Sardanapale (Byron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sardanapale.
Sardanapalus
Image illustrative de l'article Sardanapale (Byron)
La mort de Sardanapale par Eugène Delacroix, 1827, détail

Auteur George Gordon Byron
Genre Poème dramatique
Pays d'origine Grande-Bretagne
Lieu de parution Londres
Éditeur John Murray
Date de parution 1821
Chronologie
Précédent 'Marino Faliero' 'Les deux Foscari' Suivant


Sardanapale (en anglais Sardanapalus) est un drame de Lord Byron, publié en 1821 en Angleterre et traduit en France dès 1822.

Il raconte la fin tragique de Sardanapale, roi légendaire de Ninive en Assyrie, qui, voyant le pouvoir lui échapper à la suite d’une conspiration, choisit, lorsqu'il se rendit compte que sa défaite était inéluctable, de se jeter en compagnie de sa favorite, Myrrha (une esclave ionienne), dans les flammes d’un gigantesque bûcher.

Le poème a inspiré à Eugène Delacroix La Mort de Sardanapale (qui est certainement son tableau le plus romantique), à Hector Berlioz une cantate, qui lui valut ses premiers succès, à André Caplet et Maurice Ravel des cantates également (intitulées Myrrha) pour le Prix de Rome en 1901.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Quand nous enlevons la vie aux hommes, nous ne savons ni ce que nous leur enlevons, ni ce que nous leur donnons. (Lord Byron, Sardanapale) »
  • « Quand vient l'heure de l'adversité, tous deviennent courageux contre celui qui tombe. (Lord Byron, Sardanapale) »

Lien externe[modifier | modifier le code]

Oeuvres complètes de Lord Byron sur Gallica