Jim Corbett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corbett.

Jim Corbett

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jim Corbett.

Naissance 1875
Kumaon, Inde
Décès 1955
Kenya

Edward James Corbett dit Jim Corbett (Kumaon, Inde, 1875 - Kenya, 1955) est un officier de l'armée britannique, chasseur et naturaliste de la période du Raj britannique, célèbre pour ses écrits sur la chasse des tigres et des léopards mangeurs d'hommes. Le parc national Jim Corbett (Corbett National Park) en Inde a été nommé en sa mémoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jim Corbett naît en Inde, son père qui est postmaster à Naini Tal, meurt lorsque Jim a quatre ans et sa mère doit élever ses douze enfants avec sa maigre pension de veuve. Il grandit au contact de la nature, toujours très présente en Inde, et commence à chasser pour nourrir la famille. Il devient bientôt un grand connaisseur de la nature indienne et un chasseur hors-pair. Aussi, dès 1906, on fait appel à lui pour chasser les tigres et les léopards qui attaquent l'homme.

Entre 1906 et 1941, Corbett élimine une douzaine de félins mangeurs d'hommes, responsables de quelque 1 500 décès d'hommes, femmes et enfants. Sa première victime, le tigre de Champawat, était responsable à lui seul de 436 décès. Cependant, il commence à s'interroger sur son action et refusera toujours d'abattre un animal dont on n'a pas la preuve qu'il ait tué plusieurs personnes, et particulièrement les femelles inquiètes pour leurs petits. Il explique d'ailleurs dans ses livres que les tigres et léopards ne deviennent "mangeurs d'hommes" que lorsque, à cause de blessures ou de maladie, ils n'arrivent plus à chasser leurs proies habituelles.

Dans les années 1920, Corbett est consterné par le nombre toujours croissant de chasseurs, britanniques et indiens, présents dans les forêts. Il s'inquiète de la surexploitation de la jungle comme source de bois de construction et de la dégradation du milieu naturel qui s'ensuit. Il décide de ne plus tirer un animal excepté pour se nourrir ou s'il s'agit d'un animal avéré dangereux, comme les tigres mangeurs d'homme, et devient alors un pionnier de la conservation animale. Corbett fait alors des conférences dans les écoles, qu'il termine invariablement par une imitation spectaculaire d'un rugissement de tigre, et dans les sociétés locales pour promouvoir la conscience de la beauté de la nature et la nécessité de conserver les forêts et leur vie sauvage. Cette campagne d'information entraîna, en 1934, la création du premier territoire protégé de l'Inde dans les collines de Kumaon.

Au milieu des années 1930, il abandonne quasiment la chasse et se cantonne à la capture de tigres sur pellicule, mettant à contribution toutes ses qualités de chasseur pour pister et filmer ce gros gibier. Âgé de 64 ans, lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, il propose ses services pour entraîner les troupes alliées aux techniques de survie dans la jungle, mais la charge est trop lourde pour un homme de son âge et il tombe malade. Recouvrant la santé, il publie en 1944 son premier livre, Man-Eaters of Kumaon (Les Mangeurs d'homme de Kumaon), qui devient bientôt un best-seller international, traduit en 27 langues.

Après l'indépendance et la partition de l'Inde, Jim et sa sœur Maggie se retirent au Kenya où il continue ses écrits pour mettre en garde contre la dégradation du milieu naturel. Il meurt en 1955 d'une crise cardiaque. Le parc naturel indien, dont il est à l'origine, est renommé Parc national Jim Corbett en son honneur deux ans plus tard.

Ses comptes rendus de chasse et d'élimination de félidés mangeurs d'homme sont réunis dans ses livres : The Man-Eaters of Kumaon (1944), The Man-Eating Leopard of Rudraprayag (1948) et the Temple Tiger and More Man-Eaters of Kumaon (1954), tous de grands succès de librairie en Inde et en Angleterre (rassemblés pour l'édition française dans Tigres et Léopards mangeurs d'hommes, Montbel, Paris, 2004, ISBN 2-914390-12-2).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]