Irma la douce (comédie musicale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Irma la douce.

Irma la Douce est une comédie musicale française en deux actes d'Alexandre Breffort, musique de Marguerite Monnot, créée à Paris le 12 novembre 1956 au théâtre Gramont.

Adaptée en anglais, elle a connu un très grand succès à partir de 1958 à Londres dans une mise en scène de Peter Brook puis à Broadway.

Elle fut adaptée en 1963 au cinéma par Billy Wilder et I.A.L Diamond, sous forme de film non musical avec Jack Lemmon, Shirley MacLaine, Lou Jacobi et Grace Lee Whitney.

Distribution originale (1956)[modifier | modifier le code]

Mise en scène : René Dupuy

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Une comédie musicale française[modifier | modifier le code]

À l'origine d'Irma la douce, il y a eu une courte pièce d'Alexandre Breffort, Les Harengs terribles. Mise en musique par Marguerite Monnot, cette comédie raconte l'histoire d'un étudiant en droit fauché, Nestor le Fripé, qui tombe amoureux d'une prostituée, Irma la Douce, et devient son protecteur. Jaloux de ses clients, il se déguise en Oscar, vieil homme riche qui rend visite à Irma et la paie pour sa conversation, devenant son unique client. Mais Nestor se fatigue à travailler énormément pour entretenir son double, et il décide de « tuer » son alter ego. Quand le vieil homme disparaît, il est inculpé du meurtre et condamné au bagne. Il parvient à s'échapper et finit par prouver son innocence en faisant réapparaître le vieil homme. Les deux amoureux se retrouvent et adoptent deux jumeaux, Nestor et Oscar.

Après avoir — sans succès — proposé le rôle titre à Juliette Gréco, puis à Colette Deréal, qui l'avait même répété, Paul Péri, mari de Marguerite Monnot, remarqua Colette Renard à la télévision et l'engagea. Colette Renard fit alors ses débuts de comédienne chanteuse aux côtés d'acteurs confirmés comme Michel Roux, et accéda ainsi à la notoriété. La comédie musicale connut un grand succès en France, restant quatre ans à l'affiche avec 962 représentations, au théâtre Gramont puis, en 1967 à l'Athénée avec Franck Fernandel dans le rôle de Nestor.

Consécration à Londres et New York[modifier | modifier le code]

Jouée au Lyric Theatre de West End, à Londres, à partir 17 juillet 1958 dans une mise en scène de Peter Brook, Irma la douce fut également un énorme succès, grâce au nouveau livret concocté par Julian More, David Heneker et Monty Norman. La version anglaise reprenait en effet des expressions familières françaises et des mots d'argot parisien de l'époque, nourrissant quelques constructions franglaises osées comme « Le Grisbi is le Root of le Evil in Man ». L'expression « Dis donc » revenait régulièrement dans la bouche des acteurs. Un narrateur guidait le public pour faciliter la compréhension.

Irma la douce fut joué pendant 1 512 représentations à Londres, avec Keith Michell, dans le rôle de Nestor, Elizabeth Seal dans le rôle d'Irma, et Clive Revill, dans celui de Bob le Hotu, le narrateur. Elle fut ensuite transférée au Plymouth Theater sur Broadway, à New York, à partir du 29 septembre 1960 et resta à l'affiche pour 524 représentations, avec les mêmes acteurs principaux.

Lien externe[modifier | modifier le code]