Lynchage de 1920 à Duluth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mémorial érigé à Duluth en l'honneur des trois travailleurs lynchés en 1920.

Le lynchage de 1920 à Duluth est survenu le , lorsque trois travailleurs noirs ont été attaqués et lynché par une foule à Duluth, Minnesota. Des rumeurs avaient circulé comme quoi six afro-américains avaient violé une adolescente. Une enquête, cependant, n'a révélée aucune trace de viol, ni d'agression[1],[2].

Cette tuerie a choqué le pays, particulièrement parce qu'elle a eu lieu au nord des États-Unis[3], bien que quatre autres lynchages ont eu lieu plus tôt dans le Minnesota. En 2003, la ville de Duluth érige un mémorial pour ces travailleurs assassinés.

Prémices[modifier | modifier le code]

En septembre 1918, un immigré finlandais, nommé Olli Kinkkonen, a été lynché à Duluth, pour avoir déserté son service militaire durant la Première Guerre mondiale[4]. Kinkkonen a été retrouvé, goudronné, plumé et pendant au-dessus d'un arbre au Lester Park. Les autorités n'ont pas poursuivi en justice les assassins car ils ont clamé que la victime s'est pendue elle-même par honte d'avoir été goudronnée et plumée[4].

Durant et immédiatement après la Première Guerre Mondiale, une grande partie des afro-américains ont immigré du sud au Nord et dans le Midwest du pays à la recherche de travail. La population du Midwest ont perçu les immigrés noirs comme une menace pour leur travail[1].

Cet antagonisme racial s'est développé en émeute ethnique au nord et dans le Midwest en 1919.

Description[modifier | modifier le code]

Carte postale du lynchage de Duluth.

Le , le cirque James Robinson prend place à Duluth. Deux adolescents locaux, Irene Tusken, 19 ans, et James Sullivan, 18 ans, se rencontre dans le cirque, regardant les travailleurs afro-américains démanteler les tentes, charger les wagons, etc. Les événements qui ont lié Tusken, Sullivan et les travailleurs sont inconnus ; cependant, plus tard dans la même nuit, Sullivan affirme que, lui et Tusken, ont été agressé, et Tusken a été violée par cinq ou six de ces travailleurs noirs. Durant la matinée du 15 juin, le chef de police de Duluth, John Murphy, reçoit un appel du père de James Sullivan expliquant que six travailleurs noirs avaient agressé et violé Irene Tusken. John Murphy demande par la suite Sullivan et Tusken d'identifier leurs agresseurs. La police arrêtent six hommes noirs à l'origine de l'agression.

L'authenticité de cette agression a été remise en question. Lorsque Tusken a été examinée par son gynécologue, Dr. David Graham, au matin du 15 juin, il ne trouve aucune trace de viol, ni d'agression[2].

L'article a été imprimé sur journal, alors que des rumeurs circulent comme quoi Tusken est décédée suite à l'agression. Durant la journée, une foule estimée à 5 000 et 10 000 individus[2] se forme autour de la prison de Duluth et la force pour ensuite passer les accusés à tabac. La police de Duluth, ayant reçu l'ordre de l'utiliser aucune arme, n'offre aucune réelle résistance à la foule. La foule saisit Elias Clayton, Elmer Jackson et Isaac McGhie et l'accuse d'être coupables du viol de Tusken. Les trois hommes sont lynchés par la foule. Cet épisode de violence a inspiré la chanson Desolation Row à Bob Dylan, natif de Duluth.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Duluth Lynchings: Presence of the Past. Twin Cities Public Television.
  2. a, b et c (en) « Duluth Lynchings On line Resource », sur Minnesota Historical Society (consulté le 9 mars 2006)
  3. Move to punish Duluth Lynchers. New York Times. 17 juin 1920.
  4. a et b (en) News.minnesota.publicradio.org

Liens externes[modifier | modifier le code]