Jimmie Lunceford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jimmie Lunceford

Description de l'image  Jimmie Lunceford August 1946 (Gottlieb).jpg.
Informations générales
Naissance 6 juin 1902
Fulton Missouri
Décès 12 juillet 1947
Seaside
Genre musical Jazz
Années actives 1930 - 1947
Labels Decca Victor

James Melvin, dit Jimmie Lunceford est un chef d'orchestre et saxophoniste américain de jazz né à Fulton dans le Missouri le 6 juin 1902 et mort à Seaside dans l'Oregon le 12 juillet 1947.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la musique avec le père de Paul Whiteman à la High School de Denver dans le Colorado. Il joue du saxophone alto dans l'orchestre de Georges Morrison en 1922. Un diplôme de Bachelor of Music en poche obtenu en 1926 à l'université de Fisk et au City Collège de New York il se produit à New York avec Elmer Snowden et Deacon Johnson. Avec les élèves auxquels il enseigne la musique à la Manassas High School de Memphis, il forme un big band en 1926 : les Chickazaw Syncopators ; augmentés de Willie Smith, Edwin Wilcox et Henry Wells, ils participent aux émissions de radio de WREC de Memphis et se produisent à Cleveland et Buffalo pendant plusieurs années;

Toute première séance d'enregistrement chez Victor en 1930, sa popularité grandit en 1933 avec des titres comme " jazznocracy " , "while love lasts " puis l'année suivante en 1934, période où il remplace Cab Calloway au Cotton Club, l'orchestre opère un grand bond en avant avec l'arrivée de celui qui durant près de six ans en sera l'âme et la cheville ouvrière : à savoir le trompettiste et arrangeur Sy Oliver.

Après avoir été à son début sous l'influence de Alphonse Trent et du Casa Loma Orchestra, l'orchestre deviendra, par la qualité de ses orchestrations, son style reconnaissable entre tous fondé sur ce tempo médium-lent à 2 temps [ au lieu de quatre ] au swing irrésistible (ce que d'aucuns appelleront le tempo Lunceford) et le talent de ses solistes, le trompettiste Snookie Young, le saxophoniste ténor Joe Thomas, le contrebassiste Moses Allen, le trompettiste Paul Webster, le tromboniste Trummy Young, le grand rival des orchestres de Duke Ellington et de Count Basie pendant une décennie. Sa devise c'était le titre de son premier grand succès : " Rhythm is our business ".

En 1937, il fait une tournée dans les pays scandinaves; Les arrangements deviennent plus ciselés sous la main de Eddie Durham et Eddie Wilcox : ' Baby won't you please come home '; les sections trompettes - anches, au lieu de s'opposer, s'inscrivent dans un dialogue subtil chant contre-chant auquel s'associait parfois un trio vocal composé de Sy Oliver, Willie Smith et Al Norris et complété par de larges glissandos des trombones, le tout emmené par les toms et cymbales du batteur Jimmy Crawford. Certes en 1939 le départ de Sy Oliver laisse un grand vide, mais l'arrivée du trompettiste et arrangeur Gerald Wilson conserve le navire à flot, tant et si bien qu'en 1941 sort un titre qui remet l'orchestre sur le devant de la scène: Blues in the night, une longue pièce en deux parties enregistrée chez Decca le 22 décembre. Ce sera le dernier grand succès de l'orchestre.

En 1942, le départ de Willie Smith, dont les brillants solis à la sonorité ronde et suave ont constitué l'un des piliers de l'orchestre, amène Jimmie à le remplacer dans la section des anches. Mais le charme s'estompe, et à la reprise des " records " en février 1944, le public n'est plus au rendez-vous. Jimmie Lunceford s'éteint brutalement en juillet 1947, suite à un arrêt cardiaque au cours d'une séance d'autographes.

Titres[modifier | modifier le code]

  • Jazznocracy (1934)
  • Rose Room (1934)
  • Runnin' wild (1935)
  • Four or five times (1935)
  • My blue heaven (1935)
  • Organ grinders' swing (1936)
  • For dancers only (1937)
  • Hell's bell (1937)
  • Margie (1938)
  • Tain't what you do (1939)
  • White Heat (1939)
  • Lunceford Special (1939)
  • Yard Dog mazurka (1941)
  • Blues in the night (1941)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Jimmy Lunceford vol.1 the chronological 1930-34 Classics 501.
  • Jimmy Lunceford vol.2 the chronological 1934-35 Classics 505.
  • Jimmy Lunceford vol.3 the chronological 1935-37 Classics 510.
  • Jimmy Lunceford vol.4 the chronological 1937-39 Classics 520.
  • Jimmy Lunceford vol.5 the chronological 1939 Classics 532.
  • Jimmy Lunceford vol.6 the chronological 1939-40 Classics 565.
  • Jimmy Lunceford vol.7 the chronological 1940-41 Classics 622.
  • Jimmy Lunceford vol.8 the chronological 1941-45 Classics 862.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ira Gitler, Jazz Master's of the 40's, New-York, Da capo, 1984
  • (en) George Simon, The Big Bands, New-York, MacMillian, 1967

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Jimmie Lunceford and his dance Orchestra (Vitaphone Short 1936)
  • Blues in the Night (Warner Bros 1941)

Source[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire du Jazz par André Clergeat et Philippe Carles, Bouquins Robert Laffont 1988 Paris p.622-23 isbn:2-221-04516-5
  • The new Grove dictionary of jazz, Oxford University Press.