Kédougou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kédougou
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Kédougou
Département Kédougou
Maire
Mandat
Mamadou Hadji Cissé
2014-2020
Démographie
Gentilé Kédevin
Population 18 860 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 12° 56′ 00″ N 12° 21′ 00″ O / 12.93333, -12.3512° 56′ 00″ Nord 12° 21′ 00″ Ouest / 12.93333, -12.35  
Altitude 167 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Kédougou

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Kédougou

Kédougou est la plus grande ville du sud-est du Sénégal, proche des frontières du Mali et de la Guinée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tata de Kédougou (dessin de 1881)

Kédougou a été fondée par les Diakhanké. Son nom signifie "le pays de l'homme".

Le tata de Bademba caractéristique du pays tenda est classé par les Monuments historiques[1].

Administration[modifier | modifier le code]

La ville est le chef-lieu du département de Kédougou et de la région de Kédougou.

L'ancien ministre Moustapha Guirassy est élu maire en 2009. En 2014, il cède son siège au député Mamadou Adji Cissé[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dakar, la capitale, se trouve à 702 km[3].

C'est une région où il y a beaucoup de collines.

Physique géologique[modifier | modifier le code]

La ville se trouve sur la route nationale N7 et au bord du fleuve Gambie, au milieu des collines du pays bassari.

La terre y est rouge, et la végation luxuriante.

Population[modifier | modifier le code]

Enfants mandingues à Kédougou

Lors des recensements de 1988 et 2002, la population s'élevait respectivement à 11 216 et 16 672 habitants.

En 2007, selon les estimations officielles, Kédougou compterait 18 860 personnes.

La langue la plus pratiquée est le pulaar.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui le tourisme complète les activités traditionnelles (agriculture, extraction de l'or), notamment grâce à la proximité de la cascade de Dindéfelo (100 m) et surtout du Parc national du Niokolo-Koba, que l'on visite souvent au départ de Kédougou.

Vente de noix de cola au marché

On y trouve aussi un camp militaire, un centre d'entraînement du Peace Corps, un bureau des douanes pour les marchandises venant de Guinée et du Mali, une Direction de la chasse, un dispensaire de la Mission catholique, et divers petits commerces, entreprises, hôtels et campements.

Son marché est connu pour ses tissus indigo importés de Guinée.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Kédougou[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Ministère de la Culture.
  2. « Kédougou : Le député libéral Mamadou Adji Cissé renvoie Guirassy à l'école », Leral, 2 juillet 2014
  3. Dakar et ses environs, carte 1/16 000, édition 2007-2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marakary Danfakha, Kédougou, ville originale d'une région enclavée, Université de Dakar, Maîtrise de géographie, 1972, 75 p.
  • Ibrahima Diop, Monographie climatique d’une station synoptique : Kédougou (1947-1976), Université de Dakar : 1981, 109 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Marie-Thérèse de Lestrange, « La préfecture de Kédougou à la fin du XIXe siècle : données démographiques », Objets et Mondes, t. XII, fasc. 4, hiver 1972, p. 361-364
  • Raymond Mauny, « Contribution à la préhistoire et à la protohistoire de la région de Kédougou (Sénégal Oriental) », Bulletin de la Société Anthropologique de Paris, 1963, no 1, p. 113-122.
  • Jean Tardif, Kédougou (Sénégal oriental) : esquisse historique et organisation socio-économique actuelle, Université de Montréal, 1965 (également publié dans les Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, no 4, 1965, p. 167-230)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :