Hossō-shū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Temple hossō-shū à Kyōto
Temple à Nara

Hossō-shū (法相宗?, fǎxiàng zōng en chinois, beopsang en coréen (transcription de faxiang)), est le nom d'un courant bouddhiste[1] japonais inspiré par l’école chinoise Weishizong (唯識宗, wéishí zōng, « conscience pure ») – connue également sous le nom de Faxiang - qui s'inspire elle-même du cittamātra indien. Weishizong fut fondée dans la seconde moitié du VIIe siècle par Kuiji (窺基?), disciple de Xuanzang. Ce dernier rapporta d’Inde une charrette entière de livres sur la conscience pure (ja. yuishiki) et s’appuya en particulier sur La Trentaine (sk. Trimshika, ch. Weishi sanshisong 唯識三十頌) de Vasubandhu commentée par Dharmapāla.

Le nom de Faxiang, « caractéristiques des dharmas », aurait été popularisé par Fazang (法藏), promoteur de l’école Huayan, pour souligner ce qu'il voyait comme l'infériorité de la conscience pure, qui selon lui ne traite que des caractéristiques apparentes (xiang) des dharmas (fa), alors que le Huayan traite de la nature même de ces phénomènes apparents.

L’école est introduite au Japon entre le milieu du VIIe siècle et le début du VIIIe siècle par six moines différents et prend sa place parmi les « Six écoles de la capitale du sud » (南都六宗, Nanto roku shū?, Nara étant nommée « capitale du sud » à l'époque). Incontournable pour la philosophie bouddhiste de la fin de la période Nara, elle est celle qui résiste le mieux à la montée des écoles Shingon et Tendai durant la période Heian. Très diminuée en tant qu’école indépendante dès le XIIIe siècle, il ne subsiste plus au XXIe siècle, qu’un petit groupe de pratiquants déclarés. Il n’en demeure pas moins que la pensée de la conscience pure a exercé une grande influence aussi bien en Chine qu’au Japon, en particulier sur les écoles Tiantai, Huayan et Zen.


Références[modifier | modifier le code]

  1. The Princeton dictionary of buddhism par Robart E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, ISBN 0691157863, pages 297 et 298.