Punition du goudron et des plumes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Du goudron et des plumes.
Les habitants de Boston payant le droit d'accise, 1774[1].
Affiche de propagande britannique représentant l'application du goudron et des plumes au commissaire des douanes John Malcolm quatre semaines après la célèbre Boston Tea Party. Ses tortionnaires versèrent également du thé bouillant dans sa gorge, comme le montre la gravure. Noter la corde suspendue à l'arbre de la liberté et le Stamp Act affiché à l'envers.

La punition du goudron et des plumes (anglais : Tarring and feathering) est un châtiment corporel, qui remonte au moins à l'époque des Croisades. Héritage d'une justice féodale, officielle ou non, d'abord appliqué en Europe et au sein de ses colonies, puis au début des temps modernes aux États-Unis, notamment au Far West, il fut exécuté en général par une foule vengeresse, comme le lynchage.

Description[modifier | modifier le code]

Le goudron, utilisé par l'industrie balbutiante de l'époque, et les plumes issues des élevages de gallinacés se trouvaient alors en abondance. Lors d'une scène typique d'utilisation du goudron et des plumes, le sujet de la vindicte populaire était dévêtu jusqu'à la taille. Du goudron chaud était alors soit versé, soit appliqué au pinceau sur la personne tandis qu'on l'immobilisait. Ensuite, soit l'on jetait des plumes sur la victime, soit on la roulait dans une pile de plumes de façon à ce que ces dernières adhèrent au goudron collant. Il n'était pas rare d'exhiber la victime au cours d'une parade dans la ville. Les plumes collaient au goudron pendant plusieurs jours, rendant évidente et durable l'infamie de la personne. Le but de ce supplice était à la fois la blessure physique et morale, humiliant le supplicié suffisamment pour lui faire quitter la ville et le dissuader d'y causer des troubles.

Cette pratique ne constitua jamais une punition officielle aux États-Unis, mais plutôt une forme d'auto-justice.

Il y eut en outre des cas d'usage du goudron et des plumes en Irlande du Nord, au cours du conflit nord-irlandais. En ces derniers cas, le personnel médical put s'occuper rapidement et efficacement des victimes.

Variantes passées et contemporaines[modifier | modifier le code]

Ce supplice connut en outre quelques variantes au cours de l'Histoire :

  • Une variante plus brutale encore dénommée pitchcapping, destinée à endommager gravement l'épiderme et la chair sur le sommet du crâne, fut utilisée par les troupes britanniques contre les sujets suspectés de rébellion durant l'expédition d'Irlande de 1798 ;
  • Parfois, seule la tête était rasée, goudronnée et parsemée de plumes ;
  • Sous une forme moins sévère, ne causant pas de blessure, le goudron et les plumes étant appliqués sur les vêtements ou sous-vêtements de la victime. Cette pratique est toujours occasionnellement en usage, en tant que châtiment humiliant, par exemple pour marquer la désobéissance du sujet à ses engagements envers une fraternité (voir bizutage).

Conséquences physiques possibles[modifier | modifier le code]

Les blessures physiques causées par ce châtiment varient selon la température et la qualité du goudron utilisé : des brûlures au premier degré sont occasionnées après un très bref contact avec un matériau chauffé à environ 70°C ou après trente secondes pour un matériau atteignant les 55°C. Le goudron utilisé à l'époque où cette peine était encore répandue ne se liquéfiait qu'à environ 60°C. À cette température, des brûlures sont occasionnées après seulement trois secondes. Il est possible que la fine couche de goudron ait refroidi rapidement ; cependant, les victimes pouvaient souffrir de diverses brûlures.

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus vieille mention de cette punition se trouve dans les ordres que Richard Ier d'Angleterre fit passer à son armée en partance pour la Terre sainte en 1191. Elle était destinée aux voleurs et aux traîtres, à qui l'on rasait la tête avant de la badigeonner de goudron et d'y déposer des plumes. Le condamné était ensuite abandonné à son sort[2].

Un usage plus tardif de cette punition est mentionné dans Notes and Queries série 4, vol. V, qui cite un certain James Howell, écrivant de Madrid en 1623. Il décrit comment l'évêque d'Halberstadt fit tuer des volailles et disposer leurs plumes dans une grande salle. Il fit ensuite déshabiller les moines et nonnes, les fit couvrir d'huile et de goudron et rouler dans les plumes[3].

En 1696, un huissier de justice londonien qui tentait de poursuivre un débiteur réfugié dans le quartier dénommé Liberties of the Savoy — l'un des quartiers où la loi londonienne ordinaire ne s'appliquait pas — fut passé au goudron et aux plumes avant d'être emmené dans une brouette jusqu'au Strand, où il fut attaché à l'arbre de mai qui était érigé là où se trouve l'actuelle Somerset House.

Le second incident de cette nature à avoir eu lieu en Amérique fut rapporté en 1766. Un certain capitaine William Smith fut couvert de goudron et de plumes avant d'être jeté dans le port de Norfolk, en Virginie. Il fut secouru par un navire juste avant que ses forces ne l'abandonnent. Il survécut et fit le récit suivant : « ils couvrirent mon corps et mon visage de goudron puis me jetèrent des plumes dessus ». Comme la plupart des victimes de ce châtiment au cours de la décennie suivante, Smith était suspecté de renseigner des contrebandiers cherchant à éviter le service des douanes britanniques.

La punition fut employée à Salem, Massachusetts, en 1767, quand des foules en colère se vengèrent sur de petits employés de ce même service des douanes. En octobre 1769, une foule à Boston s'attaqua de la même façon à un marin des douanes, et d'autres incidents eurent lieu en 1774, avec pour point culminant le passage au goudron et aux plumes du loyaliste John Malcolm qui attira particulièrement l'attention du public. Ces actes associèrent la punition du goudron et des plumes à la frange Patriote lors de la Guerre d'indépendance des États-Unis. En mars 1775, un régiment britannique infligea le même châtiment à un homme du Massachusetts suspecté de vouloir acheter leurs mousquets. Il n'y a pas de source écrite attestant que quiconque soit décédé des suites de cette punition à cette époque.

Dans les années 1920, des opposants au syndicat Industrial Workers of the World capturèrent l'un des chefs de file du mouvement dans le port de San Pedro, à Los Angeles, Californie. Ils le passèrent au goudron et aux plumes avant de l'abandonner en un lieu isolé.

Au cours du XXe siècle, de nombreux Afro-Américains subirent ce traitement en guise de punition et de harcèlement.

Suite à la libération de la France à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, il y eut des rumeurs concernant l'utilisation de cette punition sur de supposés collaborateurs des Allemands. La plupart des victimes supposées seraient des femmes ayant entretenu des relations intimes avec des soldats allemands.

Une technique similaire fut employée par l'Armée républicaine irlandaise au cours des premières années du conflit en Irlande du Nord. La plupart des victimes étant là encore des femmes suspectées d'avoir eu des relations sexuelles avec des policiers ou des soldats britanniques[4].

Le dimanche 26 août 2007, un inconnu fut passé au goudron et aux plumes dans le sud de Belfast par l'Ulster Defence Association. Il était suspecté de se livrer au trafic de drogue[5].

Goudron et plumes dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans la série de bande dessinée Lucky Luke, les Dalton sont des habitués du goudron et des plumes, ainsi que les tricheurs professionnels. La bande dessinée et plusieurs des films d'animation qui en ont été tirés — et plus particulièrement le premier, intitulé Daisy Town — présentent des scènes où les quatre frères subissent ce châtiment puis se lavent dans un point d'eau.
  • Dans le jeu télévisé espagnol El Gran juego de la oca, le concurrent tombé sur la case 58 fut passé tout habillé au goudron et aux plumes.
  • Dans Les Aventures de Huckleberry Finn, le Dauphin et le Duc subissent cette punition après avoir joué the Royal Nonesuch à une foule prévenue de leurs mauvaises intentions par Jim.
  • Le personnage de fiction Jonesy est supplicié par des miliciens de l'époque de la Grande Dépression au cours d'un épisode de Carnivale (La Caravane de l'étrange, série télévisée de la chaîne HBO). Son supplice est particulièrement brutal et manque de le tuer. Il est sauvé par Ben Hawkins qui utilise l'âme de dizaines de vautours déjà réunis pour festoyer afin de sauver Jonesy.
  • Dans le film Des hommes sans loi de John Hillcoat un des Bootlegger subit le supplice du goudron et des plumes. Il est couvert de la tête aux pieds par un policier qui fait auto-justice, et est ensuite exhibé chez un autre bootlegger pour le dissuader de continuer son métier.

Usage métaphorique dans la sphère anglo-saxonne[modifier | modifier le code]

L'image du hors-la-loi soumis au supplice du goudron et des plumes est restée si vivace dans les pays de culture anglo-saxonne que l'expression y désigne métaphoriquement une humiliation publique, de nombreuses années après que la pratique elle-même a disparu. (to be) tarred and feathered (lit. « être passé au goudron et aux plumes ») signifie ainsi soulever l'indignation ou provoquer la vindicte publique. Dans le même ordre d'idée, (to be) tarred with the same brush (lit. « être goudronné avec le même pinceau ») signifie être associé dans l'esprit d'autrui à une personne souffrant d'une image négative.

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Bostonians paying the excise-man or Tarring and feathering, Pendleton's Lithography, Boston : litho. de Pendleton, 1830. (OCLC 57747859)
  2. Texte original : Concerning the lawes and ordinances appointed by King Richard for his navie the forme thereof was this… item, a thiefe or felon that hath stolen, being lawfully convicted, shal have his head shorne, and boyling pitch poured upon his head, and feathers or downe strawed upon the same whereby he may be knowen, and so at the first landing-place they shall come to, there to be cast up - transcription des ordres originaux dans les Voyages de Richard Hakluyt, chap. II. p. 21.
  3. Citation originale : the boisterous Bishop of Halberstadt, having taken a place where there were two monasteries of nuns and friars, he caused divers feather beds to be ripped, and all the feathers thrown into a great hall, whither the nuns and friars were thrust naked with their bodies oiled and pitched and to tumble among these feathers, which makes them here [Madrid] presage him an ill-death.
  4. (en) Ruth McDonald, Has Northern Ireland left the past behind?, BBC Radio 4.
  5. (en) BBC News, Belfast man tarred and feathered sur le site de la BBC, consulté le 28 août 2007.