Lac de lave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue du lac de lave de l'Erta Ale.
Vue aérienne du lac de lave du Marum en septembre 2009.
Le lac de lave du Nyiragongo.
Fontaines de lave du lac de Halemaʻumaʻu, Kīlauea.
Vue satellite du lac de lave du mont Erebus.
Vue aérienne du lac de lave du cratère Puʻu ʻŌʻō, Kīlauea. Le cratère mesure environ 250 m de diamètre.

Un lac de lave est une masse de lave, généralement basaltique, maintenue fluide par sa température élevée et le brassage provoqué par la remontée continue de gaz volcaniques et situé dans le cratère d'un volcan.

Formation[modifier | modifier le code]

Les lacs de lave se forment de trois façons possibles[1] :

  • depuis une ou plusieurs cheminées d'un cratère qui entre suffisamment en éruption pour être partiellement rempli ;
  • par déversement de lave dans un cratère ou une dépression et remplissage partiel ;
  • au sommet d'une nouvelle cheminée qui crache de la lave continuellement pendant plusieurs semaines et construit progressivement un cratère plus élevé que le sol avoisinant.

Les lacs de lave sont généralement temporaires. Leur durée d'existence dépend de l'activité volcanique et en particulier de l'équilibre précaire entre les apports et les déperditions de chaleur (principalement par rayonnement) au niveau du lac de lave. Les températures sont généralement comprises entre 1 000 °C et 1 250 °C. Si une baisse d'activité se présente, la température du lac de lave peut diminuer, la lave se solidifier et laisser place à une mince couche solide qui va progressivement s'épaissir vers l'intérieur au fil du refroidissement.

Exemples[modifier | modifier le code]

Lacs de lave actuels[modifier | modifier le code]

Les lacs de laves continuels sont un phénomène rare. En 2012, sur les 600 volcans de la planète, seuls quatre hébergent un lac de lave permanent depuis plusieurs décennies :

Le Kīlauea possède deux lacs de laves permanents : le premier dans la cheminée du Halemaʻumaʻu près de la caldera sommitale, le deuxième dans le cône Puʻu ʻŌʻō dans la zone de rift orientale du volcan[6].

Le lac de lave du Nyiragongo est, de façon générale à l'époque historique récente (la taille et la profondeur d'un lac de lave peuvent varier considérablement au cours du temps), le plus grand et le plus volumineux, atteignant 700 m de diamètre en 1982[5]. On suppose que le Masaya a abrité un lac de lave plus grand à l'époque de la colonisation espagnole des Amériques, atteignant 1 000 m de diamètre en 1670[7].

En dehors de la Terre, on trouve également de nombreux lacs de lave sur Io, satellite de Jupiter à l'activité volcanique importante.

Autres lacs de lave[modifier | modifier le code]

En plus des lacs de lacs permanents cités plus haut, d'autres lacs de lacs temporaires (parfois nommés « mares » ou « étangs de lave » suivant leur taille ou leur nature[8]) ont été observés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Lava lake », USGS
  2. (en) « Erebus », Global Volcanism Program
  3. (en) « Erta Ale », Global Volcanism Program
  4. (en) « Kīlauea », Global Volcanism Program
  5. a et b (en) « Nyiragongo », Global Volcanism Program
  6. (en) « Recent Kilauea Status Reports, Updates, and Information Releases », USGS
  7. [PDF] (en) H. Rymer, B. van Wyk de Vries, J. Stix, G. Williams-Jones, « Pit crater structure and processes governing persistent activity at Masaya Volcano, Nicaragua », Bull Volcanol, vol. 59,‎ 1998, p. 345-355 (lire en ligne)
  8. (en) Haroun Tazieff, « Permanent lava lakes: observed facts and induced mechanisms », Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 63, no 1-2,‎ octobre 1994, p. 3-11 (DOI 10.1016/0377-0273(94)90015-9)
  9. (en) « Ambrum », Global Volcanism Program
  10. (en) « Masaya », Global Volcanism Program
  11. (en) « Karthala », Global Volcanism Program
  12. (en) « Ol Doinyo Lengai », Global Volcanism Program
  13. (en) « Piton de la Fournaise », Global Volcanism Program
  14. « Éruption du Piton de la Fournaise », Terre et Volcans
  15. (en) « Villarrica », Global Volcanism Program
  16. (en) « Nabro », Activ
  17. (en) « Telica », Global Volcanism Program
  18. (en) « Tofua », Global Volcanism Program
  19. (en) « Tungurahua », Global Volcanism Program
  20. [PDF] (en) Matthew R. Patrick, John L. Smellie, Andrew J. L. Harris, Robert Wright, Ken Dean, Pavel Izbekov, Harold Garbeil, Eric Pilger, « First recorded eruption of Mount Belinda volcano (Montagu Island), South Sandwich Islands », Bull Volcanol, vol. 67,‎ 2005, p. 415-422 (DOI 10.1007/s00445-004-0382-6, lire en ligne)
  21. (en) « Heard », Global Volcanism Program
  22. (en) « Michael », Global Volcanism Program
  23. (en) « Ardoukôba », Global Volcanism Program
  24. (en) « Capelinhos Volcano », Geocaching
  25. (en) « Fernandina », Global Volcanism Program
  26. (en) « Etna », Global Volcanism Program
  27. (en) « Savai'i », Global Volcanism Program
  28. a et b Haroun Tazieff, Cratères en feu, Arthaud,‎ 1951 (ISBN 978-2700310924)
  29. (en) « Nyamuragira », Global Volcanism Program
  30. (en) « Pacaya », Global Volcanism Program
  31. (en) « Stromboli », Global Volcanism Program
  32. (en) « Vestmannaeyjar », Global Volcanism Program
  33. (en) Humphrey Reader, « A great lake of fire! », Inspired by Iceland,‎ 26 mai 2011
  34. (en) Duncan C. Blanchard, From Raindrops to Volcanoes: Adventures With Sea Surface Meteorology, Courier Dover Publications,‎ 1967 (ISBN 978-0486150970)
  35. (en) « Tolbachik », Global Volcanism Program

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]