Netlinking

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le netlinking ou link building est l'augmentation du nombre de liens hypertextes menant vers un site web, à partir de sites dont le public correspond à celui visé. Il peut se faire par échange ou achat de liens. L'objectif est d'améliorer le référencement dans les moteurs de recherche.

Principe[modifier | modifier le code]

Au fil du temps, les référenceurs ont développé un arsenal important pour créer des liens vers leurs sites afin d'améliorer leur notoriété aux yeux des moteurs de recherche. La création de sites ou de blogs connexes, l'utilisation des sites de publication d'articles, le guest blogging et les annuaires sont autant de techniques de netlinking.

Google reconnait dans ses guidelines l'utilité des liens dans une stratégie de référencement naturel. Les liens étant produits « naturellement » par les internautes, si le contenu du site leur semble pertinent et original.

Parmi les critères majeurs que distingue Google dans son célèbre et secret algorithme de référencement, les liens envoient un signal significatif à Google quant à la qualité d'un site. Les autres critères que sont le contenu du site et son architecture technique (optimisation on-page / url) restant des fondamentaux.

Voici un extrait des guidelines de Google sur les systèmes de liens : « Le classement de votre site dans les résultats de recherche Google est en partie basé sur l'analyse des sites qui comportent des liens vers vos pages. La quantité, la qualité et la pertinence des liens influencent votre classement. Les sites proposant des liens vers vos pages peuvent fournir des informations sur l'objet de votre site, et peuvent indiquer sa qualité et sa popularité[1]. »

Google, lors de sa mise à jour d'algorithme d'avril 2012 baptisée Google Pengouin, a sanctionné les pages des sites web ayant abusé de techniques de référencement abusif. La mise à jour Google Pengouin n'a pas signifié la fin de l’intérêt de référencement naturel, mais la fin des techniques de référencement abusif (Black hat) générant massivement et automatiquement des liens de faible qualité vers une page web. L'algorithme Google a été mis à jour récemment, le 22 mai 2013. Penguin 4 pénalise encore plus fortement le netlinking. Celui-ci doit être de plus en plus naturel. Comme toujours, la sur-optimisation est pénalisée par Google. Avec Penguin 4, 2,3% des requêtes seront affectées, d'après Google.

Google filtrant les liens qu'il considère comme abusif, les pratiques de netlinking évoluent vers des solutions plus qualitatives en termes de contenu et de liens produits. Les pratiques historiques comme l'inscription dans les annuaires font partie des systèmes basiques, mais ils ne concourent que peu au bon référencement d'un site.

À l'inverse, les liens issus de blogs thématiques ou les liens spontanés issus de sites de presse ou de sites fortement appréciés par Google sont devenus les plus recherchés car les plus pertinents. Le lien devant se situer sur une page web traitant d'une thématique proche du site web vers lequel il pointe.

La progression forte de l'audience des plateformes sociales comme Facebook ou Twitter a amené les webmasters et webmarketers à se poser la question de l'utilité des liens issus de ces sites web. L'audience issue de ces sites est croissante, mais les liens issus des sites sont-ils pris en compte par Google. Matt Cutts, lors d'une conférence à Washington en 2012[2], a indiqué que le signal social envoyé par Google+ n'était pas un signal de qualité et que les liens restaient supérieurs en efficacité.

Link building vs link baiting[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, on distingue deux grandes approches : la création active de liens, le link building et la création de contenu attractif, le link baiting. Ce dernier terme vient de l'anglais bait et peut être traduit par pêche aux liens. Il ne s'agit plus ici de trouver des endroits pour placer des liens, mais d'attendre que les internautes trouvent le contenu et fassent naturellement des liens vers la page ou le site en question.

Politique de liens (Link building)[modifier | modifier le code]

Tous les liens n'ont pas la même valeur aux yeux des moteurs de recherche (popularité de liens). Nombre de webmasters utilisent les échanges de liens afin de gagner des visiteurs et du PageRank. Par ailleurs, Google a également instauré un BlockRank dans sa formule pour bloquer les sites qui ne respectent pas les directives. L'échange de liens permet, outre l'amélioration du positionnement dans les moteurs, d'augmenter, dans une certaine mesure, la popularité et le nombre de visiteurs directement de site à site.

Depuis quelques années, Google a également lancé un nouveau critère de positionnement dans son algorithme : le TrustRank. Outre le fait d'obtenir des liens entrants vers des pages web, il faut désormais obtenir des liens de qualité, notamment en provenance de sites réputés (sites institutionnels, réseaux sociaux, etc.). De ce fait, le nombre de liens entrants n'est plus l'ingrédient principal d'un référencement réussi : c'est plutôt la qualité des liens acquis qui prime. Ce critère vise clairement à limiter l'utilisation de techniques malencontreuses ou de triches pour obtenir des liens en nombre de mauvaise qualité (ferme de liens, soumission automatique à des annuaires de recherche par centaines, etc.).

Un link building de qualité se repère par quelques critères stricts :

  • Liens provenant de sites à fort PageRank (et si possible à fort TrustRank, en théorie)
  • Liens provenant de pages dont la source propose une thématique équivalente à celle de la page web ciblée
  • Liens issus directement du contenu d'une page plutôt que du bas de page (footer)comme dans la plupart des échanges de liens (netlinking)
  • Liens ayant une ancre réfléchie pour optimiser une requête (bien choisir l'intitulé du lien si possible)
  • Liens ayant des ancres variées faisant appel aux synonymes, pluriels et autres déclinaisons possibles
  • Liens placés sur des pages ne contenant pas plus de 100 liens


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]