Jumeaux monozygotes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quatre types de jumeaux monozygotes. (À gauche : stade de la division ; à droite : nombre de chorions et d'amnios.)
Les frères Kaczyński, président et premier ministre de Pologne, avec le Pape.

Les jumeaux monozygotes (univitellins, « vrais », « identiques ») proviennent de la division d'un œuf fécondé unique.

Détermination de la gémellité vraie[modifier | modifier le code]

En dehors d'une expertise génétique, rarement pratiquée, il n'est pas toujours facile de savoir si des jumeaux sont vrais ou non.

En dehors des cas où il existe un critère déterminant (voir plus bas), on se basera le plus souvent sur la ressemblance, même si celle-ci a ses limites (deux frères ou sœurs peuvent avoir une grande ressemblance sans être de vrais jumeaux).

Vrais jumeaux certains[modifier | modifier le code]

Toutes les formes avec partage d'annexes.

Faux jumeaux certains[modifier | modifier le code]

Toute caractéristique génétique différente (couleur des yeux, des cheveux, groupe sanguin) ou sexe différent.

Formes[modifier | modifier le code]

Selon l'étendue de la séparation[modifier | modifier le code]

  • Les termes monozygotes bichorioniques ou biamniotiques (de loin les plus fréquents) caractérisent de vrais jumeaux lorsque l'œuf initial se scinde très précocement, le jour de la fécondation (fusion du spermatozoïde avec l'ovule). Dans ce cas, les deux œufs issus de la division vont s'implanter à l'aide de placentas distincts. Les embryons ainsi constitués auront chacun un chorion[1] et un amnios[2] (appelé également poche des eaux) propres.
  • Les monozygotes monochorioniques et biamniotiques caractérisent deux jumeaux vrais ayant en commun un seul placenta et un seul chorion. Les jumeaux monochorioniques et biamniotiques se caractérisent également par le fait qu'ils ont chacun un amnios, les deux sacs amniotiques étant séparés dans ce cas par une cloison.
  • Les monozygotes monochorioniques et monoamniotiques (rares) sont des jumeaux vrais qui ont en commun un seul placenta, un seul chorion et un seul sac amniotique.
  • Des jumeaux incomplètement séparés sont des frères siamois ou jumeaux siamois.

Selon le patrimoine génétique[modifier | modifier le code]

  • Les monozygotes hétéroalléliques ou hétérocaryotes (forme exceptionnelle) caractérisant des jumeaux vrais issus d'un seul œuf mais dont les chromosomes ne sont pas tous identiques (très rares).

Implications médicales[modifier | modifier le code]

Les vrais jumeaux partageant le même patrimoine génétique, ils ont les mêmes groupes sanguins et tissulaires, ce qui permet les transfusions, les transplantations ou les greffes d'organes sans rejet.

Ils partagent également les mêmes maladies génétiques : toute découverte d'une maladie génétique ou susceptible de l'être doit également être recherchée chez l'autre.

L'étude des jumeaux permet aussi de mieux différencier l'inné de l'acquis. En effet, les vrais jumeaux ont un inné quasiment identique. Il est donc facile de voir -à condition de faire des comparaison statistiques méthodologiquement correctes avec les faux jumeaux- si les similitudes de comportement sont liées à la génétique ou aux conditions de vie.

Implications sociales[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Seul un tiers des jumeaux sont monozygotes autrement dit « vrais jumeaux »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paroi externe enveloppant l'embryon et formé par des replis de l'allantoïde.
  2. Annexe de l'embryon la plus interne constituant une poche remplie de liquide dans lequel baigne le fœtus.
  3. Statistiques ici.