Phi-Phi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Phi-Phi est une opérette française écrite par Albert Willemetz et Fabien Solar, sur une musique d'Henri Christiné. Elle a été créée au théâtre des Bouffes-Parisiens, à Paris, le 12 novembre 1918.

Argument[modifier | modifier le code]

À Athènes, en l'an 600 avant Jésus-Christ, le grand sculpteur Phidias reçoit commande d'une grande statue représentant la Vertu et l'Amour. Il cherche alors dans les rues d'Athènes une jeune femme vertueuse et belle pour lui servir de modèle. Il rencontre la charmante Aspasie, qu'il trouve très attirante. Si attirante qu'elle éveille la jalousie de Madame Phidias qui la renvoie. Madame Phidias, qui est, de son côté, courtisée par un beau jeune homme, le Prince Ardimédon, décide de poser elle-même pour la Vertu. Phidias, charmé par le bel Ardimédon qu'il vient de rencontrer, le choisit comme modèle de l'Amour, bien qu'il trouve que sa femme et Ardimédon manquent de naturel.

Le lendemain, quand Phidias qui a passé la nuit avec Aspasie, « gamine charmante », découvre sa femme dans les bras d'Ardimédon, le sculpteur trouve admirable le groupe que forment l'Amour et la Vertu. La jeune Aspasie a eu, quant à elle, le temps de séduire le maître de la Grèce, Périclès, qui veut l'épouser. Périclès demande à Phidias d'intégrer Aspasie au bloc sculptural, pour lequel posent Madame Phidias et Ardimédon. Phidias acquiesce. La statue sera désormais L'Amour et la Vertu, aidés par l'Économie, fondent le bonheur conjugal.

Interprètes à la création[modifier | modifier le code]

Les airs[modifier | modifier le code]

  • Chœur des modèles
  • C'est une gamine charmante, Phi-Phi
  • Maître, lorsque l'on a vingt ans, Phi-Phi, Aspasie
  • C'est bête comme chou, Aspasie
  • Vertu, verturon, verturonnette, Phi-Phi
  • Le jeune homme était encore là, Mme Phidias, Le Pirée, Phi-Phi
  • Hélas, faut-il si tôt ; C'est un modèle ; Pour l'amour ; Final, ensemble
  • Ah ! Cher Monsieur, excusez-moi, Aspasie
  • Ô Pallas Athénée, Mme Phidias
  • Ici-bas, c'est la loi commune, Ardimédon
  • Ah, tais-toi, tu m'affoles, Mme Phidias, Ardimédon
  • Le Procédé vraiment nouveau ; Final, les modèles, Le Pirée
  • D'abord Monsieur vous m'enlaçâtes, Mme Phidias, Ardimédon
  • Bien chapeautée, Aspasie
  • Les Jolis Petits Païens, Phi-Phi
  • Pour être heureux ; Final, ensemble

Sources[modifier | modifier le code]

  • Phi-Phi sur L'Encyclopédie multimédia de la comédie musicale théâtrale en France
  • Phi-Phi sur Théâtre musical - opérette