Le Monde englouti (J. G. Ballard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Les Mondes engloutis.
Le Monde englouti
Auteur James G. Ballard
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Titre original The Drowned World
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Lieu de parution original Royaume-Uni
Date de parution originale 1962
Version française
Traducteur Marie-France Desmoulin
Lieu de parution Paris
Éditeur Denoël
Collection Présence du futur
Date de parution 1964
Type de média Livre papier
Nombre de pages 248

Le Monde englouti (titre original : The Drowned World) est un roman de science-fiction, écrit en 1962 par James G. Ballard (Royaume-Uni). Ce livre a été publié pour la première fois en France en 1964 aux éditions Denoël avec une traduction de Marie-France Desmoulin. Une nouvelle traduction a été réalisée par Michel Pagel en 2008.

Présentation de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Il s'inscrit dans la série des romans catastrophes, dite Les Quatre apocalypses, qu'il écrivit au début des années 1960. Celle-ci, outre le Monde englouti, comprend : Le Vent de nulle part (1962), Sécheresse (1965) et la Forêt de cristal (1966). Chaque roman de cette série met en scène une catastrophe différente venant détruire la civilisation humaine : l'inondation dans le Monde englouti ; les tempêtes dans le Vent de nulle part ; la canicule dans Sécheresse ; la fossilisation des choses et des gens dans la Forêt de cristal. Ce dernier roman, pour la plupart des critiques, est d'ailleurs considéré comme l'un des plus beaux qu'il ait jamais écrit.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans un futur proche, une série d'explosions solaires a augmenté la température de la planète et un climat tropical règne sur l'ensemble de la Terre. La faune et la flore sont revenus à ce qu'elles étaient à l'époque préhistorique, et l'homme n'a plus beaucoup de place dans ce monde surchauffé et étouffant. Ayant fui les grandes villes et les continents recouverts de vastes forêts infestées d'iguanes et de moustiques et arrosés continuellement de pluies diluviennes, les hommes vivent désormais dans des bases au Groenland, en Antarctique et dans diverses îles des pôles. Dans ce contexte, le médecin Kerans participe à une expédition scientifique sur le site englouti d'une ancienne capitale européenne. La déliquescence d'un monde en ruine, la tentation de la régression vers un monde primitif préhistorique, la lutte perdue d'avance des hommes face à une nature sauvage et une psyché qui les conduit à leur perte sont les thèmes porteurs de cette histoire angoissante d'une humanité qui touche à sa fin.

Classique de la science-fiction[modifier | modifier le code]

Ce roman a été présenté comme un grand classique de la science-fiction dans les ouvrages suivants :

Éditions[modifier | modifier le code]