Institution of Civil Engineers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institution of Civil Engineers
Création 1818
Type Organisation professionnelle
Siège 1 Great George Street, Londres, UK
Langue Anglais
Budget £235 (libre pour les etudiants)
Membres 80 453
Dirigeant Jean Venables, President
Affiliation Civil engineering
Site web www.ice.org.uk

Créée le 2 janvier 1818, l'Institution of Civil Engineers (ICE) est une association professionnelle indépendante, basée au centre de Londres, représentant des ingénieurs civils. Comme ses premiers membres, la majorité de ses membres actuels sont britanniques, mais elle a également des membres dans plus de 150 pays à travers le monde. En 2008, son nombre total de membres s'élève à plus de 80 000[1]. En novembre 2007, David Orr a pris les fonctions de président.

Buts[modifier | modifier le code]

Le siège de l'institution 1 Great George Street

Comme un organisme professionnel, il est engagé à soutenir et à promouvoir l'apprentissage professionnel (à la fois pour les étudiants et les praticiens), la gestion de l'éthique professionnelle et la sauvegarde de l'état d'ingénieur, et représentant les intérêts de la profession dans les relations avec le gouvernement, etc. Il établit des normes pour les membres de l'organisme; travaille avec l'industrie et les universités pour faire progresser les normes d'ingénierie et conseille sur l'éducation et de formation, et publie des études techniques de certains aspects du génie civil, y compris les procédures de l'institution. Les membres reçoivent également l'hebdomadaire New Civil Engineer magazine, publié par Emap.

Les étudiants poursuivant des cours universitaires reconnus en génie civil peuvent se joindre à la CIE en tant que membres étudiants - de nombreux non diplômés sont «accrédités par l'ICE». Après avoir achevé leurs études, ils peuvent devenir membres diplômés - un pas de plus vers l'acquisition du plein statut de membre (MICE). Le sommet du statut professionnel est d'être accepté au titre de Fellow (confrère) (FICE).

Origines[modifier | modifier le code]

La fin du XVIIIe siècle et début du XIXe siècle a vu la création de nombreuses sociétés savantes et les organismes professionnels (par exemple, la Royal Society et la Law Society (en)). Des groupes s'appelant eux-mêmes d'ingénieurs civils se sont réunis pendant quelques années à partir de la fin du XVIIIe siècle, notamment la Society of Civil Engineers (en) créée en 1771 par John Smeaton (rebaptisé Smeatonian la société après sa mort). À ce moment-là, l'ingénierie formelle était limitée aux ingénieurs militaires, et dans l'esprit de l'auto-assistance prévalaient à l'époque, l'Institution of Civil Engineers a été fondée comme le premier organisme de la profession d'ingénieur.

L'initiative de fonder l'institution a été prise en 1818 par trois jeunes ingénieurs, Henry Robinson Palmer (en) (23), James Jones (28) et Joshua Field (en) (32), qui ont organisé une réunion inaugurale le 2 janvier 1818, à la Coffee House Kendal dans Fleet Street. L'institution fait peu de progrès jusqu'à ce qu'une étape clé ait été faite - la nomination de Thomas Telford comme premier président de l'organisme. Très respecté au sein de la profession et ayant la chance d'avoir de nombreux contacts dans l'industrie et les milieux gouvernementaux, il a contribué à la promotion des adhésions et l'obtention d'une charte royale en 1828. Cette reconnaissance officielle a aidé à établir ICE, comme l'organisme pré-éminent de l'ingénieur dans toutes les disciplines.

Les objets de cette institution, comme récité dans la charte, ont été

« Le progrès général des sciences mécaniques, et plus particulièrement pour promouvoir l'acquisition de cette connaissance spécifique qui constitue la profession d'ingénieur civil, être l'art de diriger les grandes sources d'énergie de la nature pour l'usage et la commodité de l'homme, comme les moyens de production et de la circulation dans les États, pour le commerce tant intérieur qu'extérieur, tel qu'appliqué à la construction de routes, de ponts, aqueducs, canaux, navigation fluviale et de docks, pour les relations internes et de l'échange et à la construction de ports, les ports, De môles, de brise-lames, de lumière et de maisons, et dans l'art de la navigation par le pouvoir artificiel, aux fins de commerce, et dans la construction et l'adaptation des machines, et dans le drainage des villes et des villages »

Après la mort de Telford en 1834, l'organisme a déménagé dans ses locaux de Great George Street (en), dans le cœur de Westminster en 1839, et a commencé à publier des documents tirés des sujets d'ingénierie. Ses membres, notamment William Cubitt (en), ont également été importants dans l'organisation de l'Exposition Universelle de 1851.

À certains égards, la ICE a été en avance sur son temps, fournissant un point de vue aux ingénieurs d'autres disciplines.Henry Maudslay, ingénieur en mécanique et fabricant d'outillage, a été un des premiers membres et Joseph Whitworth a présenté l'un des premiers articles - ce n'est 1847 que l'Institution of Mechanical Engineers (en) a été créé (avec George Stephenson son premier président).

À la fin du XIXe siècle, la ICE a mis en place pour des examens de qualification pour les professionnels de l'ingénierie pour aider à assurer et à maintenir des qualifications élevées parmi ses membres - un rôle qui continue aujourd'hui.

Le siège de l'ICE, Great George Street, a été conçu par James Miller (en), construit par John Mowlem (en)& Co et achevé en 1913

Présidents[modifier | modifier le code]

Bon nombre des plus grands de la profession d'ingénieurs ont été Président de la ICE, dont:

L'un des plus grands ingénieurs de Grande-Bretagne, Isambard Kingdom Brunel est mort avant qu'il ait pu prendre le poste (il a été le vice-président de 1850).

Le blog de l'actuel président (2008 à 2009), Jean Venables, est sur le site Web de l'Institution of Civil Engineers.

Récompenses[modifier | modifier le code]

L'institution fait une série de prix de reconnaissance du travail de ses membres. En plus de prix pour les documents techniques, rapports d'entrées et concours, elle accorde une certain nombre de médailles pour différentes réalisations.

  • Médaille d'or : La médaille d'or est décernée à une personne qui a apporté de précieuses contributions au génie civil depuis de nombreuses années. Cela peut concerner la contribution à un ou plusieurs domaines, tels que, la conception, la recherche, le développement, l'investigation, la construction, la gestion (y compris la gestion de projet), l'éducation et la formation.
  • Médaille Garth Watson : La médaille Garth Watson est décernée pour récompenser les services, dévoué et précieux, d'un membre ou d'un membre du personnel de l'ICE.
  • Médaille Brunel : La médaille Brunel est décernée à des équipes d'individus ou de sociétés opérant dans l'environnement de la construction en reconnaissance de leur excellence en génie civil.
  • Médaille Edmund Hambly : La Médaille Edmund Hambly est remise de pour une création et un design dans un projet d'ingénierie qui apporte une importante contribution au développement durable. Elle est décernée à des projets de toute envergure, qui tiennent compte de facteurs tels que cycle de vie complet des effets, y compris de la mise en service, et de montrer une compréhension des implications de l'impact des infrastructures sur l'environnement. La médaille est décernée en l'honneur de l'ancien président Edmund Hambly qui a été un promoteur du développement durable en génie civil.
  • Médaille internationale : La médaille est décernée annuellement à un ingénieur civil qui a apporté une contribution exceptionnelle au génie civil à l'extérieur du Royaume-Uni ou un ingénieur qui réside à l'extérieur du Royaume-Uni.
  • Médaille Warren : La médaille Warren est décernée annuellement à un membre de la CIE, en reconnaissance de ses précieux services à sa région.
  • Médaille Telford : La Médaille Telford est le plus haut prix qui peut être accordée par la ICE pour un document (voir aussi (en) Médaille Telford (en)).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Charles Matthew Norrie (1956). Bridging the Years - a short history of British Civil Engineering. Edward Arnold (Publishers) Ltd.
  • (en) Garth Watson, The civils : the story of the Institution of Civil Engineers, London, Thomas Telford,‎ 1988 (ISBN 9780727703927)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]