Kōtarō Takamura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kōtarō en 1911, à 29 ans

Kōtarō Takamura (高村 光太郎, Takamura Kōtarō?, 13 mars 1883 - 2 avril 1956) est un sculpteur et poète japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kōtarō est le fils de Takamura Kōun, sculpteur traditionnel japonais de renom.

Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Tokyo en 1902, où il a étudié la sculpture. Il étudie ensuite à New York en 1906, à Londres en 1907 et à Paris en 1908 où il travaille avec Rodin. Il rentre au Japon en 1909, et y demeure le reste de sa vie.

Son œuvre montre une forte influence à la fois du travail de l'Occident (en particulier Auguste Rodin, qu'il vénère) et des traditions japonaises.

Il est membre du groupe Shirakaba, qui révèle au Japon les tendances internationales de l'art moderne et contemporain mais aussi les jeunes artistes japonais encore inconnus, et organise ses expositions.

Chieko et Kōtarō

Il est également célèbre pour ses poèmes, et surtout pour son recueil de 1941, Chiekoshō (智恵子抄 littéralement « Sélections de Chieko », recueil de poèmes consacrés à sa femme Chieko Takamura, morte en 1938.

Il est l'un des représentants de l'art moderne de son pays. Après la Seconde Guerre mondiale, il se retire à la campagne[1].

Ouvrages (sélection)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joshua S. Mostow: The Columbia Companion to Modern East Asian Literature. Columbia University Press, 2003, ISBN 0-231-11314-5, Google books
  • Shūichi Katō: A Sheep’s Song. A Writer’s Reminiscences of Japan and the World. University of California Press, 1999 (traduction de Chia-ning Chang), ISBN 0-520-21979-1, p. 234 (Google Books).
  • (en) Paul Archer. Kotaro Takamura and the Chieko Poems.
  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 13, éditions Gründ,‎ janvier 1999, 13440 p. (ISBN 2700030230), p. 436.
  • In: Dict. de l'art mod. et contemp., Hazan, Paris, 1992.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]