Jon Barwise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kenneth Jon Barwise (29 juin 19425 mars 2000[1]) est un mathématicien, philosophe et logicien américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Kenneth T. et Evelyn, il est né à Independence dans le Missouri.

Il est l'élève de Solomon Feferman (en) à l'université Stanford et commence ses recherches en logique infinitaire (en). Il est par la suite assistant professeur à l'université Yale et à celle du Wisconsin, période durant laquelle il s'intéresse aux langues naturelles. Il retourne à Stanford en 1983 pour diriger le Center for the Study of Language and Information (en) (Centre d'étude du langage et de l'information). En 1990, il commence à enseigner à l'université de l'Indiana.

L'une des thèses de Barwise est que si l'on explicite le contexte dans lequel une proposition est énoncée, de nombreux problèmes de logique appliquée peuvent être résolus. Il considérait en particulier qu'une telle approche apportait la solution du paradoxe du menteur, dans le livre The Liar, écrit avec John Etchemendy (en). Il eut pour cela recours à la théorie des ensembles de Peter Aczel (en) pour comprendre les « cercles vicieux » du raisonnement.

Avec son ancien collègue de Stanford, John Etchemendy, il rédige Language, Proof and Logic, qui connaît un certain succès populaire. Cet ouvrage se démarque par le fait qu'il contient plusieurs exercices et exemples de problèmes assistés par ordinateur, dont certains donnent une représentation visuelle.

En 1999, il est élu membre de l'Académie américaine des arts et des sciences[2]. Cette même année, on lui diagnostique un cancer du côlon ; il passe le reste de sa vie à traiter sa maladie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jon Barwise » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) Solomon Feferman, « In memoriam : Kenneth Jon Barwise », The Bulletin of Symbolic Logic, vol. 6, no 4,‎ décembre 2000, p. 505-508 (lire en ligne).
  2. http://www.amacad.org/publications/BookofMembers/ChapterB.pdf