Loyaliste noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un loyaliste noir est un habitant de l'Amérique du Nord britannique d'ascendance africaine qui a rejoint les forces britanniques durant la guerre d'indépendance des États-Unis[1]. Esclaves pour la majorité d'entre eux, ils décidèrent de combattre du côté britannique, en échange de la promesse d'être affranchis.

À l'issue du conflit, quelque 3 000 Loyalistes noirs furent évacués depuis New York en direction de la Nouvelle-Écosse et répertoriés dans le Book of Negroes pour faciliter leur suivi par les Britanniques. Les Loyalistes de l'Empire-Uni qui immigrèrent en Nouvelle-Écosse amenèrent 2 500 autres esclaves africains avec eux. Ces derniers, contraints de suivre leurs maîtres, n'étaient cependant pas considérés comme loyalistes.

Certains Loyalistes noirs furent évacués à Londres et intégrés à la communauté des « Black Poors » de la ville. À l'initiative de la Sierra Leone Company, 4 000 d'entre eux furent conduits dans la colonie de Sierra Leone en 1787. Cinq ans plus tard, 1 192 autres Loyalistes noirs de Nouvelle-Écosse immigrèrent en Sierra Leone. Ils devinrent connus sous le nom de colons néo-écossais et participèrent à la création d'une nouvelle nation et d'un nouveau gouvernement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Graham Russell Hodges, Susan Hawkes Cook, Alan Edward Brown, « The Black Loyalist Directory: African Americans in Exile After the American Revolution », JSTOR