Jean Pouillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pouillon.

Jean Pouillon est né en 1916 et mort à Paris le 8 avril 2002. Philosophe de formation, ethnologue, ses terrains se sont déroulés au Tchad dès 1958 et en Éthiopie (1974-1975). Il a dirigé la revue L'Homme, revue trimestrielle d'anthropologie, depuis sa création en 1961 par Claude Lévi-Strauss, jusqu’à 1996.

Proche de Jean-Paul Sartre, Jean Pouillon a également participé au secrétariat de rédaction de la revue Les Temps modernes (à partir de 1945), de la Nouvelle revue de psychanalyse et du Temps de la réflexion[1]. Il a été secrétaire des débats à l’Assemblée nationale depuis 1946[1]. Un numéro de la revue L'Homme lui est consacré  : no 143[1], juillet-septembre 1997 (« Histoire d'homme  : Jean Pouillon »).

Il compte parmi les signataires du Manifeste des 121, exprimant ainsi son opposition à la Guerre d'Algérie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « À propos du procès de Nuremberg », Les Temps Modernes, numéro 10, 1er juillet 1946.
  • Le cru et le su, Paris, Le Seuil, 1998, 169 pages (ISBN 2020182254)
  • Temps et roman, Paris, Gallimard, 1946/1993, 325 pages (ISBN 2070728420)
  • Fétiches sans Fétichisme, Paris, François Maspero, 1975, 351 pages

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c La rédaction, « Jean Pouillon (1916-2002) », L’Homme, no 164,‎ 2002 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]