Jacob Philipp Hackert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacob Philipp Hackert

Description de cette image, également commentée ci-après

Jacob Philipp Hackert, peint par Augusto Nicodemo, 1797

Naissance 15 septembre 1737
Prenzlau
Décès 28 avril 1807
San Piero di Careggi près de Florence
Nationalité Saint-Empire romain germanique (962 — 1806) Saint-Empire romain germanique
Activités Artiste-peintre
Formation Académie des Beaux-Arts de Berlin
Maîtres Philipp Hackert, son père
Mouvement artistique classicisme
Mécènes Ferdinand IV de Bourbon
Influencé par Claude Joseph Vernet

Œuvres réputées

La défaite de la flotte turque à la bataille de Tschesme (1771)
Vue sur Saint-Pierre de Rome (1777)
Paysage avec les ruines de temple d'Agrigente en Sicile (1778)
Vue du mont Ventoux depuis les environs de Carpentras (1778)

Jacob Philipp Hackert né le 15 septembre 1737 à Prenzlau et mort le 28 avril 1807 à San Piero di Careggi est un peintre paysagiste allemand néoclassique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philipp Jakob commença sa formation artistique dans l'atelier de son père Philipp, qui décéda en 1786, et de son oncle, un peintre de Berlin. Il se rendit, à partir de 1758, à l'Académie des Beaux-Arts de Berlin et en 1761, pour la première fois, deux de ses paysages retinrent l'attention.

Il fut invité par le baron Adolf Friedrich Olthoff à Stralsund, Rügen et Stockholm, où Jacob réalisa des peintures murales. Au cours des années 1765 à 1768 il se rendit à Paris en compagnie de Balthasar Anton Dunker. Il y découvrit, Claude Joseph Vernet, le peintre avignonnais, déjà célèbre pour ses paysages et ses marines, ainsi que le graveur sur cuivre Johann Georg Wille.

En 1767, lors d'un séjour en France, Hackert séjourna plusieurs mois dans la résidence de campagne de l’évêque du Mans, Louis-André de Grimaldi. Cette résidence était située à La Chaussée-d'Ivry, il y peignit une gouache sur papier, signée datée et localisée Jacq. Ph. Hackert f. à Yvré 1767[1].

Après un voyage en Normandie et Picardie, en 1768, il partit avec son frère Georg en Italie, vers Rome et Naples. Il entra en relation avec Johann Friedrich Reiffenstein et William Hamilton. Voyageant dans toute l'Italie, il se fit une réputation de talentueux peintre paysagiste. Puis, il fut appelé à la cour de Naples, auprès du roi Ferdinand IV de Bourbon.

En 1778, de passage dans le Comtat Venaissin, il va véritablement innover en prenant pour la première fois le massif du Mont Ventoux comme seul thème dans son tableau Vue du mont Ventoux depuis les environs de Carpentras[2].

En 1786, de retour à la Cour napolitaine, il y rencontra Johann Wolfgang von Goethe. Dès lors les deux hommes se portèrent une estime réciproque. À la suite de l'insurrection des Lazzaroni de Naples, il s'enfuit à Livourne et à Pise, puis s'établit à Florence. Il décéda à San Piero di Carregio (aujourd'hui Careggi), dans la campagne florentine. Après sa mort, en 1811, Goethe rédigea sa première biographie.

Il fut en son temps un artiste fort apprécié et contrairement à ses contemporains italiens, tel Francesco Piranèse, qui peignait des paysages héroïques, il chercha toujours la précision et fidélité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. W. Kröning et R. Wegner, Jacob Philipp Hackert, Der Landschaftmaler der Goethezeit, Vienne, 1994, page 123.
  2. Jean-Paul Chabaud, Encyclopédie Ventoux op. cit., p. 298.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Barruol, Nerte Dautier, Bernard Mondon (coord.), Le mont Ventoux. Encyclopédie d'une montagne provençale, Alpes de Lumières,‎ 2007 (ISBN 978-2-906162-92-1)
  • Wolfgang Krönig, Jakob Philipp Hackert: der Landschaftsmaler der Goethezeit, Cologne 1994.
  • Claudia Nordhoff avec Hans Reimers, Jakob Philipp Hackert 1737-1807. Verzeichnis seiner Werke, Berlin 1994.
  • Thomas Weidner, Jakob Philipp Hackert. Landschaftsmaler im 18. Jahrhundert, Bd. 1, Berlin 1998.
  • Cesare de Seta et Claudia Nordhoff Hackert, Naples, 2005.
  • Hubertus Gaßner, Hermann Mildenberger, Claudia Nordhoff, Peter Prange, Simon Reynolds, Hein-Th. Schulze-Altcappenberg, Andreas Stolzenburg et Reinhart Wegner, Jakob Philipp Hackert. Europas Landschaftsmaler der Goethezeit, Hamburger Kunsthalle, 2008.

Sur les autres projets Wikimedia :