Novgorod (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Novgorod (homonymie).
Novgorod
Новгород
Image illustrative de l'article Novgorod (cuirassé)

Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie
Quille posée 17 décembre 1871
Lancement 21 mai 1873
Statut désarmé en 1900, démoli en 1912
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé de défense côtière de la classe Popovka
Longueur 30,08 mètres
Maître-bau 30,08 m
Tirant d'eau 4,1 m
Pont 60 mm
Tonnage 2 491 tonnes, 2 671 tonnes pleine charge
Propulsion 8 chaudières à charbon, six hélices
Puissance 3 000 chevaux
Vitesse 7 nœuds (13 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture en acier 230 mm, socle de la cheminée 175 mm, barbette 229 mm
Armement 2 × 279 mm - 2 × 86 mm - 16 × 37 mm
Autres caractéristiques
Équipage 149
Chantier naval arsenal de l'île Galerny à Saint-Pétersbourg et Nikolaïev
Port d'attache Nikolaïev

Le Novgorod (en russe : Новгород) est un cuirassé de la Marine impériale de Russie. Il est l'un des navires les plus insolites jamais construit. Dans la mémoire des marins russes, comme ses sister-ships le Gangut et le Modèle:Nacire, il reste un mythe, souvent décrit « comme le pire des navires de guerre jamais construit ». La coque de forme circulaire (vue de haut) était destinée à procurer une certaine stabilité pour les armes à feu, mais il se révèle difficile à manœuvrer dans la pratique[1]. Par sa lourdeur, sa lenteur, son manque de maniabilité le Novgorod est un navire très vulnérable.

Construction[modifier | modifier le code]

La construction du Novgorod est supervisée par l'amiral Andreï Alexandrovitch Popov (en). Ce cuirassé reçut une plate-forme stable et fut armé de quelques armes lourdes pouvant opérer sur les eaux côtières[1].

La coque du navire[modifier | modifier le code]

Schéma du Novgorod

La grande spécificité du Novogorod est sa coque : habituellement les navires sont plus longs que larges, mais celui-ci est circulaire. Il a une longueur et une largeur de 31 mètres. Hormis ses deux cheminées, il est plat et, lors des tempêtes, le pont était submergé.

Propulsion[modifier | modifier le code]

Le Novgorod est doté de six machines à vapeur actionnées par huit chaudières. Chaque machine possède sa propre hélice. Chacune de ces machines fournit 560 chevaux, pour une poussée totale de 3 000 chevaux. Les chaudières et les salles des machines occupent la moitié de l'espace intérieure de la coque du navire. Les chaudières sont placées dans deux compartiments distincts. Le navire est barré par un seul homme et pouvait atteindre 6,7 nœuds (12 km/h).

Armement[modifier | modifier le code]

Le Novgorod est équipé principalement d'une artillerie. Deux canons de 279 mm par chargement arrière, deux canons de 86 mm et seize canons de 37 mm. Les canons sont placés sur la plate-forme centrale, chaque canon est mobile indépendamment.

Blindage[modifier | modifier le code]

Le Novgorod reçoit une ceinture de blindage, les barbettes et l'ancrage des cheminées étant également blindées. La ceinture de blindage était d'une épaisseur de 178 à 229 mm, 457 mm au-dessus de la ligne de flottaison et 1,4 mm au-dessous de la ligne de flottaison. La barbette d'une hauteur de 2,02 mètres possédait un blindage de 229 mm. Quant au pont, il fut blindé avec des plaques de fer d'une épaisseur de 6 cm. En outre, le socle de la cheminée, point sensible sur un navire de guerre, bénéficia d'un blindage de 115 mm.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le Novgorod est prévu pour la défense côtière. Il navigua principalement à l'embouchure du Dniepr et la mer Noire, son port d'attache est Nikolaïev. Toutefois, lors de la guerre russo-turque de 1877-1878, il sert dans la Flottille du Danube. En 1892, devenu obsolète il est utilisé pour la défense côtière.

Navire frère[modifier | modifier le code]

Le Novgorod a un sister ship le Kiev, plus tard, il est rebaptisé du nom de Amiral Popov, ce dernier est moins connu que son aîné. Le yacht impérial Livadia est également construit sur le modèle du Novgorod.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Martin J. Dougherty, The world pires armes, Metro books (ISBN 978-0-7007-8581-2)[à vérifier : La somme de contrôle devrait être 0 et non 2, demandé le 30 mars 2015]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]