Jovan Divjak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jovan Divjak
Le général Jovan Divjak à Sarajevo en mars 2006.
Le général Jovan Divjak à Sarajevo en mars 2006.

Naissance 11 mars 1937 (77 ans)
Belgrade
Drapeau : Royaume de Yougoslavie Royaume de Yougoslavie
Allégeance Flag of Bosnia and Herzegovina (1992-1998).svg République de Bosnie-Herzégovine
Flag of Bosnia and Herzegovina (1992-1998).svg Bosnie-Herzégovine
Arme Armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine
Grade Général de brigade
Années de service 19921997
Conflits Guerre de Bosnie-Herzégovine
Commandement Défense territoriale de Bosnie-Herzégovine
Faits d'armes Siège de Sarajevo

Jovan Divjak (né le 11 mars 1937 à Belgrade, Royaume de Yougoslavie, aujourd'hui Serbie) est un Serbe bosnien, ancien général commandant le 1er Corps d'Armée de l'armée de la république de Bosnie et d'Herzégovine lors de la Guerre de Bosnie-Herzégovine. Il en aurait été le plus haut gradé ethniquement serbe. Il vit actuellement à Sarajevo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance et sa carrière militaire[modifier | modifier le code]

Son père venait de la Krajina bosnienne, en poste dans l’éducation en Serbie et sa mère était de Serbie. De 1956 à 1959 il suit les cours de l’Académie militaire de Belgrade. En 1964 il est accepté à l’École d'état-major de Compiègne. Il étudie de 1969 à 1971 à l’académie des cadets à Belgrade et enfin de 1979 à 1981 il suit le programme de planning de « Guerre et de Défense » à Belgrade. Il rentre ensuite dans l’armée de Josip Broz Tito, en Yougoslavie, personnage dont il gardera un bon souvenir.

Après quelques années dans l'Armée populaire yougoslave (JNA), Divjak est nommé au commandement de la défense territoriale pour le secteur de Mostar de 1984 à 1989, puis pour le secteur de Sarajevo de 1989 à 1991. En 1991-92, Jovan Divjak est convoqué à la cour martiale par la JNA pour avoir détourné 120 armes légères et 20 000 balles à la défense territoriale de Kiseljak, et il est condamné à 9 mois d’emprisonnement. Le 8 avril 1992, il est nommé au commandement de la défense territoriale de Bosnie-Herzégovine (T.O.). Un mois plus tard, il protège Sarajevo d’une attaque de la JNA de grande envergure.

Il se considère lui même comme un Bosnien.

Sa vie actuelle[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, Divjak est le président et directeur de l’association OGBH, « OBRAZOVANJE GRADI BIH » (l’éducation construit la Bosnie-Herzégovine). Une association dont il a été l'un des fondateurs en 1994, et dont le but est d’aider les enfants dont les familles ont été victimes de la guerre, en leur accordant des bourses, mais aussi de développer l’éducation dans toute la Bosnie-Herzégovine, notamment grâce à l’aide humanitaire reçue par d’autres associations (entre autres l'association française Equinox et le Cercle du Rhin International). Depuis 2004, il fait partie de la direction du « NGO Reference Group » à Sarajevo. Depuis 1998, il est membre actif de l’association des Intellectuels Indépendants « Krug 99 » à Sarajevo.

Avant 1998, il a été un membre actifs d’autres associations, telles que des associations sportives, ou la Faculté d’éducation physique de Sarajevo, et a été très actif dans diverses ONG en Bosnie-Herzégovine. Il essaye d’aider son pays au mieux afin que le futur de la Bosnie-Herzégovine soit plus heureux que son passé. Il refuse cependant de prendre des fonctions militaires ou politiques pour son pays.

En 2006, il est nommé ambassadeur universel de la paix par le « Conseil mondial du Cercle universel des ambassadeurs de la paix », à Genève.

En 2009, il est décoré de l'Ordre Lafayette, pour son action envers les orphelins et l'éducation des enfants dans son pays.

En 2011, il est arrêté en Autriche et son extradition demandée par la République de Serbie pour "crimes de guerre" contre l'armée yougoslave. Il est libéré le 2 août 2011[1] en raison du fait que les accuses lui adressées étaient sans aucun fondament juridique et n'avaient qu'un but politique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jovan Divjak a écrit deux livres :

  • « Sarajevo, mon amour » Entretiens avec Florence La Bruyère, chez Buchet-Chastel en 2004 avec une préface de Bernard-Henri Lévy.
  • « Guerres en Croatie et Bosnie-Herzégovine » 1991 – 1995, séparat : Agression sur Bosnie-Herzégovine, éditeur « Dani », Jesenski et Tura, 1999

et un article paru en France :
L'éducation en Bosnie-Herzégovine, Šta Ima ? Ex-Yougoslavie, d'un État à d'autres, Guernica ADPE/œil électrique éditions, 2005, p. 124-127.

Il apparaît dans le documentaire de la BBC « The death of Yugoslavia » en 1995

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]