Palais Catherine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour le palais à Moscou, voir Palais Catherine (Moscou)
Palais Catherine
La façade sud vue du jardin
La façade sud vue du jardin
Présentation
Nom local Большой Екатерининский дворец
Période ou style Architecture baroque
Type Palais
Architecte Bartolomeo Rastrelli
Date de construction 1752-1756
Destination initiale Palais de l'impératrice Élisabeth Ire
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Localité Pouchkine
Localisation
Coordonnées 59° 42′ 57″ N 30° 23′ 44″ E / 59.715833, 30.39555659° 42′ 57″ Nord 30° 23′ 44″ Est / 59.715833, 30.395556  

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pétersbourg

(Voir situation sur carte : Saint-Pétersbourg)
Palais Catherine

Le palais Catherine (en russe : Екатерининский дворец, Iekaterininski dvorets), appelé aussi improprement palais de Tsarskoïe Selo (car il existe aussi à Tsarskoïe Selo le palais Alexandre), est un palais de Russie du XVIIIe siècle de style baroque, situé à Pouchkine (ancienne Tsarskoïe Selo, c'est-à-dire « village du Tsar »), à 25 km de Saint-Pétersbourg.

Le nouveau palais des tsars de Russie[modifier | modifier le code]

En 1752, l'impératrice Élisabeth Ire ordonne la construction du palais. Elle veut faire bâtir le plus beau château du monde. Le palais a été conçu par Bartolomeo Rastrelli. Élisabeth baptise sa nouvelle demeure « palais Catherine », en l'honneur de sa mère, Catherine Ire, qui avait fait bâtir un petit château à cet emplacement. Le palais est inauguré le 30 juillet 1756.

L'âme de Tsarskoïe Selo[modifier | modifier le code]

Catherine II, dite la Grande, qui succède à Élisabeth, agrandit le palais existant. La galerie d'art du palais ne comptait qu'une douzaine d'œuvres originales, mais Catherine II envoie des ambassadeurs à travers l'Europe pour acquérir les plus belles œuvres existantes. Bientôt, la collection impériale compte près de quatre mille toiles.

Catherine aménage des pavillons et des jardins à l'anglaise autour du grand étang du palais.

La façade[modifier | modifier le code]

La façade du palais Catherine mesure plus de 300 mètres de long.

La façade de couleur bleue avec des piliers blancs est ornée de sculptures dorées.

Les intérieurs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chambre d'ambre.

Chaque pièce est ornée de sculptures, de miroirs et de statuettes. Une des pièces les plus spectaculaires du palais est la Chambre d'ambre. Autrefois la salle était couverte d'ambre véritable du sol au plafond. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le château et les jardins ont beaucoup souffert des déprédations de l'armée allemande et à cette époque la Chambre d'ambre a disparu. Elle a, depuis peu, été reconstituée à l'identique sur financement allemand. L'enfilade au passage d'or, œuvre de Rastrelli, est composée de cinq portes dorées.

Le palais est le royaume par excellence de la dorure, le jaune doré rayonnant dans toutes les pièces et les salles principales en regorgent. D'abord l'immense salle du Trône avec ses 846 mètres carrés occupant toutes l'aire du ressaut central, son plafond qui élargit encore la perspective de la pièce, les dorures à profusion des fenêtres et des miroirs. On retrouve ce goût du monumental dans l'escalier de marbre richement décoré ou dans la salle des Tableaux et sa superbe marqueterie aux teintes marron multicolores.

Le parc[modifier | modifier le code]

Le parc comporte de nombreuses folies (fabriques de jardin) : la Grotte (ou salon du Matin), l'Amirauté, la colonne de Tchesmé, les Bains turcs, la Pyramide, le Pont de Marbre (ou palladien), la Tour en ruine, le Pavillon grinçant, la Glorietteetc.

À l'extérieur, dans le magnifique parc de plus de 100 hectares, la construction la plus originale est la galerie Cameron, décorée de bustes de personnages et de dieux antiques, ou le pavillon d'Agate et le Jardin suspendu. Le parc paysager s'articule autour du Grand Étang avec la célèbre colonne de Tchesmé, commémorant la grande victoire navale sur les Turcs, et des pavillons comme les Bains turcs en forme de mosquée, pavillons néo-classiques aux volumes géométriques adoucis d'incrustations en relief.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Le palais Catherine en hiver.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Khodassevitch,Tsarskoïe-Selo. Palais et parcs, traduit en français par N. Moultatouli, Saint-Pétersbourg, éd. Medny Vsadnik, 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]