Karthala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éditions Karthala.
Karthala
Image satellite d'un panache volcanique au-dessus des Comores suite à une éruption du Karthala.
Image satellite d'un panache volcanique au-dessus des Comores suite à une éruption du Karthala.
Géographie
Altitude 2 361 m
Massif Grande Comore
Coordonnées 11° 45′ 29″ S 43° 22′ 01″ E / -11.758, 43.367 ()11° 45′ 29″ Sud 43° 22′ 01″ Est / -11.758, 43.367 ()  
Administration
Pays Drapeau des Comores Comores
Géologie
Type Volcan rouge
Activité Actif
Dernière éruption 12 au 15 janvier 2007
Code 0303-01=
Observatoire Observatoire Volcanologique du Karthala

Géolocalisation sur la carte : Comores (relief)

(Voir situation sur carte : Comores (relief))
Karthala

Le Karthala, également appelé Karatala, Kartala ou encore Kartola[1], est un volcan de l'Union des Comores situé dans l'archipel des Comores, sur l'île de Grande Comore[2]. Relativement actif avec vingt éruptions au cours des XIXe et XXe siècles, ces dernières se traduisent généralement par la formation de coulées de lave qui atteignent dans certains cas la mer et parfois l'apparition d'un lac de lave dans un des cratères de la caldeira sommitale de ce volcan bouclier de 2 361 mètres d'altitude[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de l'intérieur d'un des cratères du Karthala.

Le Karthala est situé dans l'île de Grande Comore, une île de l'Union des Comores, dans l'archipel des Comores baigné par le canal du Mozambique, dans l'océan Indien[2]. Occupant le sud de l'île de Grande Comore, il est entouré au nord par La Grille, un autre volcan qui a formé le nord de l'île de Grande Comore[2].

Ce volcan bouclier de trente kilomètres de longueur et de quinze kilomètres de largeur culmine à 2 361 mètres d'altitude à une caldeira de trois kilomètres de largeur par quatre kilomètres de longueur formée par des effondrements successifs entrés en coalescence et notamment le Choungou-Chahalé au centre et le Choungou-Changomeni au nord[2],[4],[5],[6]. Cette caldeira s'inscrit dans un rift orienté nord-nord-ouest-sud-est qui donne un profil asymétrique à la montagne allongée en fuseau dont le centre est occupé par la caldeira[2],[4]. La partie sud du rift s'avance dans la mer en formant une péninsule, le massif du Badjini, tandis que la partie nord forme le centre de l'île qui est reliée à La Grille[2],[4]. Les pentes de la montagne, dont l'inclinaison varie de 10 à 15° sur le flanc ouest et de 24 à 30° sur le flanc est, sont couvertes d'une forêt tropicale entaillée par endroit par des coulées de lave fraîche[6].

Les éruptions hawaïennes majoritairement effusives du Karthala, au cours desquelles des coulées de lave sont émises et atteignent parfois la mer[2], le classent parmi les volcans rouges[3],[4]. Beaucoup de ces éruptions qui sont relativement fréquentes avec vingt éruptions durant les XIXe et XXe siècles sont accompagnées de l'apparition d'un lac de lave dans la caldeira sommitale[3]. Le lac de cratère présent dans le Choungou-Chahalé depuis l'éruption de 1991 a entièrement disparu au cours de l'éruption du 16 au 18 avril 2005[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première éruption répertoriée du Karthala date de 1050 avec une incertitude de 150 ans, la suivante s'étant déroulée en 1808[3]. Les éruptions suivantes se déroulent principalement sur les flancs de la montagne dans un premier temps puis plutôt dans les cratères qui forment la caldeira au sommet du volcan à partir du début du XXe siècle[3]. Ces éruptions sont majoritairement d'indice d'explosivité volcanique de 0 à 2 hormis du 11 au 26 août 1918 et du 24 novembre au 8 décembre 2005 où cet indice était de 3[3]. Elles émettent généralement des coulées de lave et parfois d'importants panaches volcaniques de cendres et de téphras au cours d'explosions qui peuvent entraîner des dégâts matériels ainsi que des morts dans certains des cas comme en 1884, 1904, 1977 et à la fin 2005[3].

Sa première ascension a été faite par le docteur Kresten en 1863[7].

Chronologie des éruptions[modifier | modifier le code]

Année Localisation Type d'éruption Surface couverte (100 m2) Sismicité ressentie Dégâts
2007 (12-15 janvier) cratère Chagnouméni magmatique oui oui 0 morts
2006 (28 mai-3 juin) cratère principal magmatique oui
2005 (24 novembre-8 décembre) cratère principal phréatomagmatique oui
2005 (16-18 avril) cratère principal phréatomagmatique oui
1991 (11 juillet) cratère principal phréatique oui oui
1977 (5-10 avril) flanc sud-ouest magmatique excentrique 1,8 oui oui
1972 (8 sept-5 oct) caldeira magmatique sommitale 2,5 - -
1965 (12 juillet) caldeira et cratère libre magmatique sommitale 0,05 - -
1952 (10 fév) cratère principal magmatique sommitale - - -
1948 (22 avril-16 juin) cratère libre magmatique sommitale
1948 (10 au 14 février) cratère principal magmatique sommitale
et phréatomagmatique
16 oui
1918 (13 au 16 juin) cratère principal phréatique 25 oui oui
1918 (22 avr. au 4 mai) rift zone nord magmatique latérale 2,7 oui -
1904 (11 au 13 août) rift zone nord magmatique latérale 11 oui oui (1 mort)
1903 (25 au 26 août) rift zone sud-est émissions gazeuses - oui (17 morts)
1880 (25 février à avril) rift zone sud-est magmatique latérale 2,4 oui oui
1876 rift zone sud-est magmatique latérale 4 - -
1872 rift zone nord magmatique latérale 1,6 - -
1860 rift zone sud-est magmatique latérale 5,5 - -
1859 rift magmatique latérale 3,9 - -
1858 (décembre) caldeira et rift magmatique latérale 12,5 - -
1857 caldeira et rift zone sud-est magmatique latérale 10 - -
1848 flanc sud-est magmatique excentrique 3 - -
1830 - magmatique - - -
1828 - magmatique - - -
1821 - magmatique - - -
1814 - magmatique - - -
1808 - magmatique - - -

Source : Al-watwan du jeudi 20 novembre 2008 (numéro 1199).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Global Volcanism Program - Synonymes
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Global Volcanism program - Karthala
  3. a, b, c, d, e, f et g (en) Global Volcanism Program - Histoire éruptive
  4. a, b, c, d et e (en) VolcanoWorld - Karthala
  5. (en) Global Volcanism Program - Rapports mensuels
  6. a et b (fr) Comores Online - Karthala
  7. Otto Kersten, Baron Carl Claus von der Decken’s Reisen in Ost Afrika in den Jahren 1859 bis 1865. Nebst Darstellung von R. Brenner’s und Th. Kinzelbach’s Reisen zur Feststellung des Schicksals der Berschollenen, 1866 und 1867, Leipzig et Heidelberg, E. F. Winter’sche Verlagshandlung, 4 vols, 1869-1879

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) P. Bachelery, Damir Ben Ali et F. Desgrolard, « L'éruption phréatique du Karthala (Grande Comore) en juillet 1991 », in Comptes rendus de l'Académie des sciences, série 2, Sciences de la terre et des planètes, 1995, vol. 320, no 8, p. 691-698
  • (fr) Franck Bouttemy, « Le Karthala - Grande Comore », in LAVE (Liaison des amateurs de volcanologie européenne), 2001, no 89, p. 21-26
  • (fr) Nassor Hamidou, Contribution à l'étude du risque volcanique sur les grands volcans boucliers basaltiques : le Karthala et le piton de la Fournaise, Université de La Réunion Sainte-Clotilde, 2001 (thèse de doctorat)
  • (fr) Gérard Sustrac, « Observatoire volcanologique du Karthala », in Géologues (Paris), 2003, no 137, p. 119-120
  • (fr) Philippe Crozet, « Éruption du Karthala, du 24 novembre au 8 décembre 2005 (Union des Comores, océan Indien) », in LAVE (Liaison des amateurs de volcanologie européenne), 2006, no 119, p. 4-6
  • (fr) Julie Morin, « L'éruption du Karthala, du 28 mai au 1er juin 2006 », in LAVE (Liaison des amateurs de volcanologie européenne), 2006, no 121, p. 115-119

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :