Marbre de Carrare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carrière de marbre de Carrare
Les carrières vues depuis un sommet

Le marbre de Carrare (pour les Romains marmor lunensis, « marbre de Luni ») est un type de marbre, extrait des carrières des Alpes apuanes sur le territoire de Carrare, universellement connu comme un des marbres les plus prisés pour sa blancheur sans trop de veinage.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les carrières de marbre étaient probablement utilisées durant l'âge du bronze par les habitants primitifs de la région, pour produire des ustensiles variés, objets décoratifs et commémoratifs à inclure dans les sarcophages avec les défunts.

Avec les Romains se développe la véritable extraction, et, à partir de l’époque de Jules César (48-44 av. J.-C.), elle fournit des blocs de marbre blanc pour les constructions publiques de Rome et de nombreuses demeures patriciennes. L'exportation se fait par le port de Luni, d’où son nom de marmo lunense (« marbre de Luni »).

À partir du Ve siècle, l'activité extractive subit une période de «  pause » suite aux invasions barbares. Ensuite, avec le développement du christianisme, le marbre subit une grosse demande pour l’édification et l’aménagement interne des édifices religieux. L’activité fervente des carrières est due avant tout aux « Maîtres », parmi lesquels Giovanni et Nicola Pisano, qui l’utilisent pour leurs œuvres en Italie centrale. Puis le marbre est utilisé par Michel-Ange pour ses sculptures; celui-ci vient personnellement choisir les blocs pour réaliser ses œuvres, mais, pour son David, si le bloc provient bien de Carrare il a suivi un chemin détourné parmi plusieurs sculpteurs (Agostino di Duccio et Antonio Rossellino) pour enfin finir dans l'atelier de Michel-Ange, moins rebuté par les défauts du bloc.

Les carrières[modifier | modifier le code]

Carrière encavée de Fantiscritti.

Les carrières, d'où, depuis de nombreux siècles, s’extrait et se travaille le marbre, sont de deux types : fermées ou à ciel ouvert.

Selon le mode d’extraction, la profondeur de prospection des parois blanches, l’espace occupé et la précision symétrique des gradins ou balcons, rappellent l’image d’un amphithéâtre ou d'un cirque naturel.

Excavation et travail du marbre[modifier | modifier le code]

Carrière de marbre à ciel ouvert

L’excavation du marbre dans les Alpes apuanes, qui remonte aux environs du Ier siècle av. J.-C., a subi au cours du temps une profonde transformation. Anciennement, l’excavation se faisait avec des méthodes et des outils très rudimentaires, pour une grande dépense de temps et de travail pour obtenir un modeste résultat. Le travail, essentiellement manuel, était dévolu à une main-d’œuvre constituée en grande partie par des condamnés aux travaux forcés, esclaves et Chrétiens. Les premiers mineurs exploitaient les fissures naturelles de la roche, dans lesquelles un coin de bois de figuier était inséré et arrosé de manière à ce que la dilatation naturelle provoque le détachement du bloc.

Pour obtenir des blocs de dimensions fixées, les Romains utilisèrent la méthode du « panel » en pratiquant dans le bloc choisi, le long de la ligne de taille, une saignée profonde de 15–20 cm dans laquelle s’inséraient des coins métalliques qui, après un martèlement continu, détachait des blocs de 2 m d’épaisseur.

Sommet découpé et exploité en carrière à ciel ouvert

Une telle technique d’excavation et de travail, comme le sciage manuel, est restée inchangée même après la découverte de la poudre noire, dont l’emploi s’avéra plus néfaste qu’utile; en effet le marbre était si souvent endommagé qu’il en perdait sa valeur commerciale.

Ce n’est que plus tard, avec l’utilisation des mines avec la méthode appelée navata en Italie, qui signifie lancé de navire par similitude au lancement d'un navire par le travers. Cette méthode (aussi appelée à la française) consistait à un « dynamitage successif contrôlé » (un événement qui laissait tous les ouvriers le souffle coupé), il était possible de détacher une grande quantité de marbre sans endommager la matière. Le bloc, détaché de la montagne, basculait sur le côté sur un lit de gravats qui amortissait le choc.

La vraie et grande révolution de la technique d’extraction arrive à la fin de 1800 avec l’invention du fil hélicoïdal et de la poulie pénétrante. Le fil d’acier est un câble de 4–6 mm de diamètre, obtenu par la torsion en hélice de trois fils. Les rainures ainsi formées par les torons ont la fonction de transporter et de distribuer, le long de l’entaille faite par le câble, l’eau et le sable siliceux qui sert d’abrasif. Le fil hélicoïdal long de plusieurs centaines de mètres, disposé en circuit fermé par l’intermédiaire de poulies fixées sur des supports, se déplace à la vitesse de 5-6 m/s et incise le marbre au rythme de 20 cm par heure. La poulie pénétrante est un disque d’acier muni d’une denture diamantée.

Enfin, arriva le fil diamanté, toujours en usage, mais dont la facilité d’utilisation provoqua, au début, de graves problème de sécurité. Toutes ces techniques utilisent une abondante quantité d'eau comme lubrifiant.

Le transport du marbre[modifier | modifier le code]

Détails du Monumento al cavatore à Colonnata représentant une scène de lizzatura.
Camion des carrières dévalant les pentes
Viaduc ferroviaire transformé en route.
Exploitation du marbre dans la plaine
Port maritime de Carrare et monument aux dockers-chargeurs spécialisés au chargement du marbre.

Une fois extraits en forme, les blocs doivent être descendus dans la vallée entre les coulées de gravas de marbre. La descente des blocs le long des pentes des carrières, qui représentait une entreprise riche en risques et problèmes techniques, a été réalisée avec des méthodes toujours plus sophistiquées au fil du temps et a progressé suivant les conditions économiques et sociales dans la région.

La première méthode consistait à faire rouler les blocs le long des pentes, sans aucun contrôle, jusqu’à leur arrêt sur un tas de gravas. Cette méthode, très pratiquée dans les temps anciens, était si dangereuse qu’une loi l’interdit quand fut trouvée la méthode de la lizzatura ou du glissoir.

La lizzatura est une méthode traditionnelle de transport du marbre, encore pratiquée au début de XXe siècle. Le bloc fixé sur un support de bois, un peu comme sur un traîneau, était accroché à un système de cordage et une équipe d’ouvriers en contrôlait la descente. Ce travail, qui occupait une douzaine d’ouvriers, était très risqué. À l’avant du chargement, le chef opérateur donnait ses ordres et contrôlait la manœuvre. La via di lizza était constituée de rondins de bois de cerisier, que le plus jeune des ouvriers enduisait de savon. En amont, un ouvrier était chargé de l’opération la plus délicate, qui consistait au relâchement progressif et calculé de la corde de maintien pour que le bloc ne prenne pas de vitesse exagérée et ne devienne un danger pour les ouvriers. Cette opération se terminait en bas, le bloc était chargé sur un chariot traîné par des bœufs et amené sur le chantier, à la scierie ou au port de Carrare.

À partir de la fin du XIXe siècle, la construction de voies ferrées (voie ferrée privée de Carrare) permit le transport du marbre par rail, puis les chariots et les bœufs furent progressivement remplacés par des moyens tractés sur pneus. Construite entre 1876 et 1890, la voie ferrée reliait les principaux centres de stockage des blocs des trois bassins marbriers carrarais : Torano, Miseglia et Colonnata, avec les scieries de la plaine, le port et les voies ferrées nationales.

La construction du tracé représenta une entreprise d’ingénierie considérable étant donnés les moyens de l’époque : il y avait un dénivelé de 450 mètres sur 22 km de distance avec une pente de 6 %, en traversant un grand nombre de ponts ferroviaires.

La marbrerie opéra le long du réseau routier, mais le besoin de voies montagneuses plus nombreuses et le bilan économique donnèrent l'avantage au transport par engins motorisés sur pneus. La voie ferrée cessa son activité en 1964 ; son tracé fut démantelé et partiellement transformé en route.

Le transport routier commença progressivement en 1920, avec le développement et la modernisation des routes directes vers les bassins d’extraction. Les premiers moyens de transport mécaniques furent des tracteurs. À partir de l’après-guerre, les transport sur pneus devinrent prédominants avec les gros camions.

Destination du marbre extrait[modifier | modifier le code]

Une grande partie du marbre reste sous forme de blocs bruts et envoyés directement au port maritime qui assure, aujourd’hui, la majeure partie des expéditions, surtout vers l’étranger. Presque tout le marbre restant est transformé en plaques de diverses épaisseurs, puis polies pour diverses utilisations.

Pour les opérations de sciage et lustrage, la province de Carrare dispose d’une centaine de scieries en mesure de fournir tous les besoins mondiaux.

Une partie du marbre extrait des carrières est travaillée dans les ateliers de sculpture de Carrare, Massa, Pietrasanta et zones limitrophes. À Carrare, un Institut professionnel d’État pour l’Industrie et l’artisanat du marbre est en mesure de former des professionnels.

Attrait touristique[modifier | modifier le code]

Bus des visites de la carrière encavée de Fantiscritti

Les lieux sont en partie accessibles au public (visite de carrières encavées : les cava di marmo di Fantiscritti et cava di marmo di Colonnata). Les routes, tunnels et viaducs sont pratiquement tous praticables aux voitures particulières qui peuvent s'intercaler dans les trains de camions circulant (très rapidement) sur les routes entre les flanc exploités de la montagne apuane vers le village de Massa-Carrara. Seuls les chemins d'exploitation sont réservés aux camions et engins de chantier. Une fine poussière de marbre recouvre les chemins et ceux qui les empruntent.

De nombreuses boutiques et ateliers proposent des objets en marbre aux touristes. Certains d'entre eux ramènent également des débris de marbre récupérés des nombreuses décharges longeant les chantiers.

À Stadio, un musée est consacré au marbre.

Une exposition, nommée Marmi-Macchine, située entre Massa et Marina di Massa, est consacrée aux différentes techniques et industries d'extraction.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :