Mazeppa (Lord Byron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mazeppa
Auteur George Gordon Byron
Genre Poème narratif
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution Londres
Éditeur John Murray
Date de parution 1819

Mazeppa est un poème narratif Romantique écrit par George Gordon Byron en 1819, inspiré de la légende populaire d’Ivan Mazepa (1639-1709), un noble ukrainien. Selon le poème, le jeune Mazeppa, alors qu’il était page à la cour du roi Jean II Casimir Vasa, à noué une relation amoureuse avec une comtesse nommée Théresa, mariée à un homme plus âgé. Ce dernier l'ayant surpris en flagrant délit d'adultère, Mazeppa est attaché entièrement nu, le corps enduit de goudron, sur le dos d'un cheval sauvage qui l'emporte au fin fond des steppes ukrainiennes. Le poème décrit la journée du héros attaché au cheval.

Vue d'ensemble

Le poème s'ouvre sur une scène de défaite à la Bataille de Poltava, où battent en retraite les armées de Mazeppa et du Roi suédois Charles XII,  face aux russes, victorieux. Epuisés, ils dressent un camp pour la nuit (strophes 1 et 2). Le Roi se dit admiratif des talents de cavaliers de Mazeppa, qui lui dévoile son histoire, sa jeunesse (strophe 4).

Le poème change de forme narrative et passe à la première personne du singulier, se mettant dans la tête de Maezeppa. Celui-ci raconte sa jeunesse et son service en tant page à la Cour du Roi John II Casimir de Pologne (strophe 4). Il narre la manière dont il a fait la connaissance de Theresa, une jolie jeune femme orientale qui "avait des yeux asiatiques". Elle était mariée à un Comte de trente ans son ainé. Cela ne découragea pas Mazeppa, qui tomba passionement amoureux de Theresa, et qui fut incapable de controler ses sentiments. Ils se rejoignirent la nuit, afin de consumer leur amour. Toutefois, les gardes du Comte les surprirent ensemble, et les amenrent au Comte. Celui-ci ordonna alors une peine cruelle et inhabituelle  : Mazeppa sera attaché dans sa tenue d'Adam à un cheval de course, laché en liberté à sa libre volonté (strophe 9). Les strophes 10 à 18, la folle fuite du cheval à travers l'Europe de l'Est, soulignant la douleur, la souffrance et le désaroi, ressentis par Mazeppa. Malheureusement, le cheval semble détenir une energie sans limite, et Mazeppa cotoie la mort à deux reprises, puisqu'il se décrit lui-même, dans la strophe n°13, "face au visage de la mort". Cependant, il retrouve une once d'énergie lorsque le cheval traverse une rivière. La strophe n°18 achève le récit par une description d'une "maladie glaciale" et de sa vision d'un corbeau le survolant, près à se nourir de son cadavre. Cependant, la strophe n°19, Mazeppa se réveille et se découvre dans un lit, ses plaies bandées, soignées, par une "servante cosaque".

Dans la dernière strophe, la narration de Mazeppa prend fin. Le poète-narrateur décrit Mazeppa préparant son lit pour la nuit, le Roi s'étant déjà endormi...

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Horace Vernet - Mazeppa et les loups - 1826