Groupe de Carmé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le groupe de Carmé est un groupe de satellites naturels de Jupiter qui partagent des orbites similaires.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le groupe de Carmé regroupe plusieurs satellites, qui orbitent de façon rétrograde autour de Jupiter sur des demi-grands axes compris entre 22 900 000 et 24 100 000 km, des inclinaisons de 164,9° à 165,5° par rapport à l'équateur de Jupiter et des excentricités entre 0,23 et 0,27[1].

Le groupe est nommé d'après Carmé, son membre le plus grand et le plus massif. Étant rétrogrades, l'Union astronomique internationale réserve, par convention, à ces satellites des noms se terminant en « -e » (les progrades se finissant en « -a »)[2].

Origine[modifier | modifier le code]

Le groupe de Carmé se serait formé à partir d'un astéroïde capturé par Jupiter et par la suite fragmenté lors d'un collision. Cette hypothèse est basée sur la faible dispersion des éléments orbitaux moyens[3] des membres du cœur du groupe et peut être étayée par une petite impulsion de vitesse (5 < δV < 50 m/s), compatible avec une collision simple et une fragmentation[4].

Sur la base de la taille des satellites, l'astéroïde originel devait avoir à peu près la taille de Carmé, soit 46 km de diamètre ; Carmé comprend toujours 99 % de la masse totale du groupe[5].

Les études photométriques vont dans le sens de cette origine : à l'exception de Calycé, significativement plus rouge, tous les satellites présentent une couleur rouge pâle similaire (indices de couleur B−V = 0,76 et V−R = 0,47)[6]. Leur spectre infrarouge est similaire aux astéroïdes de type D[7]. Ces données sont compatibles avec un progéniteur de la famille d'Hilda ou un astéroïde troyen.

Membres[modifier | modifier le code]

Le groupe de Carmé comprend un cœur composé de satellites dont les paramètres orbitaux sont très proches : Carmé, Taygèté, Chaldèné, Isonoé, Calycé, Érinomé, Aitné, Calé et Pasithée[1],[8]. Eukéladé, S/2003 J 5, S/2003 J 9 et S/2003 J 10 pourraient également en faire partie[8]. Hersé, Arché, S/2003 J 19 et Callichore seraient d'autres membres possibles[réf. nécessaire].

La liste suivante récapitule les principales caractéristiques des membres du groupe de Carmé, classés par demi-grand axe croissant. Les éléments orbitaux sont donnés pour l'époque 6 mars 2006 (JJ 2453800.5) pour Isonoé, 27 octobre 2007 (JJ 2454400.5) pour Carmé et 14 juillet 2004 (JJ 2453200.5) pour les autres[9]. L'inclinaison est relative au plan de l'écliptique. Les membres potentiels sont indiqués en italique.

Nom Demi-grand axe[9]
(km)
Dimensions[10]
(km)
Période de révolution[9]
(d)
Inclinaison[9]
(°)
Excentricité[9]
Hersé 22 134 326 2 672,75 162,49066 0,2379005
Aitné 22 285 180 3 679,64 165,56299 0,3927235
Calé 22 409 227 2 685,32 165,37858 0,2011167
Taygèté 22 438 668 5 686,67 164,89018 0,3678168
S/2003 J 19 22 709 081 2 699,12 164,72777 0,1961071
Chaldèné 22 713 464 3,8 699,33 167,07085 0,2916094
S/2003 J 10 22 730 833 2 700,13 163,81332 0,3438454
Érinomé 22 986 286 3,2 711,96 163,73788 0,2552407
Callichore 23 111 844 2 717,81 164,60535 0,2041701
Calycé 23 180 794 5,2 721,02 165,50514 0,2139628
Pasithée 23 307 338 2 726,93 165,75921 0,3288990
Eukéladé 23 483 715 4 735,20 163,99643 0,2828813
Arché 23 717 072 3 746,19 164,58705 0,1492382
Isonoé 23 800 668 3,8 750,13 165,12750 0,1775538
S/2003 J 9 23 857 829 1 752,84 164,98020 0,2761975
S/2003 J 5 23 973 947 4 758,34 165,54987 0,3070682
Carmé 24 097 021 46 764,19 166,15460 0,1630485

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jewitt, David C.; Sheppard, Scott; Porco, Carolyn, Jupiter's outer satellites and Trojans, vol. 1, Cambridge University Press,‎ 2004, 263-280 p. (ISBN 0-521-81808-7, lire en ligne)
  2. (en) Flammarion, C.; Kowal, C.; Blunck, J., « Satellites of Jupiter », Circulaire de l’UAI, no 2846,‎ 07/10/1975 (résumé, lire en ligne)
  3. Les paramètres orbitaux d'auscultation des satellites irréguliers de Jupiter varient fortement sur de petits intervalles de temps à cause des fortes perturbations de Jupiter. Par exemple, on a reporté des changements d'un million de kilomètres du demi-grand axe en 2 ans, de 0,5 de l'excentricité en 12 ans et de près de 5° de l'inclinaison en 24 ans. Les éléments orbitaux moyens sont les moyennes calculées par intégration numérique des éléments actuels sur une longue période, afin de déterminer les familles dynamiques.
  4. (en) Nesvorný, David; Alvarellos, Jose L. A.; Dones, Luke; Levison, Harold F., « Orbital and Collisional Evolution of the Irregular Satellites », The Astronomical Journal, vol. 126, no 1,‎ 07/2003, p. 398-429 (lien DOI?, résumé)
  5. (en) Sheppard, Scott S.; Jewitt, David C., « An abundant population of small irregular satellites around Jupiter », Nature, vol. 423, no 6937,‎ 05/2003, p. 261-263 (lien DOI?, résumé, lire en ligne)
  6. (en) Grav, Tommy; Holman, Matthew J.; Gladman, Brett J.; Aksnes, Kaare, « Photometric Survey of the Irregular Satellites », Icarus, vol. 166, no 1,‎ 11/2003, p. 33-45 (lien DOI?, résumé)
  7. (en) Grav, Tommy; Holman, Matthew J., « Near-Infrared Photometry of the Irregular Satellites of Jupiter and Saturn », The Astrophysical Journal, vol. 605, no 2,‎ 04/2004, p. L141–L144 (lien DOI?, résumé)
  8. a et b (en) Nesvorný, David; Beaugé, Cristian; Dones, Luke, « Collisional Origin of Families of Irregular Satellites », The Astronomical Journal, vol. 127, no 3,‎ 03/2004, p. 1768–1783 (résumé)
  9. a, b, c, d et e « Natural Satellites Ephemeris Service », Minor Planet Center (consulté le 3 décembre 2007)
  10. « Planetary Satellite Physical Parameters - Jovian System », Jet Propulsion Laboratory (consulté le 3 décembre 2007)