Hermann Møller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hermann Møller ou Hermann Möller, né le 13 janvier 1850 dans le hameau de Hjerpsted (commune de Tonder au Danemark) et mort le 5 octobre 1923 à Copenhague, est un linguiste danois spécialiste en linguistique comparée et sur la théorie des laryngales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hermann Møller étudia la linguistique comparée entre les langues indo-européennes et les langues sémitiques. Il étudia notamment les liens entre les langues chamito-sémitiques et les langues nostratiques. Les linguistes Louis Hjelmslev et Holger Pedersen lui apportèrent une certaine reconnaissance en soutenant ses hypothèses de travail. Le linguiste français Albert Cuny rendit hommage à son confrère danois et reprit ses recherches en les approfondissant[1].

Hermann Møller reprit les travaux du linguiste suisse, Ferdinand de Saussure, sur la théorie des laryngales afin d'expliquer certains traits du vocalisme en indo-européen et en proto-indo-européen.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • (de) Das altenglische Volksepos in der ursprünglichen strophischen Form, Kiel-Lipsia, Lipsius & Tischer, 1883
  • (de) Zur althochdeutschen Allitterationspoesie, Kiel-Lipsia, Lipsius & Tischer, 1888
  • (de) Semitisch und Indogermanisch. Teil l. Konsonanten, Copenhague, H. Hagerup, 1906. Ora in: Semitisch und Indogermanisch. Teil l. Konsonanten, Hildesheim-New York, Georg Olms, 1978 ISBN 3487066696
  • (da) Indoeuropaeisk-semitisk sammenlignende glossarium, Copenhague, Trykt i Universitetsbogtrykkeriet, 1909
  • (de) Vergleichendes indogermanisch-semitisches Wörterbuch, Gottinga, Vandenhoeck & Ruprecht, 1911. Ora in: Vergleichendes indogermanisch-semitisches Wörterbuch [1970], Gottinga, Vandenhoeck & Ruprecht, 1997 ISBN 3525261152
  • (de) Die semitisch-vorindogermanischen laryngalen Konsonanten, Copenhague, Andr. Fred. Høst., 1917

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Cuny, Recherches sur le vocalisme, le consonantisme et la formation des racines en « nostratique », ancêtre de l'indoeuropéen et du chamito-sémitique