Malédiction de la neuvième symphonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La malédiction de la neuvième symphonie est la crainte superstitieuse qu'un compositeur, après Beethoven, mourra après avoir composé sa neuvième symphonie, ou une symphonie portant le numéro 9. Les principaux exemples de cette « malédiction », en plus de Beethoven, sont Franz Schubert, Antonín Dvořák, Anton Bruckner et Gustav Mahler. Avant Chostakovitch au XXe siècle, aucun grand symphoniste ne composera plus de neuf symphonies.

Gustav Mahler[modifier | modifier le code]

Le plus célèbre exemple de superstition de ce type se trouve chez Gustav Mahler, qui après avoir composé sa Symphonie no 8 en Mi bémol majeur (1906–1907), craignit de s'attaquer à une Neuvième, et composa Das Lied von der Erde (Le Chant de la terre, 1908–1909), qualifiée en sous-titre de « symphonie pour contralto, ténor et grand orchestre ». Après avoir achevé cette œuvre symphonique sans que celle-ci ne fût comptabilisée en tant que symphonie, il composa sa Symphonie no 9 en Ré majeur (1909–1910) — en fait sa dixième — considérant avoir trompé le sort. Cette symphonie fut cependant la dernière qu'il put achever, puisqu'il mourut durant la composition de la Symphonie no 10 en Fa dièse majeur (1909–1910).

Antécédents célèbres[modifier | modifier le code]

Du point de vue de Mahler, les seules victimes de la « malédiction » avaient été Beethoven, Bruckner, et peut-être Louis Spohr. La Grande Symphonie en ut majeur (1825–1828) de Schubert, aujourd'hui numérotée 9, ou plus rarement 7 ou 8, portait à l'époque le no 7. Dvořák, lui aussi auteur d'un corpus de neuf symphonies, considérait la partition de sa Symphonie no 1 en ut mineur « Les Cloches de Zlonice » (1865) comme perdue. Bruckner nourrissait également des inquiétudes au sujet de sa Symphonie no 9 en ré mineur (1887–1896), mais c'était à cause de la comparaison inévitable avec celle de Beethoven, à plus forte raison parce qu'elle était écrite dans la même tonalité ; il s'agissait, d'ailleurs, de sa onzième symphonie, puisque la numérotation ne commence qu'après sa Symphonie d'études en fa mineur (parfois dite « no 00 », 1863) et la Symphonie en ré mineur dite no 0 (1869, en fait la troisième, « annulée » par Bruckner et renumérotée a posteriori). Elle est d'ailleurs inachevée, le Finale restant à l'état d'esquisses et de fragments.

Après Mahler[modifier | modifier le code]

Dans un essai sur Mahler, Arnold Schönberg écrit : « Il semble que la neuvième soit une limite. Qui veut la franchir doit trépasser. Comme si la Dixième contenait quelque chose que nous ne devrions pas encore connaître, pour quoi nous ne serions pas prêts. Ceux qui ont écrit une Neuvième s'étaient trop approchés de l'au-delà. »

Après Mahler, la « malédiction » sembla s'appliquer à Kurt Atterberg, Roger Sessions, Ralph Vaughan Williams et Egon Wellesz. Alexandre Glazounov composa le premier mouvement d'une Symphonie no 9 en ré mineur entre 1904 et 1910, mais l'abandonna. Il vécut jusqu'en 1936.

Contre-exemples[modifier | modifier le code]

Des nombreux contre-exemples existent cependant, comme Max Butting, Don Gillis, Hans Werner Henze, Jan Kapr, John Kinsella, Ib Nørholm, Andrzej Panufnik, William Schuman, Alfred Schnittke (dix symphonies), David Diamond, Maurice Karkoff, John Kinsella, Aubert Lemeland, Alexander Lokshin, Gian Francesco Malipiero, Sulkhan Nasidze, Edmund Rubbra, Joachim Raff, Robert Simpson et Eduard Tubin (onze), Daniel Börtz, John Fernström, Alfred Hill, Daniel Jones, Aubert Lemeland, George Lloyd, Darius Milhaud, Alexander Moyzes et Heitor Villa-Lobos (douze), Roy Harris, Vagn Holmboe et Gustaf Paulson (treize), Henk Badings, Glenn Branca et Cláudio Santoro (quatorze), Kalevi Aho, Dmitri Chostakovitch, Gloria Coates, Ernst Levy, Arthur Meulemans (quinze), Rued Langgaard (seize), Allan Pettersson et Joseph Touchemoulin (dix-sept), Henry Cowell, Janis Ivanovs, Julius Röntgen et Jiří Válek (vingt et une), Mieczyslaw Weinberg (vingt-deux), Niels Viggo Bentzon (vingt-quatre), Nikolaï Miaskovski (vingt-sept), Havergal Brian et Sergueï Slonimski (trente-deux), Alan Hovhaness (soixante-sept) et Leif Segerstam (deux cents soixante cinq, série en cours). Les Neuvièmes de Henze et Rubbra sont toutes deux des symphonies chorales, comme celle de Beethoven.

Mozart (avec jusqu'à soixante-huit symphonies, la dernière portant le numéro 41) et Haydn (avec cent six symphonies) ne sont pas concernés par cette « malédiction », ayant vécu avant Beethoven. On pourrait mentionner également que Beethoven transforma et étendit tant la forme symphonique que ce n'est qu'après lui que la composition d'une symphonie devint une entreprise difficile et de longue haleine[réf. nécessaire], comme en témoignent les difficultés qu'eut Brahms à commencer et à terminer sa Symphonie no 1 en ut mineur (1862–1878) — surnommée, malgré tout, la « Dixième Symphonie de Beethoven ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste de compositeurs ayant écrit des symphonies