Johann Jacob Reiske

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann Jacob Reiske, gravure des Imagines Philologorum d'Alfred Gudeman (de) (1911).

Johann Jacob Reiske (1716-1774) est un philologue et orientaliste allemand du XVIIIe siècle. Il a été un pionnier de la philologie byzantine et arabe et de la numismatique musulmane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Zoerbig en Saxe, il étudia à Université de Leipzig, et vint à Leyde pour y apprendre l'arabe. Il y vécut dans la gêne, corrigeant des épreuves, puis se mit à étudier la médecine et fut reçu docteur en 1746.

Il devint professeur de philosophie à Leipzig en 1747, d'arabe en 1748, et recteur du collège de Saint-Nicolas en 1758.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il a beaucoup écrit sur la littérature et l'histoire orientales. Il a publié :

  • Abulfeda annales moslemici, 1754;
  • une Histoire des Arabes, posthume (1789).

Il est surtout connu par de remarquables éditions d'ouvrages latins et grecs. Il a édité :

  • les Cérémonies de la cour de Byzance, de Constantin Porphyrogénète, Leipzig 1751-1752
  • une anthologie : Anthologiae graecae a Constantino Cephala conditae libri tres, 1754 ;
  • Plutarque (gréco-latin), 1774-1782,
  • les Orateurs grecs, 1770-1775,
  • Denys d'Halicarnasse (grec-latin), 1774-1777,
  • Maxime de Tyr, 1775,

Sa femme, née Ernestine Christine Muller, savait le latin et le grec, et l'aidait dans ses travaux : elle acheva après sa mort plusieurs ouvrages qu'il n'avait pu terminer, entre autres les éditions de Dion Chrysostôme (Leipzig, 1784) et de Libanius (1787) et continua des Mémoires qu'il avait écrits sur sa propre vie.

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Johann Jacob Reiske » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)