Métro 2033

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Métro.
Métro 2033
Auteur Dmitri Gloukhovski
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Titre original Метро 2033
Langue originale Russe
Pays d'origine Drapeau de la Russie Russie
Lieu de parution original Russie
Date de parution originale 2005
ISBN original 978-5-903396-16-0
Version française
Traducteur Denis E. Savine
Lieu de parution Nantes
Éditeur L'Atalante
Collection La Dentelle du cygne
Date de parution 20 mai 2010
Type de média Livre papier
Nombre de pages 640
ISBN 978-2841725052
Chronologie
Métro 2034 Suivant

Métro 2033 (titre original en russe : Метро 2033) est un roman de Dmitri Glukhovski publié en 2005 mais rédigé en 2002. Métro 2033 est une dystopie post-apocalyptique à laquelle se mêlent des éléments de science-fiction et de fantastique.

Cet ouvrage, véritable best-seller en Russie où il s'est écoulé à plus de 300 000 exemplaires, n'a connu le succès dans le monde qu'après son adaptation en jeu vidéo par 4A Games pour l'éditeur THQ. Traduit dans plus de vingt langues, il parait pour la première fois en français aux éditions de l'Atalante. Il est suivi par Métro 2034.

Il a été récompensé du prix du « meilleur premier roman » lors de la convention européenne de science-fiction de 2007.

Les droits d'adaptation cinématographique ont été acquis par la MGM. Le film serait produit par Mark Johnson et le script écrit par F. Scott Frazier[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Vingt années se sont écoulées depuis l'apocalypse nucléaire qui a ravagé la planète, obligeant les quelques survivants à se mettre à l'abri sous terre pour fuir une surface désormais inhabitable. Réfugiés dans les souterrains du métro de Moscou, ils se sont organisés en micro sociétés et survivent tant bien que mal aux pénuries, maladies et aux guerres pour la possession des dernières ressources.

Mais l'apocalypse n'a pas fait que réduire l'humanité à la déchéance. Des créatures mutantes nées du chaos peuplent désormais la surface de la terre menaçant directement les quelques survivants qui s'y aventurent. Pire encore, comme si les pénuries, maladies et guerres civiles ne suffisaient pas, les tunnels du métro semblent abriter de sombres et invisibles menaces : Sont-elles nées de l'apocalypse ou rôdaient-elles déjà avant le cataclysme ?

En 2033, le jeune Artyom, citoyen de la station VDNKh doit avec ses camarades faire face à la menace de créatures mystérieuses venant des tunnels. La visite d'un Stalker réputé nommé Hunter va le précipiter dans une quête désespérée pour obtenir l'aide du dernier « bastion de la Civilisation », le regroupement de stations de métro « Polis ». Précipité dans les lugubres et dangereux tunnels, Artyom survivra t-il à son voyage ? Et quelle est cette sourde menace que même les plus endurcis et les plus téméraires des Stalkers semblent craindre ?

Personnages[modifier | modifier le code]

Artyom : Héros du roman, Artyom est un jeune homme d'une vingtaine d'années né à la surface juste avant l'holocauste nucléaire. Faisant partie des 40 000 survivants de la catastrophe, Artyom s'y est réfugié avec toute sa famille, il n'a pour cette raison que de très vagues souvenirs de la surface et de son ancienne vie. Citoyen de VDNKh après avoir été sauvé enfant par Sacha Soukhoï, Artyom grandit avec son père adoptif et comme tous ses concitoyens participe activement à la vie de sa station.

Au début de l'aventure il ne possède pas vraiment le profil du héros, la mission que lui confie Hunter semble en effet totalement le dépasser (il n'a jamais voyagé dans le métro au delà d'une ou deux stations).

Au fur et à mesure que l'action progresse et qu'il est amené à voyager dans des lieux dangereux, Artyom se découvre certains dons de perception extrasensorielle et semble incroyablement résistants aux dangers psychiques qui hantent le métro.

Il pourra aussi compter à plusieurs reprises sur des compagnons de voyages qui lui sauveront la vie et lui apprendront à survivre dans le Métro. (C'est notamment le cas de Khan, Melnik, Danila et dans une moindre mesure Bourbon.)

La fin du livre semble confirmer la singularité d'Artyom en tant "qu'élu" face à la "menace" Noire, il sera pourtant impuissant à empêcher la destruction de leur habitat.

Khan : Se présentant comme la dernière réincarnation de Gengis Khan, Khan est un homme de qui émane naturellement un charisme et un respect mêlé de crainte.

Sa véritable nature est difficile à percevoir, manipulateur capable d'une extrême dureté comme de sensibilité et de subtilité, Khan apparait très vite à Artyom comme un allié très précieux dans sa traversée du métro.

Les motivations personnelles de Khan sont aussi difficiles à discerner, on le croit philanthrope parce qu'il vient occasionnellement en aide à certains voyageurs du métro, mais ses motivations et les finalités de son "combat" personnel laissent aussi à penser qu'il méprise les "humains". Lorsqu'il va à la rencontre d'Artyom dans le tunnel de la Soukharevskaya pour lui porter secours, son geste n'est selon lui aucunement motivé par le désir de secourir un homme mais parce qu'il l'avait entraperçu plus tôt en songe.

Ses sens aiguisés et son pouvoir quasi mystique permettront à Artyom de franchir nombre d'épreuves qu'il n'aurait pu franchir seul ce qui laisse finalement de Khan une image positive.

Melnik : Melnik est le contact de Hunter à la station Polis. Appartenant à la caste des militaires qui dirigent Polis sans toutefois être membre du conseil d'administration, Melnik est avant tout un chef solide et charismatique sur lequel ses hommes peuvent compter. Décidé à aider Artyom alors que le conseil a refusé d'aider VDNKh, Melnik prend l'initiative de rechercher le réseau secret du Métro 2 anciennement sous juridiction militaire, pour aboutir à la mythique station de commandement D6. L'équipe de Stalkers parvient contre toute attente et malgré de nombreuses pertes à atteindre D6 et à permettre le tir des missiles destinés à tuer les Noirs. Melnik fera à cette occasion preuve de beaucoup de courage et aidera Artyom jusqu'au bout pour qu'il mène sa mission à bien

Bourbon : Le personnage de Bourbon est à la fois "marquant" et "transparent". Cet homme a le profil type du "baroudeur", oscillant perpétuellement entre honnêteté et magouille. Ses petites affaires lui permettent de s'en tirer honorablement mais il n'est pas invincible pour autant et cela, il l'apprendra à ses dépens..

Sa disparition brutale dans le tunnel de la Soukharevskaya était en effet une véritable "chronique d'une mort annoncée " et c'est justement parce qu'il la redoute qu'il contacte Artyom peu après son arrivée avec la caravane à Risjskaya. Son expérience du métro lui ayant appris qu'il faut absolument voyager en groupe ou en binôme dans certains tunnels, il croit trouver en Artyom quelqu'un de solide, capable de résister et de le protéger des "dangers psychiques".

Si le début de leur périple semble lui donner raison, il finit par succomber après avoir été possédé par la présence et s'effondre.

Sacha Soukhoï : Sacha est le père adoptif de Artyom. Simple soldat à la base, il assiste médusé à l'invasion par des rats mutants de la station de métro où habitait la mère d'Artyom et son fils.

Celle-ci a tout juste le temps de lui confier son enfant, il n'en réchappe que grâce à sa draisine et au courage des défenseurs des stations proches.

À la station VDNKh dont il semble originaire, Soukhoï est en très bon termes avec les membres du conseil d'administration et bénéficie de ce fait d'une position sociale assez élevée.

Élevant Artyom comme son propre fils, Sacha semble incarner l'image du père solide et confiant mais la visite de Hunter peu après le début du roman semble relativiser cette image tant celui apparait comme terrifié et résigné à sa fin.

D'une nature méfiante voir suspicieuse, on ne sait pas non plus vraiment si Sacha cherche à protéger Artyom en l'empêchant de voyager à ses côtés ou à mieux le surveiller.

Danila : Brahmane de la Station Polis (la caste d'érudits gardien du savoir), Danila accueille Artyom chez lui et lui révèle sous le coup de l'ivresse une partie de la prophétie sur les ouvrages de la Grande Bibliothèque. Ayant été espionné lors de ces révélations (car en parler est strictement interdit), Danila sera envoyé à la surface avec l'expédition de Melnik officiellement pour aider Artyom à trouver la réserve. Lorsque le groupe se retrouve séparé dans la grande salle de la bibliothèque, Danila entraine Artyom dans la réserve. Passés quelques instants, Artyom s'éloigne de quelques pas pour poursuivre ses recherches mais lorsqu'il retrouve Danila, celui-ci a été éventré par un Bibliothécaire (créature mutante hantant l'édifice). Dans ses derniers instants, Danila remettra à Artyom une lettre contenant la réponse à sa quête : le chemin de la base de D6.

Mikhaïl Porfirievitch : Un vieux voyageant avec son fils Vanya (retardé mentalement) dans le but de s'acheter des pilules pour le cœur, rencontré par Artyom lors de la fuite de la station () et qui lui permettra d'arriver jusqu'à la douane de la station Pouchkinskaya (occupée par des néo nazis). Il décèdera d'une crise cardiaque après l'assassinat de son fils par les néo-nazis.

Univers[modifier | modifier le code]

Les populations du Métro vivent de manière autonome dans les stations qu'ils ont aménagées pour être plus habitables. Ils cultivent des champignons et élèvent quelques animaux (chiens, porcs, poulets, voire rats) dans des stations transformées en fermes. Certaines stations, comme VDNKh, sont indépendantes, mais la plupart se sont regroupées en confédérations. On trouve notamment :

La Confraternité des stations de la ligne Koltsevaïa ou La Hanse : cette confédération est tenue par des marchands qui profitent de leur position stratégique (la ligne Kolstevaïa, comme son nom l'indique, est la ligne circulaire de Moscou) pour vendre des produits dans tout le métro. Ils sont très riches mais ne partagent que parcimonieusement leur confort.

La Ligne Rouge : Pour la plupart regroupées sur la ligne Krasnaya, ces stations sont tenues par des nostalgiques de l'époque communiste - tendance stalinienne. Les communistes ont tenté, par le passé, de prendre le contrôle de tout le métro. Devant leur échec, ils se sont officiellement repliés sur leurs stations.

Le Quatrième Reich : Ensemble de trois stations dirigées par des néo-nazis. Leur symbole est une svastika à trois branches (triskèle) au lieu de quatre. Leurs dirigeants sont ce qui se fait de pire en matière de gouvernement. Ils apparaissent comme racistes, paranoïaques, autoritaires et corrompus.

Les Trotskistes : Farouches ennemis des néo-nazis, ils vivent à la station Avtozavodskaya.

La confédération 1905 : On sait peu de choses sur cette confédération, sauf qu'elle contrôle 3 stations (son nom venant probablement de la station : oulista 1905 goda)

Polis : Ces quatre stations sont, selon certains, le dernier bastion de la civilisation. Dans les faits, ses habitants jouissent de ce qui se fait de mieux en matière de technologie et de sécurité. La société y est divisée en quatre castes : les brahmanes (ou lettrés), les militaires, les marchands et les serviteurs. Le pouvoir y est l'objet d'une lutte entre brahmanes et militaires.

La Confédération de l'Arbat : Une des plus anciennes. Elle est sur le point de disparaître.

Les adorateurs du Grand Ver : Leur quartier général est la station de Park Pobedy, mais ils opèrent dans tout le métro grâce à une série de passages secrets ou de tunnels oubliés. Ils sont dominés par les Hiérophantes, d'anciens intellectuels tombés dans l'intégrisme anti-technologique. Ils enlèvent des enfants pour les embrigader et sont occasionnellement cannibales.

Entre ces principaux groupements opèrent également des sectes et des clans mafieux.

Adaptation vidéoludique[modifier | modifier le code]

La sortie et le succès de Métro 2033 en France est fortement liée à la sortie d'une adaptation vidéoludique développée par THQ sur support PC et Console, Metro 2033. Le jeu se présente sous la forme d'un FPS proposant d'incarner le jeune Artyom dans son périple pour sauver sa station de Métro d'une menace sombre. Le joueur suit Artyom tout au long de son périple dans les souterrains lugubres du métro de Moscou, à la surface ravagée par une catastrophe et un hiver nucléaire jusqu'au dénouement final. Deux fins sont proposées pour conclure l'aventure d'Artyom, mais aucune n'est pleinement « canonique » par rapport au dénouement présenté dans le livre.

Notes et références[modifier | modifier le code]