Henri Tajfel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Tajfel (nom de naissance en polonais: Hersz Mordche Tajfel) (22 juin 1919 Włocławek, Pologne – 3 mai 1982 à Oxford, Grande-Bretagne) est un psychologue social, surtout connu pour ses travaux pionniers sur l'aspect cognitif des préjudices et l'identité sociale. Il est un cofondateur de l'European Association of Experimental Social Psychology.

Texte alternatif pour l'image
Henri Tajfel

Vie[modifier | modifier le code]

Tajfel a été profondément marqué par la vie concentrationnaire, expérience à partir de laquelle il a développé une réflexion en psychologie.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Tajfel nait dans une famille juive polonaise à Wloclawek en Pologne le 22 juin 1919 où il grandit. Son père était commerçant. Du fait des discriminations faites aux juifs dans l'accès à l'éducation, il part en France où il étudie la chimie à Toulouse de 1937 à 1939 puis à la Sorbonne[1]. À la déclaration de guerre, il s'engage comme volontaire dans l'armée française.

Pendant la guerre[modifier | modifier le code]

Fait prisonnier un an plus tard, il est confronté au dilemme de révéler ou non son identité de juif polonais aux autorités. Il se présente comme citoyen français sans dénier son identité juive. Il pensait que s'il niait être juif et que les allemands le découvraient ensuite, il aurait probablement été tué. Il a survécu à la guerre en passant par plusieurs camps de prisonniers.

Revenu chez lui, il découvrit qu'aucun de ses proches et que très peu de ses amis avaient survécu à la Shoah. Il a décrit par la suite l'effet qu'avait eu sur lui cette découverte et comment cela influença son travail ultérieur en psychologie concernant la discrimination et les relations inter-groupes. Ceci d'abord en éveillant son intérêt pour le sujet de la discrimination, ensuite en l'amenant à admettre que son destin avait été entièrement déterminé par son identité sociale, enfin en lui faisant comprendre que la Shoah n'était pas le résultat de la psychologie, mais le moyen par lequel des processus psychologiques avaient agi dans un contexte politique et social donné[2].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Travail au sein d'organisations internationales[modifier | modifier le code]

La citoyenneté française lui est accordée en 1946. Cependant, comme il venait de rencontrer sa future femme, Anna-Sophie Eber, laquelle était née en Allemagne mais avait migré en Grande-Bretagne avant la guerre et s'y était fixée, il décida de la suivre. Après la guerre, Tajfel travailla dans des organisations humanitaires, y compris les Œuvres de secours aux enfants (OSE), une organisation humanitaire juive. Son travail dans ces organisations consistait en la placement d'enfants juifs, dont beaucoup étaient des orphelins qui avaient perdu toute leur famille. Tajfel a dit souvent que son travail dans ces organisations avait été l'œuvre la plus importante de sa vie et il est resté en contact avec beaucoup des enfants qu'il avait aidé à se reconstruire. Il a aussi travaillé pour l'Organisation des Nations Unies pour les réfugiés.

Immigration en Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Il s'établit en Grande-Bretagne où naissent ses deux fils, Michael et Paul. Henry acquit la nationalité britannique.

Estimant que ses études en chimie ne pouvaient lui permettre de réaliser ce qu'il voulait, il cherche un autre champ d'étude pour approfondir ses réflexions et change d'orientation pour se tourner vers la psychologie[1].

En 1951, il commence à étudier la psychologie au Birkbeck College et à l'Université de Londres. Il remporta une bourse d'études pour les étudiants adultes méritants grâce à un Mémoire sur la discrimination. Au moment où il entame ses études de psychologie, la pratique académique se cantonnait encore à l'étude du comportement de rats en laboratoire plutôt qu'en l'étude des comportements humains réels. En 1954, il fut diplômé et enseigna d'abord à l'Université de Durham puis à Oxford.

Travail universitaire[modifier | modifier le code]

Les recherches de Tajfel portent sur plusieurs domaines de la psychologie sociale, incluant le jugement social, le nationalisme, et -le plus important-, les aspects cognitifs de la discrimination.

En 1967, il reçoit la chaire de psychologie sociale de l'Université de Bristol. Il y conduit des recherches sur les relations inter-groupes et est actif dans l'insertion de l'Université de Bristol dans le centre européen de psychologie sociale. Il démissionne de Bristol et revient à Oxford peu avant de décéder d'un cancer en 1982. Il est le père de la Théorie de l'identité sociale[3]. Le prix Henri Tajfel est décerné en son honneur par l'association européenne de psychologie sociale[2].

Travaux[modifier | modifier le code]

Texte alternatif pour l'image
Théorie de l'identité de Tajfel

L'apport principal de Tajfel est constitué par ses expériences sur les groupes minimaux : dans un groupe, on sépare des individus en fonction d'un critère totalement arbitraire. Bien que les sujets de l'expérience ne se connaissaient pas auparavant, ils commencent à s'identifier au groupe et commencent à se manifester une préférence entre membres du groupe par opposition à l'autre groupe (le groupe étranger). Ils commencent à se trouver entre eux comme étant plus proches. Leur travail est plus encouragé et ils reçoivent des récompenses que les autres ne reçoivent pas, étant traités d'une manière injuste et hostile[4]. Lors d'une telle expérience, un phénomène de discrimination apparaît où les membres du groupe arbitrairement favorisé bénéficient de la discrimination tandis que les membres du groupe victimes de la discrimination en sont affectés, quel que soit le critère de la discrimination. Cette expérience démontre que la discrimination n'est pas conditionnée par une caractéristique particulière telle qu'un caractère comme l'âge ou la sexualité, ou une caractéristique historique telle que la religion ou la nationalité.

À partir de ces observations, Tajfel et Turner ont développé leur théorie de l'identité sociale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Differentiation between social groups. Studies in the social psychology of intergroup relations, 1978
  • Human groups and social categories, 1981
  • Social identity and intergroup relations. Cambridge University Press 1982
  • (en collaboration John C. Turner): An integrative theory of social contact. in: W. Austin und S. Worchel (Hgs.): The social psychology of intergroup relations. Brooks/Cole, Monterey, 1979


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.age-of-the-sage.org/psychology/social/henri_tajfel.html
  2. a et b http://www.easp.eu/activities/own/awards/tajfel.htm
  3. Tajfel, H., & Turner, J. (2001). An integrative theory of intergroup conflict. Intergroup relations: Essential readings (p. 94-109). New York, NY, US: Psychology Press
  4. E. Aronson, T. D. Wilson, R. M. Akert: Sozialpsychologie. Pearson Studium. 6. Auflage 2008. ISBN 978-3-8273-7359-5, p. 431 s.