La Belle de Cadix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La belle de Cadix)
Aller à : navigation, rechercher

La Belle de Cadix est une opérette française, livret de Raymond Vincy et Marc-Cab, paroles de Maurice Vandair et Émile Audiffred, musique de Francis Lopez, créée à Paris le 19 décembre 1945 au Casino Montparnasse[1], avec dans le rôle principal Luis Mariano. Le chef d'orchestre était Jacques-Henry Rys.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Carlos Medina, grande vedette de cinéma, quitte la Côte d'Azur pour aller tourner un film au sud de l'Espagne au milieu des dernières tribus gitanes qui gardent encore leurs traditions, leurs chants et leurs danses.

Maria-Luisa, la plus belle des gitanes, est jalouse. Son fiancé Ramirez s'est fait engager comme guitariste dans la troupe. Jalouse et peut-être déjà attirée par Carlos, elle accepte de tenir le rôle de la Belle de Cadix dans le film en préparation. Une de scènes les plus importantes du film est la cérémonie du mariage. Le figurant choisi étant un véritable roi gitan, Carlos et Maria-Luisa se retrouvent réellement mariés.

Les deux jeunes gens s'accusent mutuellement d'être responsable de la situation. Ils se disputent allègrement tout en jouant la comédie du grand amour devant leurs admirateurs attendris... Ils passeront la nuit ensemble... mais chacun dans une pièce séparée.

Le lendemain, les prises de vues continuent. La jalousie de Ramirez et de Miss Hampton[2], fiancée de Carlos, contribue à semer la confusion la plus complète. On apprend alors que le roi gitan n'était qu'un imposteur. Le mariage est donc nul...

Carlos part pour Cannes, Maria-Luisa reste à Cadix. Miss Hampton a compris que Carlos et Maria-Luisa s'aimaient d'amour tendre ; elle joue les bons offices et cette belle histoire peut se terminer par le « happy end » attendu du spectateur depuis 3 heures.

L'histoire de la création[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme en 1918, l'opérette cherche un nouveau souffle. Phi-Phi avait marqué d'un nouveau style d'opérette au seuil des années folles ; près de trente ans plus tard La Belle de Cadix marque le début de l'âge d'or de l'opérette à grand spectacle d'après 1945.

Dès 1938, Raymond Vincy, collaborateur d'Alibert pour ses opérettes et ses revues marseillaises, écrit le livret d'un ouvrage dont l'histoire se passe du côté de Marseille. Les vedettes prévues sont la chanteuse Rina Ketty et le comique marseillais Gorlett, Le titre envisagé, Mariage à l'essai.

Le conflit mondial ne permettant pas au projet de se concrétiser, le projet est enfoui au fond de quelque tiroir...

Après guerre, Francis Lopez commence à être connu. Son Robin des Bois, interprété par Georges Guétary, est sur toutes les lèvres. Luis Mariano se fait remarquer à la radio et au music-hall...

Dans son livre de souvenirs, Francis Lopez raconte que le directeur du Casino Montparnasse lui demande un spectacle deux mois avant les fêtes de fin d'année 1945. Il faut faire vite. Marc-Cab pense à Raymond Vincy qui ressort son Mariage à l'essai, mais Marc-Cab préfèrerait que l'action se déroule en Hongrie. Alors, La Belle de Budapest ? Francis Lopez penche plutôt pour l'Espagne. Mariage Gitan ? L'accord se fait sur l'Espagne. Lopez propose Luis Mariano comme tête d'affiche. Le titre définitif est choisi, ce sera La Belle de Cadix.

L'ouvrage est monté à l'économie, mais avec enthousiasme par une troupe de jeunes. On ne pensait guère dépasser les 50 représentations : l'ouvrage est joué près de deux ans et est repris en 1949 dans une version à grand spectacle par Maurice Lehmann au théâtre de l'Empire. La Belle de Cadix sera ensuite programmée à Paris en 1958 (Gaîté-Lyrique), 1968 (Porte-Saint-Martin), 1977 (Mogador), 1979 (Renaissance), 1991 (Eldorado) et 1995 (Mogador)[3].

L'ouvrage ne renouvelle pas le genre, mais il est est bien équilibré et le compositeur a su mêler dans sa partition, le sentiment, l'exotisme et le dynamisme qui ne pouvaient que plaire à un public venu chercher un dépaysement qu'il n'était pas encore en mesure de s'offrir éellement. La plupart des airs de La Belle ont été des succès : « La Belle de Cadix », « La Fiesta Bohémienne », « Maria-Luisa », « Le Clocher du village », « Rendez-vous sous la Lune ». La Belle de Cadix deviendra un film musical interprété par Luis Mariano et Carmen Sevilla en 1953.

Aujourd’hui, La Belle de Cadix est sans doute l'opérette de Francis Lopez la plus souvent à l'affiche des scènes françaises.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Opérette en 2 actes et 10 tableaux.

Création à Paris, au Casino Montparnasse le 19 décembre 1945 avec:

Reprise au théâtre de l'Empire dans une version nouvelle à grand spectacle (2 actes et 15 tableaux) le 17 décembre 1949 avec :

Film[modifier | modifier le code]

En 1953, un film est tiré de cette opérette. Il est réalisé par Raymond Bernard et Eusebio Fernández Ardavín, sur un scénario de Pierre Laroche et Jean-Pierre Feydeau et une musique de Francis Lopez. Il sort en salle le 24 décembre 1953.

Les principaux acteurs sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Casino Montparnasse
  2. au cinéma, Ramirez s'appellera Raphaël et Miss Hampton se nommera Alexandrine Dupont
  3. À la création, Rudy Hirigoyen et Gino Donati termineront la série de représentations au Casino-Montparnasse. Par la suite, le rôle de Carlos Médina sera tenu par Antonio Rossano (1958), Aldo Filistatd (1968), Miguel Cortez (1977 et 1991), José Villamor (1979), Carlo di Angelo (1991) et José Todaro (1995) [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]