Jacques Grinevald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Joseph Léon Grinevald, né le 14 janvier 1946 à Strasbourg, est un philosophe et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Grinevald est le fils aîné de Théodore Grinevald (1919-1975), syndicaliste chrétien français devenu en 1951 fonctionnaire international au BIT.

  • 1970-1971 : coopérant et professeur en République du Tchad.
  • 1972-1974 : responsable du Service de Presse et d’Information de l’Université de Genève.
  • 1973-1980 : assistant à l’Université de Genève (Faculté de droit).
  • 1973-2007 : chercheur, chargé de cours, puis professeur à l’Institut universitaire d’étude du développement (IUED.)
  • 2008-2011 : professeur à l'Institut des Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID).
  • 1980-2005 : chargé de cours à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL.)
  • 1980-2005 : chargé de cours au département de sciences politiques, Université de Genève.
  • 1980-2011 : chargé de cours à la Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève.
  • 2010 : intègre le "Anthropocene Working Group", Sous-commission de stratigraphie du Quaternaire, Commission Internationale de Stratigraphie.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les travaux de Jacques Grinevald sont essentiellement pluri- et trans-disciplinaires et concernent les aspects historiques et épistémologiques de la crise écologique mondiale qui s'annonce depuis les lendemains de la Grande Guerre de 14-18. Il développe sa pensée autour de deux grandes figures: le savant russe Vladimir Vernadski (1863-1945) dont il a signé l'introduction de l'édition critique de La Biosphère en anglais, en italien et a contribué à la traduction espagnole. Il a été l'ami du grand économiste roumano-américain Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994) dont il a traduit et préfacé (avec Ivo Rens) les thèses bioéconomiques sous le titre de La Décroissance: entropie-écologie-économie (1re éd. 1979, 2e éd. revue et augmentée 1995. 3e éd. 2006). Cette traduction a joué un rôle décisif dans la naissance du mouvement de la Décroissance. (cf. Jacques Grinevald, "Nicholas Georgescu-Roegen et le "message terrestre" de la décroissance", Entropia. Revue d'étude théorie et politique de la décroissance, 2011, 10, p.135-154.) Il termine une monumentale somme chrono-bibliographique intitulée Penser et repenser la révolution industrielle où il propose de reconsidérer la notion de Révolution Industrielle à la lumière de la révolution thermodynamique depuis Sadi Carnot (1824). Il faut mentionner à propos de la thermodynamique depuis Sadi Carnot que Jacques Grinevald a forgé – à l'occasion du 150e anniversaire du mémoire de Sadi Carnot, et en combinant de nombreuses études historiographiques, épistémologiques et les points de vue interdisciplinaires de Georgescu-Roegen et Michel Serres – le concept de "Révolution carnotienne" (Grinevald, 1976; cf. Encyclopedia of human thermodynamics).


Il a publié un livre somme sur le climat et le pétrole, mais aussi toute la problématique de l'évolution de notre planète Terre sous le titre : La Biosphère de l'Anthropocène. Pétrole et Climat, la double menace. Repères transdisciplinaires 1824-2007, Éditions Médecine & Hygiène, Genève, Suisse, 2007[1]. Il prépare une nouvelle version entièrement revue, corrigée et augmentée à paraître en 2012.

Domaines de recherches[modifier | modifier le code]

Histoire et épistémologie du développement scientifique et technique ; Histoire des idées de l'écologie politique et de l'écologie scientifique globale ; Changements climatiques ; Économie écologique ; Histoire de l'effet de serre. Domaines d’enseignement : Écologie globale et développement soutenable ; Science et politique de l’effet de serre et des changements climatiques ; Histoire et épistémologie de l’économie écologique.

Jacques Grinevald collabore à de nombreuses publications comme La Revue européenne des sciences sociales et Cahiers Vilfredo Pareto, L'Écologiste, Silence, Transversales, Stratégies énergétiques biosphère & société, La Recherche, le Journal de Genève, la Tribune.

Membre de sociétés savantes[modifier | modifier le code]

  • AAAS (American Association for the Advancement of Science)
  • Geological Society of London
  • History of Science Society
  • International Association of Ecology (INTECOL)
  • International Society for Ecological Economics (ISEE)
  • The New York Academy of Sciences
  • Membre du comité de ECOROPA ; ancien collaborateur du World Council For The Biosphere
  • membre du Conseil scientifique des Parcs Nationaux de France (2007-2013).
  • Président de la Fondation Biosphère & Société

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sélection d'articles de Jacques Grinevald :

  • « Réflexions sur l’entropie », Réseaux, revue interdisciplinaire de philosophie morale et politique, 1973, 20-21, p. 71-82. (Réseaux. Centre interdisciplinaire d’études philosophiques de l’Université de Mons.)
  • La Notion d’entropie dans la pensée contemporaine. Fragments pour une réflexion holistique sur le temps, le désordre et la mort. Mémoire de maîtrise de philosophie. Université de Besançon, faculté des lettres et des sciences humaines, 1973, 245 p. (Inédit, dactylographié.)
  • Ivo RENS et Jacques GRINEVALD, “Réflexions sur le catastrophisme actuel.” Un article publié dans l'ouvrage collectif sous la direction de Louis Binz, Alain Dufour, Bernard Lescaze et Luigi Firpo, Pour une histoire qualitative. Études offertes à Sven Stelling-Michaud, pp. 283-321. Genève : Les Presses universitaires romandes, 1975, 342 pp.
  • « Science et développement : esquisse d’une approche socio-épistémologique », La Pluralité des Mondes. Théories et pratiques du développement, Cahiers de l’I.U.E.D., 1, Genève, I.U.E.D, Paris, P.U.F., 1975, p. 31-97.
  • « La Révolution carnotienne. Thermodynamique, économie et idéologie », Revue européenne des sciences sociales et cahiers Vilfredo Pareto, no 36, Paris, P.U.F., 1976, p. 39-79.
  • « Révolution industrielle, technologie de la puissance et révolutions scientifiques. Essai bibliographique critique », La Fin des Outils, Cahiers de l’I.U.E.D., 5, Genève, I.U.E.D, Paris, P.U.F., 1977, p. 147-202.
  • « Nouveaux entretiens sur la pluralité des mondes. Microcosme et macrocosme », Les Sept points cardinaux, orientations écologiques, Cahiers de l’I.U.E.D., 7, Genève, I.U.E.D, Paris, P.U.F., 1978 p. 149-220.
  • « Le progrès et l’entropie », Le Progrès en questions, (Actes du IXe colloque de l’A.I.S.L.F., Sociologie du Progrès, Menton, 12-17 mai 1975), Paris, Anthropos, 1978, p. 89-129.
  • L’Architecture hydraulique au XVIIIe siècle : un paradigme vitruvien (Contribution à une sociologie historique de la technologie). Itinéraires, notes et travaux, n° 2, Genève, I.U.E.D., février 1979, 29,7 cm, 70 p., ill.
  • « Le Sens bioéconomique du développement humain : l’affaire Nicholas Georgescu-Roegen », Revue européenne des sciences sociales et Cahiers Vilfredo Pareto, tome 18, no 51, 1980, p. 59-75.
  • Le Développement de la crise planétaire et le catastrophisme de l’âge nucléaire. Repérages bibliographiques, 1945-1982. Itinéraires, notes et travaux, no 26, Genève, I.U.E.D., 1981. 29,7 cm, 21 p. (Nouvelle éd., 1982, 39 p. ; 1945-1984. Nouvelle éd. revue et complétée, 1985 et 1987. 205 p.)
  • « La Thermodynamique, la révolution industrielle et la révolution carnotienne », Entropie, no hors série, Thermodynamique et sciences de l’homme, 1982, p. 21-32. (Colloque international tenu à Créteil et à Paris, 22-23 juin 1981.)
  • La Quadrature du CERN, par Jacques Grinevald, André Gsponer, Lucile Hanouz et Pierre Lehmann. Préface de Robert Jungk. – Lausanne, éditions d’en bas, 1984. 186 p., ill. (Essai indisciplinaire publié à l’occasion du 30e anniversaire du Cern, le 29 septembre 1984.)
  • « Entropologie : le catastrophisme en perspective », Crise et chuchotements, interrogations sur la pertinence d’un concept dominant, Cahiers de l’I.U.E.D., 15, Genève, I.U.E.D, Paris, P.U.F., 1984, p. 165-195.
  • « Le Développement de/dans la biosphère », L’Homme inachevé, un devenir à construire : les possibles de demain, Cahiers de l’I.U.E.D., 17, Genève, I.U.E.D, Paris, P.U.F., 1987, p. 29-44.
  • « On a holistic concept for deep and global ecology : the Biosphere », Fundamenta Scientiae, no 8(2), Strasbourg 1987, p. 197-226.
  • « L’Effet de serre de la Biosphère. De la révolution thermo-industrielle à l’écologie globale », Stratégies énergétiques, biosphère & société, no 1, Genève, Hygiène et médecine, 1990, p. 9-34. (http://www.unige.ch/sebes/textes/1990/1990Grinevald.html)
  • "Aime la Terre comme toi même", dans "La planète mise à sac" Manière de voir, Le Monde diplomatique, juin 1990, p.2-3.
  • « L’aspect thanatocratique du génie de l’Occident et son rôle dans l’histoire humaine de la Biosphère », Revue européenne des sciences sociales (Cahiers Vilfredo Pareto), T. 29, no 91, Paris, P.U.F., 1991, p. 45-64. Bibliogr. p. 60-64.
  • « L’écologie contre le mythe rationnel de l’Occident : de la diversité dans la culture à la diversité des cultures », dans La Pensée métisse : croyances africaines et rationalité occidentale en question, dir. Yvonne Preiswerk et Jacques Vallet, Cahier de l’IUED, no 19, Genève, IUED, Paris, P.U.F., 1991, p. 195-212.
  • « Hommage à Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994) », Stratégies énergétiques, biosphère & société, Genève, Hygiène et médecine, 1995, p. 149-151.
  • « Verbatim : Entretien avec Jacques Grinevald. » Propos recueillis par Laurent Jacquelin dans Transversales, no 2, septembre-octobre 2003, 11 p. (http://grit.agence-revolutions.com/illustrations-2-sept03/entretien-jacques_grinevald.pdf.)
  • « Si rien ne change, tout va changer », dans Transversales, sciences et cultures, 30 septembre 2003. http://grit-transversales.org/article.php3?id_article=21
  • « Rio + 10 ! », dans « De Monterrey à Johannesburg : quel développement ? », dossier de Transversales, Science, Culture, 2002. http://www.planetecologie.org/JOBOURG/Francais/transversales/grinewald.htm
  • « Note sur la spécificité d’une dynamique civilisationnelle », par Jacques Grinevald, Brouillons pour l’avenir : contributions au débat sur les alternatives, sous la direction de Christian Comelieu, Nouveau Cahiers de l’I.U.E.D., 14, Genève, I.U.E.D, Paris, P.U.F., 2003, p. 75-98.
  • "Le débat sur l'effet de serre : pourquoi cette chaleur et ce climat d'incertitude?", dans B. Lachal et F. Romerio, éds, L'énergie, controverses et perspectives, Université de Genève, Centre universitaire d'étude des problèmes de l'énergie (CUEPE), 2003a, p.77-106.
  • « La Révolution industrielle à l’échelle de l’histoire humaine de la Biosphère », Revue européenne des sciences sociales, Genève, Librairie Droz, 2006, XLIV, no 134, p. 139-167. (Volume offert à Gérard Berthoud).
  • Penser et repenser la Révolution Industrielle à l’échelle du monde/1824-2006/Thinking and Rethinking the Industrial Revolution at the world scale, Genève, 2006, 550 p. (Inédit. Document pédagogique.)
  • La Biosphère de l'Anthropocène. Pétrole et climat, la double menace. Repère transdisciplinaire 1824-2007. Éditions Médecine & Hygiène, Genève, Switzerland, Georg, 2007. 24 cm, 292 p., ill. Collection : « Stratégies énergétiques, Biosphère et Société »
  • “La thèse de Lynn White, jr. (1966), sur les racines historiques, culturelles et religieuses de la crise écologique de la civilisation industrielle moderne“, avec la traduction du texte célèbre de Lynn White par Jacques Grinevald, revue par l'auteur en 1979, in Dominique Bourg et Philipe Roch, éds., Crise écologique, crise des valeurs? Défis pour l'anthropologie et la spiritualité, Genève, Éditions Labor et Fides, 2010, p. 39-67.
  • “The Anthropocene : conceptual and historical perspectives“, avec Will Steffen, Paul Crutzen et John McNeill, in Philosophical Transactions of the Royal Society A, 2011, n° 369, p. 842-867.
  • “Qu'est-ce que la Biosphère ?“, in Alain Papaux, éd., Biosphère et droits fondamentaux, Genève, L.G.D.J. Schulthess, 2011, p. 9-51.
  • "Le concept d'Anthropocène, son contexte historique et scientifique", dans Entropia, n° 12, printemps 2012, p. 22-38.
  • avec Matthias Finger, "Development was the problem, not the solution1 Part I: the critique of global environmental politics." 3rd International Conference on Degrowth For Ecological Sustainability and Social Equity, Venice, Italy, September 19-23, 2012. (http://www.venezia2012.it/wp-content/uploads/2012/03/WS_46_FINGER-GRINEVALD.pdf)
  • Grinevald, Jacques, "Barry Commoner (1917-2012)", en ligne sur le site Le Sauvage (http://www.lesauvage.org/)
  • Grinevald, Jacques, “Commoner, Barry (1917- )“, in Nicholas Georgescu-Roegen, La Décroissance : Entropie – Écologie – Économie, presentation et traduction de Jacques Grinevald et Ivo Rens, nouvelle edition, Paris, Sang de la terre, 1995, annexes, p. 210. (3e éd. revue et augmentée, 2006, p. 237-238.)
  • GEORGESCU-ROEGEN (Nicholas), Demain la décroissance. Entropie, Écologie, Économie. Traduction, présentation et annotation Jacques Grinevald et Ivo Rens. Lausanne, Pierre-Marcel Favre, 1979. 21 cm, 157 p. [2e édition revue et augmentée. Traduit et présenté par Jacques Grinevald et Ivo Rens. Paris, Sang de la Terre, 1995. 21 cm, 220 p. [La deuxième édition du livre est disponible dans Les Classiques des sciences sociales http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.gen.dec .]; 3e édition revue et augmentée. Paris, Ellébore et Sang de la Terre, 2006. 22,5 cm, 304 p.]
  • Une Planète, un avenir. Cheryl Simon Silver et Ruth S. DeFries pour l’Académie nationale des sciences (USA). Introduction par Jacques Grinevald. Trad. De l’américain par Agnès Bertrand. Paris, Sang de la Terre, 1992. 22 cm, XXIX-189 p., ill. (Collection : Nouveaux horizons.) Traduit de : One earth, one future.
  • SCHNEIDER (Stephen Henry), Où va le climat ? : que connaissons-nous du changement climatique ? Avec la participation de Pascale Morand Francis, David Stickelberger, Jacques Grinevald. Trad. et transcription Benoît Lambert. [Lyon,] Éd. Silence, Greenpeace, 1996. 21 cm, 63 p. (En avant-titre : Conférence Greenpeace, université de Genève, 16 mars 1995.)
  • LOVELOCK (James E.), Gaïa : une médecine pour la planète. Géophysiologie, nouvelle science de la terre, par James. Préface de Jacques Grinevald. [Trad. Française Bernard Sigaud.]. 2e édition. Paris, Sang de la Terre, 2001. 25 cm, 192 p., ill. (trad. de: Gaia, the practical science of planetary medicine).
  • "Énergie et développement", avec Gilles Carbonnier, dans Revue internationale de politique de développement, Genève, The Graduate Institut, n° 2, 2011, p.9-28. http://poldev.revues.org/687.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. * À lire: entretien avec Jacques Grinevald à propos de son livre.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Article multimédia proposant une conférence audio donnée par Jacques Grinevald, première diffusion le 14 juin 2012 par Passerellesud.org, média libre de l'écologie politique : Jacques Grinevald : genèse et destin du concept d’anthropocène
  • Interview par Patrick Degeorges dans la série "Les Grands Entretiens" dans le portail "Les Humanités environnentales", 12 décembre 2013, [1]