Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Chevaliers de Baphomet
Le Manuscrit de Voynich
Éditeur EU THQ
AN The Adventure Company
Développeur Revolution Software

Date de sortie 13 novembre 2003[1]
Genre Jeu d'aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Windows, PlayStation 2, Xbox
Média CD-Rom
Langue Français
Contrôle Clavier, Manette de jeu

Moteur RenderWare

Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich (version originale : Broken Sword : The Sleeping Dragon) est un jeu vidéo d'aventure, développé par Revolution Software, sorti sur PC, PlayStation 2 et Xbox en novembre 2003[1].

Il s'agit du troisième épisode de la série Les Chevaliers de Baphomet.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début du jeu, nous retrouvons George Stobbart parti au Congo en sa qualité d'avocat. En chemin, son avion est pris dans une tempête et s'écrase non loin de sa destination. L'aventure peut commencer... De son côté, Nicole Collard s'apprête à interviewer à Paris un type prétendant pouvoir déchiffrer le manuscrit de Voynich. Malheureusement pour elle, son mystérieux contact se fait tuer presque sous ses yeux... Au fil de l'aventure, les deux enquêtes se rejoignent, et George Stobbart et Nico vont explorer des endroits comme un vieux théâtre parisien ou la ville anglaise de Glastonbury à la recherche des secrets du manuscrit de Voynich. Au bout du compte, le joueur saura s'il est digne de devenir chevalier et de vaincre un dragon...

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Contrairement aux deux premiers opus, Le manuscrit de Voynich ne se joue plus en point-and-click, car, passage à la 3D oblige, la caméra suit le personnage principal (George ou Nico). Les actions, comme les déplacements, se font à partir des touches du clavier ou à l'aide d'une manette de jeu sur PC. De même, deux nouveaux types d'énigmes viennent s'ajouter au jeu: des passages où il faut éviter des gardes, et d'autres où il faut manipuler des caisses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]