Mélitée des centaurées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Melitaea phoebe

Melitaea phoebe and Dactylorhiza fuchsii.jpg

Le Mélitée des centaurées ou Grand damier (Melitaea phoebe ou Cinclidia phoebe) est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae, à la sous-famille des Nymphalinae et au genre Melitaea qui a été déplacée dans le genre Cinclidia.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Melitaea phoebe a été nommée par Goeze en 1779.

Synonymes : Papilio phoebe Goeze, [1779]; Melitaea occitanica Staudinger, 1871; Cinclidia phoebe ; Higgins, 1981[1],[2].

Après avoir été classée dans les Melitaea elle a été replacée dans les Cinclidia par Higgins en 1981.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

La Mélitée des centaurées ou Grand damier se nomme en anglais Knapweed Fritillary en allemand Flockenblumenfalter et en espagnol Doncella mayor[1].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

revers de Melitaea phoebe
  • Melitaea phoebe phoebe dans le sud de l'Europe le sud-ouest de la Sibérie et l'Altaï.
  • Melitaea phoebe changaica Seitz, [1909]
  • Melitaea phoebe enoch Higgins, 1941
  • Melitaea phoebe mandarina Seitz, [1909]; en Mongolie.
  • Melitaea phoebe occitanica Staudinger, 1861; dans le sud-ouest de l'Europe en Algérie et au Maroc.
  • Melitaea phoebe ottonis Fruhstorfer, 1916
  • Melitaea phoebe saturata Staudinger, 1892
  • Melitaea phoebe tunguna Seitz, [1909]; dans le sud de la Sibérie.
  • Melitaea phoebe tungusa Herz, 1898; en Yakoutie.
  • Melitaea phoebe wagneri Wnukowsky, 1929[1].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un papillon au-dessus marron à lignes de damiers orange et lignes de damiers jaune.

Le revers est plus clair, orange pour les antérieures, à damiers jaune clair et damiers orange organisées en lignes aux postérieures.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Il hiverne à l'état de jeune chenille dans une toile de soie.

Il vole en généralement en deux générations d'avril à mi-juin puis de fin juin à septembre[3].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont des Centaurea dont Centaurea alba, Centaurea colombaria, Centaurea graeca , Centaurea jacea , Centaurea montana, Centaurea nigrescens, Centaurea scabiosa[1],[3]. La chenille mange aussi du plantain.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent en Afrique du Nord, en Europe, en Turquie, en Sibérie, dans le centre de l'Asie en Mongolie et dans le nord de la Chine[1],[3].

En Afrique du Nord il réside au Maroc et en Algérie.

En Europe il est absent de la partie la plus au nord, Angleterre, Irlande, nord de la France, de l'Allemagne, de la Pologne et Scandinavie.

En France il est présent dans tous les départements sauf une partie de ceux qui bordent la Manche et la mer du Nord, du Finistère au Pas-de-Calais. Il est aussi absent de Corse et de certains départements d'Île-de-France[4]

Biotope[modifier | modifier le code]

La Mélitée des centaurées réside dans les prairies fleuries.

Protection[modifier | modifier le code]

La Mélitée des centaurées est protégée dans la région Île-de-France par l'arrêté du 22 juillet 1993 relatif à la liste des insectes protégés en région Île-de-France complétant la liste nationale. Elle est inscrite à l'article 1[4],[5].

Melitaea phoebe

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e funet
  2. INPN taxonomie
  3. a, b et c Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé,‎ 1997 (ISBN 978-2-603-01649-7)
  4. a et b lepinet
  5. legifrance

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé,‎ 1997 (ISBN 978-2-603-01649-7).