 1022 par l'archevêque Pilgrim de Cologne qui dépose son prédécesseur Pandolf IV de Capoue et qu'il envoie prisonnier en Allemagne. En 1023 l'empereur Henri II du Saint-Empire accorde officiellement la principauté à « Pandulfo et Iohanni filio eius  » en précisant seulement « ut avus Pandulfus tenuit » ce qui permet d'avancer l'hypothèse que Pandolf et son frère sont les fils d'Aténolf (mort 982) ou de Gisolf deux fils puinés de Pandolf Tête de Fer.

Règne[modifier | modifier le code]

Après la mort de l'empereur Henri II en 1024, à la requête de Guaimar III de Salerne, le nouvel empereur Conrad III du Saint-Empire libère Pandolf IV. Guaimar IV et son allié Pandulf IV assiègent rapidement Capoue avec l'appui des mercenaires normands de Rainulf Drengot. En 1025, le Catapan byzantin Basil Boiannes, qui était occupé par une expédition en Sicile se joint à eux avec ses forces . En 1026, après un siège de 18 mois, Boiannes négocie alors la reddition de Pandolf de Teano et de son fils Jean et leur accorde un sauf conduit pour se retirer à Naples.

En 1027, Pandolf IV, rétabli à Capoue assiège Serge IV de Naples, qui avait accordé l'asile à son rival Pandolf de Teano. La cité est prise et Serge IV, Pandolf et son fils se réfugient soit à Rome soit en « Romania » c'est-à-dire dans les États de l'église, où il meurent quelques années plus tard. Jean était mort en 1052, quand son jeune frère Pandolf apparait comme l'ainé de sa fratrie..

Postérité[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jules Gay L'Italie méridionale et l'Empire byzantin depuis l'avènement de Basile Ier jusqu'à la prise de Bari par les Normands (867-1071) Albert Fontemoing éditeur, Paris 1904 p. 636.