Naoshima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Naoshima
直島町
Drapeau de Naoshima
Drapeau
Benesse House, par Tadao Andō, sur Naoshima
Benesse House, par Tadao Andō, sur Naoshima
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Shikoku
Préfecture Kagawa
Démographie
Population 3 244 hab. (2013)
Densité 228 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 28′ N 134° 00′ E / 34.47, 134 ()34° 28′ Nord 134° 00′ Est / 34.47, 134 ()  
Superficie 1 422 ha = 14,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 14.svg
Naoshima

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 14.svg
Naoshima

Naoshima (?) est une île du Japon, dans la mer intérieure de Seto.

Géographie[modifier | modifier le code]

Naoshima est une petite île de la mer intérieure de Seto, entre Honshū et Shikoku. Elle est située à environ 2 km au sud-est de Tamano sur Honshū et à 5 km à l'ouest de l'île de Teshima.

Administrativement, l'île fait partie du bourg de Naoshima (直島, Naoshima-chō?), lui-même relié au district de Kagawa dans la préfecture de Kagawa. Outre Naoshima, le bourg comprend une dizaine d'îles qui lui sont proches, pour une superficie totale de 14,22 km².

Au , la population du bourg était estimée à 3 244 habitants, soit une densité de population de 228 hab./km².

Économie[modifier | modifier le code]

L'industrie de l'île est dominée par Mitsubishi Materials (en), qui possède un site de raffinage sur Naoshima depuis 1917. Le tourisme est une autre composante importante de l'économie de l'île.

Transports[modifier | modifier le code]

On peut l'atteindre en bateau depuis le port de Takamatsu ou d'Okayama.

Art contemporain[modifier | modifier le code]

Naoshima héberge plusieurs musées d'art contemporain. La société Benesse (en) (l'une des plus grandes sociétés d'éducation du Japon, basée à Okayama) et son président Sōichirō Fukutake (en) ont dirigé la création et l'exploitation d'un site d'art, Benesse Art Site Naoshima (ベネッセアートサイト直島, Benesse āto saito Naoshima?)[1], depuis la fin des années 1980. Elle a été initiée par la construction du complexe hôtel/musée Benesse House (ベネッセハウス, Benesse Hausu?), conçu par Tadao Andō, de 1989 à 1992[1].

Le musée d'art de Chichū (地中美術館, Chichū bijutsukan?, lit. « musée d'art souterrain ») abrite plusieurs œuvres in-situ : une installation lumineuse de l'artiste américain James Turrell, une sculpture utilisant le motif de la sphère et des colonnes par Walter De Maria, et une suite de Nymphéas Claude Monet[2]. Également conçu par Tadao Andō, il est situé sur l'un des points culminants de l'île et plusieurs œuvres, ainsi que son architecture, tirent parti du panorama.

L'île comporte plusieurs œuvres et installations d'art contemporain, la plupart en plein air, dont certaines dans le village dans le cadre de l'Art House Project (家プロジェクト, Ie purojekuto?, littéralement « projet maison »). On trouve ainsi une pièce noire de James Turrell, qui après adaptation de l'œil, montre que le noir n'est pas une couleur mais une illusion optique. Une sculpture monumentale de Walter De Maria est également installée en contrebas du Benesse House. Le site a comme toujours été très soigneusement choisi par l'artiste : il consiste en un parallélépipède de béton en bas d'un escalier monumental faisant face à la mer intérieure. De Maria a investi l'espace avec deux énormes sphères de granite ainsi qu'un ensemble de colonnes qui semblent regarder la mer, à moins qu'elles ne regardent l'observateur : « In my life and work I seek... the right place, the right action, the right time. » Des œuvres de Niki de Saint Phalle et Yayoi Kusama sont également présentes[1]. La présence d'œuvres de Turrel et de De Maria à la fois dans les musées et dans le village font de Naoshima un endroit où les œuvres se répondent d'un site à l'autre[1].

Le musée d'art de Fukutake possède un jardin de sculptures. Le musée James Bond est inspiré de l'utilisation de l'île comme cadre dans le roman The Man with the Red Tattoo de Raymond Benson paru en 2002[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Guillaume Mollaret, « Sur l'île de Naoshima soufflent les arts », Le Figaro,‎ 9 septembre 2012
  2. (en) « On Finding God in a Gourd in Naoshima (In Japan) », This Japanese Life,‎ 26 juin 2013
  3. (en) Jonathan Clements, « From Naoshima With Love », The Official Schoolgirl Milky Crisis Blog,‎ 30 octobre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :