Oreille de Denys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 04′ 34″ N 15° 16′ 34″ E / 37.076236, 15.27625

L'entrée de l'Oreille de Denys
L'intérieur de l'Oreille de Denys, par Jakob Philipp Hackert (1777)

L'Oreille de Denys (en italien Orecchio di Dionisio) est une grotte artificielle sise à Syracuse, en Sicile, dans l'antique carrière de Latomia del Paradiso, à proximité du théâtre grec du parc archéologique de Néapolis.

Le peintre Caravaggio qui est venu à Syracuse en 1608 lui donnera son nom grace à une ressemblance, par la forme de son entrée, avec une oreille de faune et, d'autre part, du tyran Denys l'Ancien

Histoire[modifier | modifier le code]

En octobre 1608, Le Caravage débarque à Syracuse après son évasion nocturne de l'île de Malte où il est emprisonné[1]. Il visite, entre autres, les ruines grecques du port sicilien en compagnie de l'historien, archéologue et antiquaire Vincenzo Mirabella. Selon ce dernier, Le Caravage qualifie le premier cette étrange grotte d'Oreille de Denys[2], référence à Denys l'Ancien ; en effet, selon la tradition, le tyran emprisonne dans cette latomia ses ennemis et, en raison des formidables propriétés acoustiques du lieu, peut surprendre leurs conversations et connaître leurs secrets.

Le peintre, dans l'arrière-plan de ses tableaux Funérailles de sainte Lucie, Résurrection de Lazare notamment, évoque le décor des carrières antiques.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Creusée dans le calcaire, la grotte a une hauteur d'environ 23 mètres, sa largeur varie de 5 à 11 mètres et son parcours sinueux dans la falaise, en forme de S, est de 65 mètres.

L'Oreille de Denys vue par quelques peintres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Puglisi : Caravage, traduit de l'anglais par Denis-Armand Canal, Paris : Phaidon, 2005, p. 259 (ISBN 978-07-1489-475-1)
  2. Catherine Puglisi : Caravage, op. cit., p. 313 (ISBN 978-07-1489-475-1)
  3. Notice sur le site National Library of Australia
  4. Notice sur le site du British Museum
  5. Notice sur le site du British Museum
  6. Notice sur la base Joconde