Louis-Michel Thibault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thibault.
Louis Michel Thibault par Lady Anne Barnard
Cape Archives
Louis Michel Thibault06.png

Louis-Michel Thibault (28 septembre 1750- 15 novembre 1815) était un architecte et un ingénieur français, émigré en Afrique du Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Picquigny (Picardie) en 1750, Louis-Michel Thibault, élève-architecte de Ange-Jacques Gabriel à l'académie d'architecture de Paris, débarqua dans la colonie du Cap en janvier 1783 avec le régiment suisse du colonel Charles-Daniel de Meuron au service de la compagnie néerlandaise des Indes orientales.

Thibault était alors ingénieur du régiment lequel rembarqua pour Ceylan afin de venir en aide à l'amiral Pierre André de Suffren.

En 1785, de retour en garnison au Cap, Thibault est nommé par la compagnie, inspecteur des bâtiments de la colonie du Cap.

Le Cap et ses environs 1791
Carte par Thibault
Delft Archives

En 1786, il dirige l'école des cadets de la colonie. Il y enseigne notamment les mathématiques et l'art militaire.

De 1786 à 1790, Thibault dessine tous les nouveaux bâtiments publics de la colonie d'abord seul puis à partir de cette date en association avec le sculpteur Anton Anreith et l'architecte Hermann Schutte.

En 1795, Thibault est ingénieur militaire en chef de la colonie du Cap.

Durant l'occupation britannique de 1795 à 1803, Thibault perd tous ses privilèges. En 1799, le major Francis Dundas, gouverneur de la colonie, le charge cependant de réparer tous les édificies militaires puis son successeur, George Yonge, le nomme architecte chargé des travaux militaires.

De 1803 à 1806, quand la colonie du Cap redevient sous administration batave, Thibault est nommé inspecteur des bâtiments publics et est confirmé à ce poste lors du retour de la souveraineté britannique en 1806.

Durant les dernières années de sa vie, il est affecté à la surveillance de la construction des demeures situées sur la route entre Le Cap et Simonstown.

Il décède d'une pneumonie le 15 novembre 1815 et est enterré au cimetière de Somerset.

Famille[modifier | modifier le code]

Le 2 avril 1786, Louis Michel Thibault épouse Elizabeth van Schoor (décédée en 1820).
Le couple a cinq enfants :

  1. Catharina Everdina Thibault (née en 1787), décédée vers l'âge de 8 ans
  2. Maria Johanna Louisa Thibault née en 1788
  3. Elisabeth Meinhardina Thibault née en 1790, 1 enfant
    1. Catharina Maria Georgina Humphreys (née en 1829)
  4. Louis Michel Adrien Thibault, né en 1792 et mort en bas âge

Quelques réalisations architecturales[modifier | modifier le code]

Le Drostdy de Graaff-Reinet
Manoir de Groot Constantia rénové par Louis-Michel Thibault
  • le perron surmonté d'une marquise du château du Cap
  • Loge maçonnique de Bonne Espérance (1801-03), le Cap
  • Drostdy (1804-05), Graaff-Reinet
  • Drostdy '1804-1807), Tulbagh
  • Maison des douanes (1814), Le Cap
  • Maison des esclaves convertie en cour suprême (1814-1815) puis en musée de l'histoire culturelle, Le Cap
  • Façade du manoir Tokai, Constantia (1795)
  • Koopmans-De Wet House, Le Cap
  • Groot Constantia (rénovation de la façade en 1791)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Michel Thibault 1750-1815: His official life at the Cape of Good Hope - Huguette Roy de Puyfontaine (Tafelberg, Le Cap 1972)
  • The Old Buildings of the Cape - Hans Fransen (Sunbird Publishers) ISBN 1 86842 191 0
  • A Cape Camera : The Architectural Beauty of the Old Cape Photographies d'Arthur Elliott compilées par Hans Fransen ISBN 0 86852 221 X