Kwanza (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kwanza.

9° 21′ S 13° 09′ E / -9.35, 13.15 ()

Kwanza
(Cuanza)
Illustration
Caractéristiques
Longueur 965 km
Bassin 151 422 km2
Bassin collecteur Kwanza
Débit moyen 825 m3/s
Cours
Source plateau de Bié
Embouchure l'océan Atlantique
· Localisation à 50km au sud de la capitale Luanda
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Angola Angola

Le Kwanza (aussi écrit Cuanza) est un fleuve de l'Angola qui se jette dans l'océan Atlantique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Né dans le plateau de Bié, il coule vers le nord puis vers l'ouest et se jette dans l'océan Atlantique à une cinquantaine de kilomètres au sud de la capitale Luanda. La FAO lui a attribué en 1990 un débit annuel de 26 km3.

Toponymes[modifier | modifier le code]

Le fleuve donne son nom à deux provinces angolaises situées de part et d'autre de son cours, Kwanza-Nord et Kwanza-Sud.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

En raison des nombreux rapides qui émaillent son parcours, le Kwanza n'est propice à la navigation qu'à partir de Dondo, situé à 193 km de l'embouchure. Situé dans une large plaine, l'estuaire est précédé de méandres, où la marée se fait sentir. Cependant, le cours supérieur du fleuve offre des possibilités hydroélectriques, notamment par le barrage de Capanda, dans la province de Malanje. Planifié dans les années 1990, celui-ci ne fut terminé qu'en 2004.

Le cours supérieur du fleuve Kwanza est aménagé depuis le début des années 1980 par le leader mondial des barrages, le géant brésilien Odebrecht. La multinationale modernise l'installation de Cambambe, édifiée à l'époque coloniale. Selon l'entreprise, 70 % des Angolais n'ont pas accès à l'électricité. Et le pays ne produirait que 30 % de la demande. L'Angola pourrait devenir auto-suffisant d'ici à 2017. Plus tard, il pourrait même exporter son électricité[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GEO N°403 de septembre 2012 p.115