Melaleuca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Melaleuca nervosa

Le genre Melaleuca appartient à la famille des myrtes (Myrtaceae) et comprend environ 280 espèces, pour la plupart originaires d'Australie où elles sont endémiques[1],[2].

Étymologie et nomenclature[modifier | modifier le code]

Le terme de latin scientifique melaleuca est composé de deux termes empruntés au grec : melan μέλαν « noir » et leucos λευκος « blanc ». Linné a donné à ce genre le nom de Melaleuca « parce que le tronc de l'espèce qu'il appelle M. leucadendra, est noirâtre et comme brûlé dans sa partie inférieure, tandis qu'il est blanchâtre dans sa partie supérieure. » (Duhamel[3], 1809).

Linné n'avait pas connaissance de ces espèces asiatiques quand il publia son œuvre de référence botanique Species plantarum en 1753. Ce n'est que plus tard, dans Systema Naturae[4] (édition 1758-59) qu'il décrit sous le nom de Myrtus leucadendron[5], un arbre de l'île d'Ambon, connu grâce à la description de Rumphius, le naturaliste de la flore de Batavia. Ensuite, dans l'édition de 1766-68, il introduit le genre Melaleuca dans la classe des Polydelphes, Polyandres, pour décrire l'arbre sous le nom de Melaleuca leucadendra.

Le genre Melaleuca sera classé dans la famille des myrtes (Myrtaceae) par Antoine-Laurent de Jussieu en 1789 dans Genera plantarum[6].

Description[modifier | modifier le code]

Les Melaleuca sont des arbres ou arbustes, aux feuilles alternes ou opposées-décussées[2].

Les fleurs sont hermaphrodites ou femelles stériles, groupées en épis ou têtes, pseudoterminales ou latérales. La fleur comporte 5 sépales, 5 pétales, et de nombreuses étamines, blanc verdâtre, aux filaments connés à la base en 5 faisceaux, opposés aux pétales. Les anthères sont généralement dorsifixes. L'ovaire possède 3 loges[7].

Le fruit est une capsule globuleuse.

Répartition[modifier | modifier le code]

Les Melaleuca croissent principalement en Australie[2], mais aussi en Indonésie, en Nouvelle-Calédonie (7 espèces endémiques) et Papouasie-Nouvelle-Guinée[1],[8].

Usages[modifier | modifier le code]

En usage traditionnel, elles sont utilisées pour leurs vertus apaisantes, odoriférantes mais aussi pour le nettoyage et comme arbre d'ornement. On extrait de plusieurs d'entre elles des huiles essentielles très odorantes utilisées en phytothérapie et en aromathérapie; les propriétés thérapeutiques varient sensiblement d'une variété à l'autre. Les plus utilisées dans ce dernier domaine sont le tea-tree, le niaouli et le cajeput.

Quelques espèces significatives[modifier | modifier le code]

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon "The Plant List"[9] 22 avril 2014

Espèces aux noms synonymes, obsolètes et leurs taxons de référence[modifier | modifier le code]

Selon "The Plant List"[9] 22 avril 2014

Espèces au statut non encore résolu[modifier | modifier le code]

Selon "The Plant List"[9] 22 avril 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Craven, Lyn. "Melaleuca group of genera". Center for Plant Biodiversity Research. Récupéré le 2008-04-08.
  2. a, b et c Référence Flora of China : Melaleuca (en)
  3. Henri-Louis Duhamel Du Monceau, Traité des arbres et arbustes, que l'on cultive en pleine terre en France, Didot,‎ 1809 (lire en ligne)
  4. (la) Caroli a Linné, Systema naturae per regna tria naturae : secundum classes, ordines, genera, species cum characteribus, differentiis, sinonimis, locis. Tomus 2, Laurentii Salvii,‎ 1766-1768 (lire en ligne)
  5. Référence Biodiversity Heritage Library (Biodiversity Heritage Library) : 586975#page/235
  6. Référence Biodiversity Heritage Library (Biodiversity Heritage Library) : 5437554#page/418
  7. Lyn A. Craven, « Behind the names: the botany of tea tree, cajuput and niaouli », dans Ian Southwell, Robert Lowe, Tea Tree : The Genus Melaleuca, CRC Press,‎ 2003
  8. association ENDEMIA, « Melaleuca (Genre) »
  9. a, b et c //http://www.theplantlist.org/tpl1.1/search?q=melaleuca


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :