Jarosław Kaczyński

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaczyński.
Jarosław Kaczyński
Jarosław Kaczyński, en 2009.
Jarosław Kaczyński, en 2009.
Fonctions
Président de Droit et justice
En fonction depuis le 18 janvier 2003
Prédécesseur Lech Kaczyński
13e président du Conseil des ministres polonais
(69e chef du gouvernement polonais)
14 juillet 200616 novembre 2007
(&&&&&&&&&&&&04901 an, 4 mois et 2 jours)
Président Lech Kaczyński
Gouvernement Kaczyński
Législature Ve
Coalition PiS-SRP-LPR (2006-2007)
PiS (2007)
Prédécesseur Kazimierz Marcinkiewicz
Successeur Donald Tusk
Président du groupe PiS à la Diète
5 octobre 200119 décembre 2002
Législature IVe
Prédécesseur Kazimierz Marcinkiewicz
Successeur Ludwik Dorn
Chef de la chancellerie
du président de la République
22 décembre 199031 octobre 1991
Président Lech Wałęsa
Prédécesseur Michał Janiszewski
Successeur Janusz Ziółkowski
Biographie
Date de naissance 18 juin 1949 (65 ans)
Lieu de naissance Varsovie (Pologne)
Nationalité polonaise
Parti politique Droit et justice
Profession Avocat
Religion Catholicisme

Signature

Jarosław Kaczyński
Président du Conseil des ministres polonais

Jarosław Kaczyński (Prononciation du titre dans sa version originale Écouter), né le 18 juin 1949 à Varsovie, est un homme politique polonais, membre et président du parti Droit et justice (PiS).

Juriste du comité de défense des ouvriers à l'époque du régime communiste, puis membre de Solidarité, il est directeur du cabinet du président de la République, Lech Wałęsa, entre 1990 et 1991. Cette année-là, il est élu député à la Diète sous les couleurs de l'Entente du centre (PC), un mandat qu'il perd deux ans plus tard.

Il est réélu en 1997, sur la liste du Mouvement pour la reconstruction de la Pologne (POR), une formation qu'il quitte en 2001 pour fonder Droit et justice, en compagnie de son frère jumeau, Lech Kaczyński. Il remplace ce dernier à la présidence du parti en 2003 et mène le PiS à la victoire deux ans plus tard.

En 2006, il est nommé président du Conseil des ministres. La Pologne est ainsi le premier pays du monde gouverné par des jumeaux, Lech étant chef de l'État depuis 2005. Il gouverne d'abord en coalition avec l'Autodéfense de la République de Pologne (SRP) et la Ligue des familles polonaises (LPR), une alliance populiste et très marquée à droite. Cependant, les conflits incessants au sein du gouvernement le conduisent à rompre la coalition en 2007.

Défait aux élections législatives anticipées qui suivent, il se présente à l'élection présidentielle anticipée de 2010, qui suit la mort de son frère, décédé à l'issue d'un accident d'avion. Il est cependant vaincu, au second tour, par le candidat libéral Bronisław Komorowski, et ne parvint guère à retrouver le pouvoir à l'issue des élections législatives.

Biographie[modifier | modifier le code]

Du cinéma aux premières armes politiques[modifier | modifier le code]

Enfant, il a joué, avec son frère jumeau monozygote, Lech, devenu président de la République de Pologne en 2005, dans un film-conte pour enfants, Histoire de deux enfants qui volèrent la Lune[1].

Il a fait des études de juriste à l'université de Varsovie, pour devenir, dans les années 1970, un des membres du Comité de défense des ouvriers (KOR), une des premières initiatives de médiation entre le gouvernement communiste et les travailleurs polonais.

Associé au mouvement syndical Solidarność (« Solidarité ») depuis sa création, il est un des conseillers de l'exécutif du mouvement, puis un de ses négociateurs à la Table ronde pour la transition de la Pologne vers la démocratie en 1989. Même s'il a fait partie de Solidarność depuis ses débuts, il est marginalisé par les leaders historiques du syndicat ouvrier[2].

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Célibataire, Jarosław Kaczyński, qui n'a pas d'enfant, vivait avec sa mère à Varsovie jusqu'au décès de celle-ci, en 2013.

En 2006, il aurait cependant, selon la presse, entretenu une romance avec la députée Jolanta Szczypińska, membre du PiS. Une liaison qui n'a jamais été démentie ni confirmée par les deux intéressés.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

À la suite premières élections libres en Pologne, il devient sénateur, sous la bannière de Solidarność, entre 1989 et 1991. Il est en même temps, de 1990 à 1991, chef de la chancellerie présidentielle de Lech Wałęsa. Suite à une querelle avec celui-ci, il quitte son poste, et participe activement au morcellement de la coalition gouvernementale issue de Solidarność.

L'Entente du centre[modifier | modifier le code]

En 1991, Jarosław Kaczyński se présente aux élections à la Diète polonaise sous les couleurs d'un nouveau parti qu'il a fondé avec son frère jumeau en 1990 en soutien à Lech Wałęsa, l'Entente du centre (PC). Élu parlementaire, il démontre une incapacité à collaborer avec des mouvements politiques idéologiquement proches de son anticommunisme virulent, et isole progressivement son parti.

Sortie et retour à la Diète[modifier | modifier le code]

Aux élections de 1993, il est relégué dans l'opposition extra-parlementaire, le PC n'ayant pas franchi la barre, nouvellement fixée de 5 % des suffrages, pour une représentation à la Diète. Lors des élections de 1997, il s'allie avec le parti de l'ancien chef du gouvernement Jan Olszewski, le Mouvement pour la reconstruction de la Pologne (ROP), et devient à nouveau parlementaire.

La fondation du PiS[modifier | modifier le code]

En 2001, il fonde le parti Droit et justice (PiS), avec son frère, qui en prend la présidence. Aux élections législatives du 23 septembre, le parti remporte 9,5 % des voix et 44 députés. À l'ouverture de la législature, le 5 octobre, il est élu président du groupe parlementaire.

Lech Kaczyński ayant été élu maire de Varsovie à la fin de l'année 2002, Jarosław démissionne de la présidence du groupe et prend celle du parti, le 18 janvier 2003.

À l'occasion des élections législatives du 25 septembre 2005, Droit et justice devient, avec 27 % des voix et 155 sièges à la Diète, le premier parti du pays. Cependant, afin de ne pas diminuer les chances de son jumeau à la présidentielle en cours, il renonce à diriger le gouvernement. Le parti désigne alors Kazimierz Marcinkiewicz, premier président du groupe à la Diète, comme candidat aux fonctions de président du Conseil des ministres.

Président du Conseil des ministres[modifier | modifier le code]

Jarosław Kaczyński, durant la présentation de son cabinet, le 14 juillet 2006.

Après la démission de Marcinkiewicz, le 7 juillet 2006, le comité politique de PiS désigne Jarosław Kaczyński pour lui succéder. Celui-ci est nommé président du Conseil des ministres sept jours plus tard, faisant de la Pologne le premier pays au monde gouverné par des jumeaux.

Il reconduit alors l'alliance au pouvoir avec l'Autodéfense de la République de Pologne (SRP), formation populiste de gauche, et la Ligue des familles polonaises (LPR), parti nationaliste d'extrême-droite.

Le bilan de celui qui est considéré comme le « cerveau » du duo Kaczyński[3] est fortement vilipendé par l'opposition : loi de décommunisation (dite « chasse aux sorcières »), instabilité gouvernementale, alliance avec les populistes et les ultracatholiques, crise de la santé publique, relations difficiles avec l'Union européenne, etc[4].

Chef de l'opposition[modifier | modifier le code]

Finalement, il met fin à sa coalition le 13 août 2007 et se met d'accord avec la Plate-forme civique (PO), premier parti de l'opposition, pour convoquer des élections législatives anticipées le 21 octobre 2007. Le jour du scrutin, la PO arrive en tête avec 41,5 % des voix et 209 députés, contre 32,1 % des suffrages et 166 sièges pour PiS.

Le 16 novembre, il cède le pouvoir au libéral Donald Tusk.

L'élection présidentielle de 2010[modifier | modifier le code]

Son frère Lech et son épouse Maria Kaczyńska décèdent lors de la catastrophe aérienne du 10 avril 2010, qui fait au total 96 morts, parmi lesquels de nombreux dignitaires polonais[5]. Dans une déclaration publiée le 26 avril 2010 sur le site de son parti Droit et justice (PiS), Jarosław Kaczyński, qui n'avait rien dit de ses intentions politiques depuis la mort de son jumeau, annonce officiellement sa candidature à l'élection présidentielle anticipée[6].

Longtemps critiqué pour son nationalisme, son euroscepticisme et son caractère agressif[2],[7], son image au début de la campagne présidentielle apparaît controversée aux yeux de nombreux Polonais. Opposé à l'adoption de l'euro, à l'homosexualité et l'avortement, il reçoit le soutien de plusieurs responsables catholiques. Au cours de la campagne, il adoucit son discours anti-russe et anti-allemand et fait de la solidarité sa priorité. Il rattrape ainsi une partie de son retard dans les sondages et devient, avec le candidat de la PO, Bronisław Komorowski, le grand favori pour le second tour.

Le 20 juin 2010, il arrive en deuxième position du premier tour de scrutin, avec 36,46 % des suffrages exprimés, contre 41,54 % au président par intérim, Bronisław Komorowski. Jarosław Kaczyński tente dès lors de rallier les suffrages des électeurs de gauche en rappelant les similitudes, sur le plan social, entre son programme et celui du troisième homme du scrutin, le social-démocrate Grzegorz Napieralski. La tragédie de Smolensk aurait également permis au frère jumeau du défunt président d'avoir plus de chances d'accéder au palais Koniecpolski, du moins d'être présent au second tour de l'élection présidentielle. Au second tour, le 4 juillet, il est néanmoins battu par son rival de la Plate-forme civique, en réunissant 46,99 % des voix. Défait, Kaczyński avait refusé de se rendre à l'investiture de Bronisław Komorowski le mois suivant[8].

Les élections législatives de 2011[modifier | modifier le code]

À nouveau chef de file du PiS pour les élections législatives du 9 octobre 2011, il remporte 29,9 % des voix et 157 parlementaires, ce qui constitue le premier recul du parti depuis sa fondation, en 2001. Après cet échec, il continue à diriger la formation, ce qui provoque la dissidence de Zbigniew Ziobro et la formation du parti Pologne solidaire (SP).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :