Mohammad Shaybânî

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Mohammad Shaybani

Mohammad Shaybânî ou Mohammed Sheibani (v. 1451-1510), petit-fils et successeur d'Abû-l-Khayr après un interrègne de 32 ans, fut le deuxième souverain de la dynastie turco-mongole des Chaybanides d'Ouzbékistan, et régna de 1500 à 1510.

Ses origines quelque peu légendaires en font à la fois un Genghiskhanide et un descendant d'un homonyme, fondateur de sa dynastie, qui aurait converti sa tribu à l'islam dès le XIIIe siècle. Il est né dans la région de Sighnak, sur le Syr Daria inférieur. Il doit d'abord restaurer la puissance de son grand-père dans sa région natale.

Vers 1495-1496, Shaybânî Khan guerroie en Transoxiane, où se sont installées diverses tribus issues de la Horde d'or, puis contre l'extension de l'Empire moghol (Bâbur prend Samarcande en 1497). Profitant de la révolte des tribus du Ferghana, il prend Samarcande en 1500 (il la perd un temps au profit de Bâbur, mais la reprend dès 1501), puis Khiva en 1505, Boukhara (où il transfère sa capitale) et peut-être brièvement Hérat où il renverse en 1507 Badi az-Zaman, fils de Husayn Bayqara, le dernier des timourides.

Il constitue ainsi en quelques années un vaste empire ouzbek qui s'étend sur les villes de Hérat, Merv, et Mashhad dans l'est du Khorassan, ; sur Boukhara, Samarcande et Tachkent en Transoxiane ; sur Khiva et Ourguentch au Khwarezm. En 1510, son armée est battue à Merv par le Chah séfévide Ismail Ier et il est tué au combat. Son crâne, incrusté de pierres précieuses, servit, dit-on, de coupe à boire à son vainqueur. Son oncle Köchkunju lui succéda. Les Chaybanides se maintiennent encore pendant presque un siècle dans la région face aux Séfévides.

Mohammad Shaybânî est décrit comme un mécène, protecteur des arts et poète capable de composer en turc et en persan. C'est sous son règne que commence à se développer l'historiographie en langue tchaghataï probablement sous l'influence de la culture persane. Mohammad et ses successeurs font construire des madrasas, développent les wafqs (fondations pieuses) et s'entourent d'intellectuels religieux, oulémas et soufis. Mohammad est un musulman sunnite de l'école juridique hanéfite et à la différence de ses prédécesseurs khans de la Horde d'or il crée un État fondé sur les règles du sunnisme hanéfite, contrastant avec le chiisme duodécimain des Séfévides[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire du Monde, collectif sous la direction de George Jehel, édition du temps p.273