Mixtur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mixtur est une composition pour orchestre, quatre générateurs d'ondes sinusoïdales et quatre modulateurs en anneau de Karlheinz Stockhausen. Composée en 1964, elle est créée le 9 novembre 1965 à Hambourg sous la direction de Michael Gielen.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Mixtur est un exemple de la « forme momentanée », composée d'unités formelles qui sont « reconnaissable par un caractère personnel et unique »[1].

L'orchestre est divisé en cinq groupes : percussions, bois, cuivres, cordes jouant avec l'archet et cordes en pizzicato. Les sons de chaque groupe (sauf les percussions) sont captés par micros, reliés à des modulateurs en anneau et modulés avec d'ondes sinusoïdales, produisant transformations spectaculaires des timbres, inflexions microtonales des hauteurs, et – lorsque la fréquence des sons sinusoïdaux tombent en dessous de 16 Hz – transformations rythmiques aussi[2].

L'oeuvre est divisé en vingt moments, chacun avec un titre reflétant les caractéristiques musicales, comme "points", "percussions", "vertical", "blocs", "translation", "pizzicato", "cuivres", "strates", ou "do aigue". Ces moments sont exécutées dans l'ordre donné dans la partition, ou dans l'ordre inverse[3].

En outre, chaque moment a un « ton central » (dans certains moments, il existe deux « tons centraux »), un « hauteur manquant » (ou parfois deux « hauteurs manquant »), une durée totale, une proportion de silence, une «  densité » (nombre de groupes d'orchestre participants), et une mixture de timbres (en allemand, un « Mixtur » – par conséquent le titre de l'œuvre). La division de l'orchestre en cinq groupes – H = Holz (bois), B = Blech (cuivres), P = pizzicato, Sch = Schlagzeug (percussions) – est déterminante pour la forme globale de la composition[4] :

Les moments de Mixtur
nom son(s) central(centraux) hauteur(s) manquante(s) durée silence (proportion) densité timbres
1 Mixtur
[mixture]
do6 fadièse 12 0 4 H/B/P/S
2 Schlagzeug
[percussions]
30 1 Sch
3 Blöcke
[blocs]
si4 fa 78 ½ 3 H/P/S
4 Richtung
[direction]
dodièse5 sol 48 2 Sch/P
5 Wechsel
[changement]
ladièse5 mi 18 4 H/B/P/S
6 Ruhe
[calme]
4 soldièse 78 0 2 B/S
7 Vertikal
[vertical]
la3 dièse 12 3 Sch/P/S
8 Streicher
[cordes]
dièse3 la 18 1 S
9 Punkte
[points]
soldièse4 – mi2 ré – ladièse 30 3 H/B/S
10 Holz
[bois]
sol2 – fa1 dodièse – si 48 ½ 1 H
11 Spiegel
[miroir]
fadièse3 do 48 0 4 H/B/P/S
12 Translation fa1 – sol2 fadièse – fa 30 ½ 2 H/P
13 Tutti mi2 – soldièse4 sol, mi 78 5 Sch/ H/B/P/S
14 Blech
[cuivres]
dièse3 soldièse 12 1 B
15 Kammerton
[diapason]
la3 dièse 18 3 H/P/S
16 Stufen
[niveaux]
ladièse5 30 0 4 H/B/P/S
17 Dialog 4 la 18 ½ 2 Sch/B
18 Schichten
[strates]
dodièse5 ladièse 48 3 B/P/S
19 Pizzicato si4 dodièse 78 1 P
20 Hohes C
[do aigu]
do6 si 12 2 H/S

Quand les vingt moments être exécutée dans l'ordre numérique ascendant, c'est appelé « en avant »; quand descendent, « en arrière ». Toutefois, la séquence des événements au sein de chaque moment est le même dans aucun des versions. Certains moments peut aussi s'échanger. Par exemple, le moment nº 1 avec le nº5, le moment nº 11 avec le nº 16 et le nº 15 avec soit le nº 3 ou nº 20. Les moments 14 et 15 peuvent être jouées simultanément à la place du nº 5. Dans ce cas, les cuivres de moment 5 remplacer le tout de moment 14 et les autres instruments prend la place de moment 15. Quand l'ordre est inversé ou lorsque les échanges ont eu lieu, certains détails dans les moments voisins sont modifiés. Par exemple, le ton central de moment 11 (« Spiegel »), le fadièse3, doit être poursuivi par n'importe quel moment il suit (c'est peut-être moment 12, 10, 17, 15, 5, 3, ou 20, en fonction de la permutation des instants choisis et la direction de la version)[5].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Stockhausen, Karlheinz. Telemusik, Mixtur (version pour petite orchestre, Nr. 16½, "erster Frankfurter Version 1967") Ensemble Hudba Dneska, dirigé par Ladislav Kupkovič; Johannes G. Fritsch, Harald Bojé, Rolf Gehlhaar, David C. Johnson (générateurs d'ondes sinusoïdales); Karlheinz Stockhausen (diffusion du son). Avant Garde. Enregistrement LP. Deutsche Grammophon 137 012. Hamburg: Deutsche Grammophon, 1969.
  • Stockhausen, Karlheinz. Mixtur: Kleine Besetzung (1967)—Rückwärts- und Vorwärts-Version. Orchester Hudba Dneska, dirigé par Ladislav Kupkovič; Johannes Fritsch, Rolf Gehlhaar, David Johnson, Harald Bojé (générateurs d'ondes sinusoïdales); Karlheinz Stockhausen (diffusion du son). Enregistré par WDR, 23 août 1967, à Francfort-sur-le-Main. Enregistrement CD. Stockhausen Complete Edition CD 8. Kürten: Stockhausen-Verlag, 1993.
  • Musica Viva Festival 2008. Stockhausen, Mixtur 2003, Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, dirigé par Lukas Vis; Experimentalstudio des SWR, André Richard (diffusion du son). Avec des œuvres de Karl Amadeus Hartmann, Aribert Reimann, Jörg Widmann, Matthias Pintscher, Iannis Xenakis, James Dillon, Beat Furrer, Giacinto Scelsi, Chaya Czernowin, Kaija Saariaho, Liza Lim, Rebecca Saunders, Adriana Hölszky, et musiques traditionnelles de l'Égypte et de l'Iran. Fundación BBVA, Kooperation mit BR Klassik. Jeu de 6 disques SACD multicanal hybrides. NEOS 10926. [Munich]: NEOS Music GmbH, 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stockhausen 1963, 200
  2. Stockhausen 1971, 52.
  3. Rigoni 1998, 220.
  4. Kohl 1981, 52–62.
  5. Kohl 1981, 64.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boulez, Pierre, et Jean Vermeil. 1989. Conversations de Pierre Boulez sur la direction d'orchestre avec Jean Vermeil. Paris : Editions Plume. ISBN 9782702118436.
  • Frisius, Rudolf. 1996. Karlheinz Stockhausen I : Einführung in das Gesamtwerk; Gespräche mit Karlheinz Stockhausen. Mayence : Schott Musik International. ISBN 3-7957-0248-8
  • Frisius, Rudolf. 2008. Karlheinz Stockhausen II: Die Werke 1950–1977; Gespräch mit Karlheinz Stockhausen, "Es geht aufwärts". Mayence, Londres, Berlin, Madrid, New York, Paris, Prague, Tokyo, Toronto : Schott Musik International. ISBN 978-3-7957-0249-6.
  • Geysen, Frans. 1968. "Prognose voor een eucharistieviering". Adem : Tweemaandelijks tijdschrift voor liturgische muziek 2:50–53.
  • Kohl, Jerome. 1981. "Serial and Non-Serial Techniques in the Music of Karlheinz Stockhausen from 1962–1968." Ph.D. diss. Seattle : University of Washington.
  • Maconie, Robin. 2005. Other Planets: The Music of Karlheinz Stockhausen. Lanham, Maryland, Toronto, Oxford : The Scarecrow Press, Inc. ISBN 0-8108-5356-6.
  • Rigoni, Michel. 1998. 1998. Stockhausen : ... un vaisseau lancé vers le ciel, 2e édition, revue, corrigée et augmentée. Préface de Michaël Levinas. Musique de notre temps : Compositeurs. Lillebonne : Millénaire III Editions. ISBN 2-911906-02-0.
  • Schatt, Peter W. 1995. "Eine 'Kunst des Überganges': Funktionen der Ringmodulation in Karlheinz Stockhausens Mixtur". Archiv für Musikwissenschaft 52, no. 2:121–44.
  • Souster, Tim. 1972. "On Stockhausen’s Mixtur". The Listener 87:59.
  • Spinola, Julia. 2006. "Eine Todesfahrt rückwärts in die Erinnerung: Verwunschene Schönheitsempfindungen: Karlheinz Stockhausens Mixtur von 1963 in einer Neufassung in Salzburg". Frankfurter Allgemeine Zeitung no. 203:39.
  • Stockhausen, Karlheinz. 1963. "Momentform: Neue Beziehungen zwischen Aufführungsdauer, Werkdauer und Moment". Dans Texte zur Musik 1, édité par Dieter Schnebel, 189–210. DuMont Dokumente. Cologne : DuMont Schauberg.
  • Stockhausen, Karlheinz. 1967. "Notes on Mixtur (1964)", traduit en anglais par William Sylvester. Electronic Music Review, no. 1:16–17.
  • Stockhausen, Karlheinz. 1968. "Cinq textes". Revue d'esthétique 21, nos. 2–4 (avril–novembre) : 43–50.
  • Stockhausen, Karlheinz. 1971. "Mixtur (1964) für 5 Orchestergruppen, Sinusgeneratoren u. Ringmodulatoren". Dans Texte zur Musik 3, édité par Dieter Schnebel, 51–56. DuMont Dokumente. Cologne: Verlag M. DuMont Schauberg. ISBN 3-7701-0493-5.
  • Worby, Robert. 2006. "Karlheinz Stockhausen—Mixtur (2003) Salzburg Festival. 30 August 2006". Diffusion, magazine of the Sonic Arts Network (September).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Karlheinz Stockhausen - Mixtur 2003, exemple sonore, le début de la version « en avant ». Experimentalstudio des SWR; Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Lucas Vis (dir.). BR Klassik site web, archivé à partir de 01.06.2010 (consulté le 26 Juin 2014).