Margaret Harley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huile sur canevas, portrait par Christian Friedrich Zincke, 1738.

Margaret Cavendish Bentinck, Duchess of Portland (Welbeck Abbey, 11 février 1715 – 17 juillet 1785, Bulstrode Park, Buckinghamshire), nommée Lady Margaret Harley avant 1734, Duchess of Portland de 1734 jusqu'à la mort de son époux, William Bentinck (en), 2e duc de Portland, en 1761 et Dowager Duchess of Portland de 1761 jusqu'à sa mort en 1785.

Elle était la femme la plus riche du Royaume-Uni de son temps et possédait la plus grande collection d'histoire naturelle de son pays.

Famille[modifier | modifier le code]

Elle est la seule fille et héritière d'Edward Harley (1689-1741), 2e comte d'Oxford et Mortimer, et de Henrietta Cavendish Holles (1694-1755)[1]. Cette dernière est seule fille et héritière de John Holles (1662-1711), duc de Newcastle-upon-Tyne ; et de Margaret Cavendish (1661-1716), à qui son père, Henry Cavendish (1630-1691), 2e comte de Newcastle-upon-Tyne, transmet tout son patrimoine, ce qui permet à son mari d'obtenir le titre de comte de Newcastle, et explique pourquoi ses descendants par les femmes portent le patronyme de Cavendish.

C'est la mère de :

  1. Lady Elizabeth Bentinck (1735–1825)
  2. Lady Henrietta Bentinck (1737–1827)
  3. William Cavendish-Bentinck (1738–1809), 3e duc de Portland
  4. Lady Margaret Bentinck (c.1740–1756)
  5. Lady Frances Bentinck (c.1742–1743)
  6. Lord Edward Charles Bentinck (1744–1819)

Carrière savante[modifier | modifier le code]

C'est un membre de la Blue Stockings Society, un groupe surtout composé de femmes intellectuelles et artistocrates.

En 1766, le philosophe Jean-Jacques Rousseau rencontre Bentinck et admire ses connaissances en botanique, malgré sa croyance en ce que les femmes ne pouvaient pas faire carrière en sciences. Ils correspondent jusqu'à ce qu'elle lui envoie une copie du Herbarium amboinense de Georg Rumpf, sur la botanique de l'île d'Ambon dans la présente Indonésie, car Rousseau voyait contrariés, en cet ouvrage, ses idéaux de nature libre[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Wilkinson, « Bentinck, William Henry Cavendish Cavendish-, third duke of Portland (1738–1809) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 ; édition en ligne, janvier 2008.
  2. Cook, Alexandra, « Botanical exchanges: Jean-Jacques Rousseau and the Duchess of Portland », History of European Ideas, vol. 33, no 2,‎ June 2007, p. 142–156 (DOI 10.1016/j.histeuroideas.2006.08.010, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]