Guillaume VIII de Poitiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume VIII et Guillaume de Poitiers.
Gisant restauré de Guillaume VIII

Guillaume VIII de Poitiers, est né en 1023 et mort le 25 septembre 1086 au château de Chizé[1]. Baptisé Gui, il est appelé Guy-Geoffroi d'après son beau-père Geoffroi Martel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Guillaume V de Poitiers et d'Agnès de Bourgogne, il est comte de Poitiers de 1058 à 1086 sous le nom de Guillaume VI, et duc d'Aquitaine sous le nom de Guillaume VIII durant la même période. Il succède à son frère Guillaume Aigret. Il prend le nom de Guillaume après sa prise de possession du Poitou.

Dès sa prise de pouvoir, il doit mettre au pas ses vassaux. Il prend Toulouse à son comte, qui a attaqué Bordeaux, en 1060. Après une tentative malheureuse en 1061, où il est battu aux sources de la Boutonne par les fils de Geoffroi Martel, il prend Saintes et le contrôle de la Saintonge à partir de 1062. Cela lui permet de relier facilement ses deux capitales, Poitiers et Bordeaux (la route d'alors passe par Saintes, selon le trajet de l'ancienne voie romaine). En 1063, il restaure théoriquement son autorité sur la Gascogne en battant le comte d’Armagnac Géraud II. Il commande également en 1063 la croisade de Barbastro : à l'appel du pape, des troupes italiennes et françaises vont combattre les musulmans et libèrent la ville de Barbastro. Cet événement a alors un grand retentissement en Occident.

Ressentant le besoin d'une administration, il crée une sénéchaussée en 1075, qui échoit à Pierre Bridier, et une nouvelle prévôté à Saintes en 1067.

Sa troisième femme, Audéarde (ou Hildegarde) de Bourgogne est sa cousine au quatrième degré. Le pape Grégoire VII exige leur séparation, puis leur accorde une dispense. Guillaume VIII fait alors construire une abbaye dédiée à saint Jean l'Évangéliste à Poitiers (l'abbaye de Montierneuf, voir église Saint-Jean de Montierneuf). Il confie cette abbaye à Cluny.

Mariages[modifier | modifier le code]

En janvier 1044, il épouse en première noces Garsende de Périgord, fille du comte Aldabert II de Périgord, qui lui donne en dot ses droits sur le duché de Gascogne, mais pas d'enfants. Il la répudie en 1058. Elle entre au couvent à Saintes.

Vers 1058/59, il épouse Mathilde (nous ne savons pas de quelle famille elle est vient), qu'il répudie vers 1068/69. Ils ont une fille:

  1. Agnès, reine de Castille (1052–1078), épouse d'Alphonse VI de León

Finalement, il épouse Audéarde de Bourgogne, fille du duc Robert Ier de Bourgogne en mars 1069 date à laquelle il brûle l'abbaye de Luçon.[réf. nécessaire]. Ils ont deux enfants:

  1. Agnès, reine d'Aragon et de Navarre (-1097), épouse de Pierre Ier d'Aragon
  2. Guillaume IX, son héritier


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Maison de Poitou ~ Liste des comtes de Poitiers ~ Poitou

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Robert Favreau (historien), in [1] Jean Combes (dir.), Histoire du Poitou et des Pays charentais : Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Clermont-Ferrand, éditions Gérard Tisserand,‎ 2001, 334 p. (ISBN 2-84494-084-6, lire en ligne), p 141

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Carpentier et Georges Pon, « Le récit de la fondation de l’abbaye de Montierneuf de Poitiers par Guillaume VIII : la chronique clunisienne du moine Martin », in Cahiers de civilisation médiévale, Xe-XIIe siècles, Centre d'études supérieures de civilisation médiévale, no 51, 2008, janvier-mars, p 27