Niaouli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Niaouli (homonymie).

Le niaouli (Melaleuca quinquenervia) est un arbre de la famille des Myrtaceae originaire de Nouvelle-Calédonie.

Utilisé en ornement dans de nombreuses contrées tropicales, le niaouli est souvent devenu une espèce exotique envahissante, perturbant notamment les écosystèmes marécageux comme dans les Everglades, en Floride.

Description[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des espèces du genre Melaleuca, le niaouli est caractérisé par des feuilles persistantes, odorantes, se plaçant dans un plan vertical et par une écorce claire très épaisse mais molle et s'exfoliant comme du papier (d'où le nom Paper Bark Tea Tree ou encore Broad-leaved paper bark utilisé en anglais pour le niaouli).

Arbre emblématique de la Nouvelle-Calédonie, il est l'un de ses emblèmes et les Néocalédoniens y sont sentimentalement attachés. On donna son noms aux poilus néocalédoniens, partis combattre en métropole au sein du bataillon mixte du Pacifique lors de la Première Guerre mondiale[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

On extrait des feuilles de niaouli une huile essentielle (composée d'environ 10 % de viridiflorol) utilisée en phytothérapie et commercialisée sous le nom d'huile goménolée, « goménol » étant un nom déposé[2].

Le niaouli est utilisé en aromathérapie où son huile essentielle est considérée comme décongestionnant des membres inférieurs.

L'huile essentielle du chémotype cinéol (Melaleuca quinquenervia cineolifera) contient environ 40 % de 1,8-cinéol (oxyde terpénique), 10 % d'alpha-terpinéol (monoterpénol), 5 % de bêta-caryophyllène (sesquiterpène) et 8 % de viridiflorol (sesquiterpénol) ; ses propriétés thérapeutiques sont multiples : antibactérienne active sur les coques gram +, antivirale, radioprotectrice cutanée, stimulante immunitaire, anticatarrhale et expectorante, entre autres propriétés dont celle de décongestionnante veineuse et lymphatique. Cette huile essentielle est contre-indiquée dans les trois premiers mois de la grossesse et ne doit être utilisée qu'avec un conseil thérapeutique averti[3].[réf. à confirmer]

L'écorce, qui ressemble à du papier, sert traditionnellement à la fabrication de récipients et d'abris, pour envelopper de la nourriture cuite ou pour tapisser des fours[réf. nécessaire].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emission radiophonique. Page consultée le 10 avril 2012.
  2. « Goménol », sur www.vulgaris-medical.com (consulté le 17 juin 2014).
  3. http://www.aroma-zone.com/aroma/ficheniaouli.asp

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Harden G (1991). "Melaleuca quinquenervia (Cav.) S.T.Blake". Plantnet. Royal Botanic Gardens, Sydney. http://plantnet.rbgsyd.nsw.gov.au/cgi-bin/NSWfl.pl?page=nswfl&lvl=sp&name=Melaleuca~quinquenervia. Retrieved 2008-05-05.
  • Eliot RW, Jones DL, Blake T (1993). Encyclopaedia of Australian Plants Suitable for Cultivation:Volume 6 - K-M. Port Melbourne: Lothian Press. p. 359. ISBN 0-85091-589-9.
  • Lepschi BJ (1993). "Food of some birds in eastern New South Wales: additions to Barker & Vestjens.". Emu 93: 195–99.
  • Eby P (1995). The biology and management of flying foxes in NSW. Hurstville, NSW: National Parks & Wildlife Service.
  • Maiden, J.H., The Forest Flora of New South Wales, vol. 1, Government Printer, Sydney, 1904.
  • Blake, S.T., Contributions from the Queensland Herbarium, No.1, 1968.
  • Cribb, A.B. & J.W., Useful Wild Plants in Australia, Collins 1982, p. 23, ISBN 0-006363-97-0
  • Halliday, Ivan (1989). A Field Guide to Australian Trees. Melbourne: Hamlyn Australia. p. 262. ISBN 0-947334-08-4.
  • Halliday, Ivan (2004). Melaleucas: A Field and Garden Guide. Sydney: New Holland Press. p. 238. ISBN 1-876334-98-3.
  • Elliot, Rodger (1994). Attracting Wildlife to Your Garden. Melbourne: Lothian Press. p. 58. ISBN 0-85091-628-3.
  • Serbesoff-King, K. 2003. Melaleuca in Florida: A literature review on the taxonomy, distribution, biology, ecology, economic importance and control measures. 2003. Journal of Aquatic Plant Management, 41:98–112.
  • Laroche FB, Ferriter AP (1992). "The rate of expansion of Melaleuca in South Florida". Journal of Aquatic Plant Management 30: 62–65.
  • Zedler, J. B. and Suzanne Kercher. 2004. Causes and consequences of invasive plants in wetlands: Opportunities, opportunists, and outcomes. Critical Reviews in Plant Sciences, 23:431–52
  • Mazzotti, FJ, Center TD, Dray FA, Thayer D (1997). "Ecological consequences of invasion by Melaleuca quinquenervia in south Florida wetlands: Paradise damaged, not lost". University of Florida, Institute of Food and Agricultural Sciences, Cooperative Extension Service Bulletin (SS-WEC-123): 1–5.
  • Rayamajhi, M. B., Van T. K., Center, T. D., Goolsby, J. A., Pratt, P. D., and Racelis A. 2002. Biological attributes of the canopy-held Melaleuca seeds in Australia and Florida, US. Journal of Aquatic Plant Management, 40: 87–91.
  • Hierro JL, Maron JL, Callaway RM (2005). "A biogeographical approach to plant invasions: the importance of studying exotics in their introduced and native range". Journal of Ecology 93 (1): 5–15. doi:10.1111/j.0022-0477.2004.00953.x.
  • Lake JC, Leishman MR (2004). "Invasion success of exotic plants in natural ecosystems: the role of disturbance, plant attributes and freedom from herbivores". Biological Conservation 117: 215–26. doi:10.1016/S0006-3207(03)00294-5.
  • Van, T. K., Rayachhetry, M. B., Center, T. D., and Pratt, P. D. 2002. Litter dynamics and phenology of Melaleuca quinquenervia in South Florida. Journal of Aquatic Plant Management, 40: 22–27.

Liens externes[modifier | modifier le code]